Pánfilo de Narváez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Narváez.
Panfilo de Narvaez.jpg

Pánfilo de Narváez (né à Valladolid ou Tudela de Duero[1] (Espagne) en 1470 – mort en Floride en 1528) est un conquistador espagnol connu pour avoir conduit deux expéditions, la première en 1520 contre Hernán Cortés, puis la seconde, dramatique, en Floride en 1527.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Pánfilo de Narváez est un hidalgo espagnol qui part faire fortune dans le Nouveau Monde. Il participe à la conquête d'Hispaniola et de la Jamaïque puis assiste Diego Velázquez dans la conquête de Cuba en 1511. En 1514, il est installé à Vera Paz (Hispaniola) puis à San Salvador (Cuba).

En 1515, il est nommé procureur par Diego Velázquez, le gouverneur de Cuba, qui le charge de défendre ses intérêts auprès de la couronne espagnole, notamment pour l'obtention de titres sur la Nouvelle-Espagne. Après un aller-retour en Espagne, il retourne à Cuba avec une lettre de recommandation royale en poche[2]. Il épouse María de Valenzuela et a un fils, Diego de Narváez.

L'expédition contre Cortés au Mexique[modifier | modifier le code]

Face à la réussite de l'expédition de Hernán Cortés au Mexique, qui est mâtinée d'une pointe de trahison à son encontre, Diego Velázquez décide de prendre sa revanche. Pánfilo de Narváez est promu capitaine et reçoit la responsabilité d'une expédition au Mexique aux objectifs multiples : arrêter Cortés et l'envoyer à Cuba puis coloniser le Mexique. Pour cela, il dispose de forces assez importantes : une vingtaine de caravelles, une centaine de cavaliers, entre 600 et 800 fantassins (dont 80 à 90 arquebusiers et 100 à 120 arbalétriers) et entre 12 et 20 canons. La flottille rencontre une tempête lors de la traversée de l'océan Atlantique, et une dizaine des soldats tombent à la mer[3].

En avril 1520, il arrive à l'île des Sacrifices puis débarque à San Juan de Ulúa. Il crée la ville de San Salvador à une quinzaine de lieues de Vera Cruz. Il envoie deux émissaires pour rencontrer Gonzalo de Sandoval, maire de Vera Cruz et capitaine de Cortés. Sandoval fait arrêter les deux hommes et les expédie à Cortés à Tenochtitlan. Pendant ce temps, Pánfilo de Narváez s'installe à Cempoala. Il y reçoit les envoyés de Cortés, Bartolomé de Olmedo et Juan Velázquez de León, mais aussi et surtout les envoyés de Moctezuma II qui lui offrent des présents, en espérant qu'il contribuera à la libération de l'empereur aztèque. Pánfilo de Narváez tente surtout de fragiliser Cortés en expliquant aux Aztèques qu'il est un traître au roi d'Espagne, et met même sa tête à prix[4].

Cortés réagit et attaque Narváez. Au cours des combats, Pánfilo de Narváez perd 11 hommes (contre 2 dans le camp de Cortés) mais aussi un œil. Il est arrêté et emprisonné à Vera Cruz où il reste 4 ans. Bernal Díaz del Castillo nous le décrit ainsi :

« Il paraissait avoir environ 42 ans; il était de haute taille, fortement membré, d'un visage allongé, barbe blonde et d'agréable aspect. Ses paroles et sa voix étaient creuses et profondes, comme sortant d'un souterrain. Il montait bien à cheval et on le disait courageux (...) Quoique riche, on le disait très mesquin. Il perdit un œil dans sa déroute. Il avait l'habitude de s'exprimer d'une manière sensée[5]. »

Libéré par Cortés, Narváez se rend à Tenochtitlan puis rentre à Cuba à la fin de l'année 1523. Il part en Espagne en 1525 pour dénoncer les agissements de Cortés et recevoir des titres.

L'expédition dramatique en Floride[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expédition Narváez.

Désormais promu gouverneur et capitaine général du río de Las Palmas et de la Floride, il prépare une expédition vers des terres qui lui appartiennent, mais qu'il doit avant tout découvrir et coloniser. Il prépare son expédition, forte de 5 navires, 600 soldats et d’une cinquantaine de matelots volontaires, et quitte Sanlúcar de Barrameda (Espagne) le 17 juin 1527. Parmi les membres de l'expédition, on retrouve Álvar Núñez Cabeza de Vaca trésorier général et grand Alguazil, mais aussi auteur de la relation de voyage qui nous permet de connaître le sort de l'expédition de Pánfilo de Narváez.

Après le départ d'Espagne, l'expédition s'arrête à Hispaniola et Cuba pour faire notamment le plein de vivres. Une centaine d'hommes en profite pour déserter. Quelques jours plus tard, les côtes de la Floride apparaissent. Pánfilo de Narváez prend alors possession de ces terres au nom du roi d'Espagne. Cependant, les lieux sont peu accueillants. Pánfilo de Narváez décide alors de quitter le littoral pour pénétrer dans les terres et les découvrir. Il s'oppose en cela à Álvar Núñez Cabeza de Vaca qui voit d'un très mauvais œil l'abandon des navires sur la côte.

Malgré tout, la découverte des terres commence. Très rapidement, les conquistadors rencontrent des Indiens, la plupart du temps hostiles. Les conditions de vie de l'expédition se dégradent rapidement à cause du mauvais temps et du manque de nourriture. L'expédition tourne au cauchemar, les hommes meurent les uns après les autres, de faim, de maladie, d'épuisement, de noyade. En 1528, cherchant à retourner au Mexique, Pánfilo de Narváez ordonne la construction de navires légers alors qu'ils se trouvent près de l'embouchure du Mississippi. Pris dans une tempête, il sera porté disparu dans la mer des Caraïbes avec la quasi-totalité de ses hommes. Seuls quatre membres de l'expédition survivent finalement, dont Álvar Núñez Cabeza de Vaca, qui seront recueillis par les indiens et qui mettront sept ans pour traverser le continent américain de la Floride jusqu'à la Californie[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Grunberg, Dictionnaire des conquistadores de Mexico, p.361
  2. Bernard Grunberg, op. cit., p.361
  3. Les chiffres des forces varient en fonction des sources utilisées (Sumario de la residencia tomada a Don Fernando Cortés ou Bernal Díaz del Castillo, La Conquête du Mexique)
  4. Bernal Díaz del Castillo, op. cit.
  5. Bernal Díaz del Castillo, op. cit.
  6. Álvar Núñez Cabeza de Vaca, Relation de voyage