Jean-Michel Sallmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Michel Sallmann, né le 15 janvier 1950 à Hénin-Liétard, actuellement Hénin-Beaumont[1], est un ancien membre de l'École française de Rome et professeur d'histoire moderne à l'université de Paris X-Nanterre.

Ses travaux portent notamment sur les phénomènes de sorcellerie aux XVIe et XVIIe siècles.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les sorcières : fiancées de Satan, Paris, Gallimard, "Découvertes", 1989.
  • Codirecteur avec Serge Gruzinski : Visions indiennes, visions baroques, Paris, PUF, 1992.
  • Naples et ses saints à l'âge baroque (1540-1750), Paris, PUF, 1994.
  • Charles Quint. L'empire éphémère, Paris, Payot, 2000.
  • Nouvelle histoire des relations internationales, tome 1 : Géopolitique du XVIe siècle (1490-1618), Paris, Le Seuil, "Points histoire", 2003.
  • Directeur : Dictionnaire historique de la magie et des sciences occultes, Paris, Le livre de poche, "La Pochothèque", 2006.
  • Le grand désenclavement du monde, 1200-1600, Paris, Payot, 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ce livre contient des témoignages et des documents, l'histoire de la sorcellerie et ses particularités.C'est un livre de catégorie 5.