Ernst Troeltsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernst Troeltsch

alt=Description de l'image ErnstTroeltsch.jpg.
Naissance 17 février 1865
Augsbourg
Décès 1er février 1923
Berlin
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Ernst Troeltsch (17 février 1865 dans le quartier de Haunstetten, Augsbourg - 1er février 1923 à Berlin), philosophe, théologien protestant et sociologue allemand. Représentant du courant historiste allemand, proche des positions de Max Weber en sociologie (et histoire) des religions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son œuvre propose une réflexion sur la modernité comme lieu de tensions entre la tradition (l'« absoluité » du religieux) et de l'éclatement des valeurs diagnostiqué par le relativisme historique qui caractérise alors les sciences sociales (historiques) en plein essor.

Son constat porte notamment sur la prolifération des églises indépendantes et des sectes succédant à la sécularisation des divers domaines de la vie dans le monde occidental qui survient après le déclin des régimes absolutistes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Titres originaux

  • Die Absolutheit des Christentums und die Religionsgeschichte ("L'absoluité du christianisme et l'histoire de la religion"), (1902)
  • Die Soziallehren der christlichen Kirchen und Gruppen ("Les doctrines sociales des Églises et groupes chrétiens"), (1912)
  • Der Historismus und seine Probleme ("L'historisme et ses problèmes"), (1922)
  • Gesammelte Schriften, 4 vol., Aalen, Scientia Verlag, 1961-1966 :
T. 1. Die Soziallehren der christlichen Kirchen und Gruppen.
T. 2. Zur religiösen Lage, Religionsphilosophie und Ethik.
T. 3. Der Historismus und seine Probleme.
T. 4. Aufsätze zur Geistesgeschichte und Religionssoziologie.

Traductions françaises

  • Religion et histoire : esquisses philosophiques et théologiques, Genève, Labor et Fides, 1990.
  • Protestantisme et modernité, Paris, Gallimard, 1991.
  • Œuvres, vol. III : Histoire des religions et destin de la théologie, Paris, Cerf ; Genève, Labor et Fides, 1996.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


.