Iferhounène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Iferhounène
Vue sur Iferhunen depuis les hauteurs de Tirourda
Vue sur Iferhunen depuis les hauteurs de Tirourda
Noms
Nom algérien افرحونن
Nom kabyle at yettsuragh
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Iferhounène
Code postal 15260
Code ONS 1517
Démographie
Population 12 460 hab. (2008[1])
Densité 378 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 32′ 02″ N 4° 22′ 12″ E / 36.533754, 4.3701236° 32′ 02″ Nord 4° 22′ 12″ Est / 36.533754, 4.37012  
Superficie 32,95 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Iferhounène

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Iferhounène

Iferhounène est une commune de Kabylie, dans la wilaya de Tizi Ouzou en Algérie, située à 8 km au sud-est d'Ain El Hammam et à 70 km environ au sud-est de Tizi Ouzou.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Iferhounene est située dans le massif central de Djurdjura, au sud-est de la wilaya de Tizi-Ouzou, à la limite de la wilaya de Bouira. Le territoire de la commune est délimité :

Communes limitrophes d’Iferhounene
Aït Yahia, Imsouhal
Akbil, Abi Youcef Iferhounene Illilten
Bouira

Villages de la commune[modifier | modifier le code]

La commune d'Iferhounène est composée de 25 villages[2] :

  • Ahdouch (Aḥḍuc)
  • Aït Ali Ou Yahia (At Ɛli Uyeḥya)
  • Aït Arbi (At Ɛerbi)
  • Aït Enzar (At Nzar)
  • Aït El Mansour (At l mansur)
  • Aït Hamou (At Ḥemmu)
  • Aït Idir Ouali (At Yidir Waɛli)
  • Aït Saci (At Sasi)
  • Aït Yha ouameur (At Yḥa Waɛmer)
  • Béchar (Beccar)
  • Bouaïdel (Buɛidel)
  • Ibelkissène (Ibelqisen)
  • Ikhdachen (Ixdacen)
  • Iverver (Iberber)
  • Iferhounène (Iferhunen), chef-lieu de la commune
  • Imzouagh
  • Menia (Mmniɛ)
  • Lazib (Laɛzib At Ɛli)
  • Soumeur
  • Taourirt Ali Ou Naceur (Tawrirt Ɛli Wnaser)
  • Tikilsa
  • Tirourda (Tirurda)

et de la localité de Takhlijt Ath Atsou (Taxliǧt At Ɛettu)

Histoire[modifier | modifier le code]

Iferhounéne sera occupée le 9 juillet 1857 par les troupes françaises, commandées par les généraux Joseph Vantini, Pierre Hippolyte Publius Renault et Patrice de Mac Mahon. À la suite de l'insurrection des tribus du Cheikh El Mokrani en 1871, la commune connaitra quelques déportations vers le bagne de Nouvelle-Calédonie. Le premier convoi de Kabyles se fera en 1874, par bateau à voile "Le Loire". A bord se trouve quarante Kabyles condamnés à la déportation simple (sur l'île) et un français condamné à vie à la forteresse (communard)[3].

En 1956, Iferhounène servira de base militaire pour le 6e bataillon de chasseurs alpins.

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sid Messoudi, chanteur, décédé en 2006, du village At yha Ouamar ;
  • Madi Mahdi, bassiste du groupe Abranis,et membre fondateur du groupe Syphax, du village de Bouaïdel ;
  • Rachid AitChekdid, chanteur, du village Ait Arbi[Quand ?] ;
  • Marzouk Hamiane, journaliste, comédien, chanteur(groupe Debza), du village Ait Arbi[Quand ?].
  • François d'Orléans, militaire français, « duc d'Orléans » à titre posthume, décédé le 11 octobre 1960 dans le village de Taourirt Ali Ou Naceur.
  • Lalla Fatma N'Soumer, combattante qui à dirigé la résistance Kabyle dans les années 1850 contre l'occupation Française, née a Soumeur en 1830, arrêtée le 27 juillet 1857 dans le village de Takhlijt Ath Atsou. Lalla Fatma N'Soumer est née dans le village de Ouerdja dont elle est originaire dans l'Ârch des Ath Bouyoucef. Elle a vécu pendant une période à Soumer chez son frère cheikh (imam) dans ce village.
  • Abbes Hamadene :Intellectuel et Leader historique du combat pour la culture berbère, la démocratie (université Hasnaoua de TO). Conseiller politique de Hocine Ait Ahmed (2000-2002).


Références[modifier | modifier le code]

  1. Evolution intercensitaire de la population sur le site de la wilaya de Tizi Ouzou. Consulté le 25/02/2011
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, p. 1504 à 1510.
  3. Les déportés maghrébins en Nouvelle-Calédonie et la culture du palmier dattier de 1864 à nos jours : Par Mélica Ouennoughi, Pierre-Philippe Rey - Publié par Éditions L'Harmattan, 2005, page 126 - ISBN 274759601X, 9782747596015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Abdenour Si Hadj Mohand et Jean Collet, La Guerre vécue par un chasseur alpin : Iferhounéne (Kabylie) 1954-1962, Publibook,‎ 15 novembre 2007 (ISBN 9782748339024)