Sebastián de Belalcázar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sebastián de Belalcázar

Sebastián de Belalcázar est un capitaine et explorateur espagnol. Il seconda Francisco Pizarro dans la conquête de la Nouvelle-Grenade et du Pérou, s’empara de Quito en 1534. Il fut un «ambitieux et actif gouverneur»[1], puis passa au gouvernement du Popayán, dans lequel il eut à soutenir une longue guerre contre Almagro. On lui doit l’implantation du centre historique de l'actuel Quito qui fut reconstruit sur les ruines de la ville Inca brûlée par les Incas eux-mêmes, d’où le fait qu’il en est aujourd'hui considéré comme le fondateur. Il mourut le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Voyages de Belalcázar en Amérique.

Il est né Sébastián Moyano dans la province de Cordoue, en Espagne, en 1479 ou 1480. Il a pris le nom Belalcázar ou Benalcázar qui était le nom du château de la ville, à proximité de sa ville natale de Cordoue. Selon diverses sources, il est parti pour le Nouveau Monde avec Christophe Colomb, dès 1498, mais Juan de Castellanos a écrit qu’il a tué un mulet en 1507, et a fui l’Espagne pour les Indes occidentales en raison de la crainte d'être puni, et comme une chance d’échapper à la pauvreté dans laquelle il vivait.

Il est entré au Nicaragua avec Francisco Hernández de Córdoba en 1524, et devint le premier maire de la ville de León, au Nicaragua. Il y resta jusqu'en 1527, quand il a quitté pour le Honduras à la suite de différends internes entre les gouverneurs d'Espagne. Bref retour à León, il navigue sur la côte du Pérou, où il s'unit à l'expédition de Francisco Pizarro en 1532.

En 1534, après avoir aidé Pizarro dans des batailles contre des tribus, il partit à la conquête de Quito, en Équateur, en utilisant des fonds obtenus à titre de compensation de ses précédentes campagnes. Quito fut la ville de la région la plus septentrionale de l'Empire Inca, mais avant que Belalcázar ne puisse la prendre, le général Inca Rumiñahui envoya le trésor de la ville dans les profondeurs des Andes et par la suite, il brûla la ville. Belalcázar fonda la nouvelle ville de Quito avec Diego de Almagro, et en l'honneur de Pizarro en nommant dans son intégralité « San Francisco de Quito ».

Se déplaçant vers le nord, qui est aujourd'hui la Colombie, à la recherche d'El Dorado en 1535, il est entré dans la vallée du río Cauca, fondant au sud-ouest la ville colombienne de Santiago de Cali en 1536, et de Pasto et de Popayán en 1537.

Traversant les terres de la vallée du Río Magdalena, il est entré sur les hauts plateaux du centre de la Colombie, qui a également été atteint par Gonzalo Jiménez de Quesada et Nikolaus Federmann, un Allemand, en 1539. Les trois ont présenté leur différend devant le roi et empereur Charles Quint. Le roi accorda à Belalcázar la région et le titre de gouverneur de Popayán et le titre honorifique d'adelantado en mai 1540. Comme c'était souvent le cas chez les conquistadors, des querelles de terres se développèrent, cette fois entre Belalcázar et Pascual de Andagoya (1495-1548), qui réclamait également le poste de gouverneur de Popayán. Belalcázar, défendit avec succès ses terres, et a repris certains de ses Andagoya. Il est ensuite intervenu dans un désaccord entre les partisans de la famille de Pizarro et Almagro au Pérou. En 1546, il ordonna l'exécution de Jorge Robledo, qui régissait une province voisine dans une autre vendetta liée au sol. Il a été mis en jugement par contumace en 1550, déclaré coupable et condamné à mort pour la mort de Robledo, et d'autres infractions relatives à son implication dans des différentes guerres entre d'autres conquistadors. Victime de son ambition, il est mort le 30 avril 1551, à Carthagène des Indes, en Colombie, avant de pouvoir commencer son voyage de retour vers l'Espagne, pour faire appel de la décision.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sebastián de Belalcázar » (voir la liste des auteurs)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. Les conquistadors espagnols, par F.A. Kirkpatrick, Payot, Paris, 1935, p.161.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les conquistadors espagnols, par F.A. Kirkpatrick, Payot, Paris, 1935