Juan Ponce de León

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ponce (homonymie) et Ponce de León.
Juan Ponce de León

Juan Ponce de León (c.1460 – juillet 1521[1],[2]) est un conquistador espagnol. Premier gouverneur de Puerto Rico, il est souvent considéré comme le premier Européen à avoir exploré la Floride. La légende de la recherche de la fontaine de jouvence est attachée à cette exploration.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et arrivée dans le Nouveau Monde[modifier | modifier le code]

D'ascendance noble, il est né à Santervás de Campos, une petite ville au nord de la province de Valladolid. Page à la cour de Ferdinand le Catholique, il se joignit ensuite à la guerre pour conquérir le royaume de Grenade, dernier état mauresque sur la péninsule ibérique.

Il subsiste un doute pour savoir s'il effectua son premier voyage vers le Nouveau Monde avec Christophe Colomb lors du second voyage de ce dernier en 1493 ou avec Ovando en 1502. En tout cas, il collabora avec ce dernier dans la conquête d'Hispaniola (actuellement République Dominicaine et Haïti).

On pense que Ponce de León accosta pour la première fois sur le site de l'actuelle Cockburn Town, à Grand Turk dans les îles Turks et Caïcos mais s'installa rapidement à Hispaniola. Il contribua à la conquête sur les Indiens Taïnos de la partie orientale d'Hispaniola et en fut récompensé par le gouvernorat de la province de Higüey qui y fut créée. Il y entendit alors des histoires sur la prospérité d'une île voisine Borinquen (l'actuelle Puerto Rico). Il fut alors à sa demande chargé de son exploration et de sa conquête en 1508

Gouverneur de Puerto Rico[modifier | modifier le code]

Il fonda en 1509 le premier établissement espagnol à Puerto Rico, Caparra, (dans l'ouest de l'actuelle zone métropolitaine de San Juan).

Il en est nommé gouverneur en 1510 par la couronne espagnole. L'île a été soumise sans difficulté, avec la conversion du chef amérindien Agüeybaná. Ponce de Leon a alors été en mesure de se consacrer à la fondation des villes et à l'exploitation de l'or. Mais après la mort d'Agüeybaná, les Amérindiens Taïnos se révoltèrent contre la domination espagnole et le régime du travail forcé dans les mines et sur les fortifications auquel ils étaient soumis. Après de durs combats, Ponce de Leon prit le dessus sur les autochtones et procéda à des représailles sanglantes. Beaucoup d'Indiens moururent aussi des maladies européennes contre lesquelles ils n'étaient pas protégés.

Ponce de León s'enrichit durant son mandat de gouverneur[3]. Il dut cependant l'abandonner au profit de Diego Colomb, le fils de Christophe Colomb. En 1506, à la mort de ce dernier qui avait été nommé gouverneur militaire à vie de toutes les régions qu'il avait découvertes, les autorités espagnoles refusèrent d'accorder le même privilège à son fils et la couronne espagnole avait alors choisi Ponce de León pour coloniser et gouverner l'île de Puerto Rico ; mais Diego Colomb porta une réclamation devant les plus hautes autorités judiciaires à Madrid et regagna les droits de son père. Ponce de León dut donc quitter sa charge en 1512. Estimant que sa réputation avait été altérée et ne souhaitant pas servir Diego, Ponce de León obtint en dédommagement de la couronne espagnole les titres d'exploration pour les zones au nord de Cuba[4].

Premier voyage et découverte de la Floride[modifier | modifier le code]

Ponce de León équipa trois navires sur ses propres finances et partit dans son voyage de découverte en 1513. Le 27 mars, il vit une île mais n'y accosta pas. Entre le 2 et le 8 avril, il accosta sur la côte orientale de la nouvelle terre "découverte" à un endroit qui reste encore aujourd'hui discuté mais se trouvait sur la côte nord-est de l'actuelle Floride[5]. La localisation la plus couramment acceptée est Saint Augustine mais des preuves semblent indiquer que Ponce ait accosté plus au sud, près de l'actuelle Melbourne Beach[1]. Ponce de León prit possession de cette terre au nom de l'Espagne et la nomma La Florida, soit à cause de la végétation en fleur qu'il découvrit à cet endroit, soit parce qu'il y accosta pendant la Pascua Florida, un terme espagnol désignant la "Fête des fleurs", une période du temps pascal[3],[4]. Le Pascua Florida Day, le 2 avril est un jour légal de congé en Floride[6].

Ponce de León navigua ensuite le long de la côte de Floride, cartographiant les rivières qu'il rencontrait, dépassant les Florida Keys[5], et remontant la côte occidentale de la Floride jusqu'au Cap Romano. Il reparti ensuite vers le Sud vers La Havane, puis remonta de nouveau vers la Floride, s'arrêtant à la baie de Chequesta (baie de Biscayne) avant de retourner à Puerto Rico[3].

Ponce de León n'est peut-être pas le premier Européen à avoir atteint la Floride. Il rencontra au moins un Amérindien en Floride en 1513 qui était capable de parler espagnol[7]. Un historien suggéra aussi que l'Anglais John Cabot fut le premier à atteindre la péninsule de Floride[8].

Durant cette expédition, l'Espagnol découvrit le courant du Gulf Stream, qui va devenir rapidement la route principale pour le retour des Caraïbes vers l'Espagne[9].

Poncedeleonburial.jpg Cripta donde permanece Juan Ponce de Leon.jpg
Juan Ponce de León, statue, cathédrale et tombeau dans le vieux San Juan, Puerto Rico
La statue a été faite à New York en 1882 en utilisant le bronze des canons anglais saisis après l'attaque anglaise sur San Juan de 1792.

Dernier voyage en Floride[modifier | modifier le code]

En 1521, Ponce de León organisa une expédition de colonisation avec deux navires. Elle comprenait 200 hommes dont des prêtres, des fermiers et des artisans, 50 chevaux et d'autres animaux domestiques. L'expédition atterrit au sud-ouest de la côte de Floride, dans les environs du fleuve Caloosahatchee ou de l'estuaire de Charlotte Harbor. Les colons furent vite attaqués par les Indiens Calusa et Ponce de León fut blessé à l'épaule par une flèche empoisonnée. Après cette attaque, lui et les colons repartirent vers La Havane à Cuba, où il mourut peu après de sa blessure. Sa tombe se trouve dans la cathédrale San Juan Bautista dans le Vieux San Juan[3],[4] à Puerto Rico.

La légende de la fontaine de jouvence[modifier | modifier le code]

Selon une légende populaire, Ponce de León découvrit la Floride alors qu'il était à la recherche de la fontaine de jouvence. Bien que les légendes d'une eau régénérante aient existé des deux côtés de l'Atlantique bien avant Ponce de León, l'histoire qu'il recherchait une telle eau n'apparut qu'après sa mort. Dans son Historia General y Natural de las Indias de 1535, Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés écrivit que Ponce de León cherchait les eaux de Bimini pour guérir son impuissance sexuelle. Des propos similaires apparurent dans l'Historia General de las Indias de 1551 de Francisco López de Gómara. Puis en 1575, Hernando de Escalante Fontaneda, un rescapé d'un naufrage qui avait vécu 17 ans avec des Amérindiens en Floride, publia ses Mémoires, dans lesquels il situait la fontaine de jouvence en Floride, et déclarait que Ponce de León était supposé être là pour la découvrir. Bien que Fontaneda doutait que León soit réellement allé en Floride pour rechercher cette fontaine, il lui en fut fait crédit dans Historia general de los hechos de los Castellanos d'Antonio de Herrera y Tordesillas en 1615. Certains historiens ont indiqué que la recherche d'or ou l'expansion de l'empire Espagnol était largement plus impératif que la recherche d'une fontaine ou d'esclaves. L'emplacement mythique de cette fontaine de jouvence se situerait d'ailleurs plus à l'est, dans le golfe du Honduras, plutôt qu'en Floride ou aux Bahamas.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La légende de Ponce de Léon et de la Fontaine de Jouvence est citée dans Pirates des Caraïbes: la Fontaine de Jouvence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Peck, Douglas T, « Misconceptions and Myths Related to the Fountain of Youth and Juan Ponce de Leon's 1513 Exploration Voyage », New World Explorers, Inc (consulté le 2008-04-03)
  2. Webster's Biographical Dictionary, 1st edition, 1961, G & C. Merriam Co., p. 1200. Ponce de León's year of birth is uncertain.
  3. a, b, c et d Ponce de León, Juan. The Columbia Electronic Encyclopedia, 6th ed. 2005. Columbia University Press. - consulté le 28 décembre 2005
  4. a, b et c (en) « Florida of the Conquistador » (consulté le 2005-12-27)
  5. a et b (en) Wilkinson, Jerry, « History of Spanish Florida - First Period », Historical Preservation Society of the Upper Keys (consulté le 2008-03-30)
  6. The 2005 Florida Statutes - Chapter 683 - LEGAL HOLIDAYS; SPECIAL OBSERVANCES - consulté le 27 décembre 2005
  7. Smith, Hale G. and Marc Gottlob. 1978. Spanish-Indian Relationships: Synoptic History and Archaeological Evidence, 1500-1763, in Milanich, Jerald and Samuel Proctor. Tacachale: Essays on the Indians of Florida and Southeastern Georgia during the Historic Period. Gainesville, Florida: The University Presses of Florida. ISBN 0-8130-0535-3
  8. (en) Straight, William, « Who Discovered Florida? », Broward County Library (consulté le 2008-03-30)
  9. (en) Felipe Fernandez-Armesto, Pathfinders: A Global History of Exploration, New York, W.W. Norton & Company,‎ 2006, 1e éd. (ISBN 978-0-393-06259-5, lien LCCN?), p. 194

Sur les autres projets Wikimedia :