Beni Yenni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beni Yenni
Vues des villages de Beni Yenni (depuis les cimes du Djurdjura)
Vues des villages de Beni Yenni (depuis les cimes du Djurdjura)
Noms
Nom algérien بنى ينى
Nom kabyle Ath Yanni
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi-Ouzou
Daïra Beni Yenni
Chef-lieu Taourirt Mimoum
Président de l'APC Smail Deghoul
2012-à ce jour
Code postal 15530
Code ONS 1552
Indicatif +213 26 33
Démographie
Population 5 737 hab. (2008[1])
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 34′ 31″ N 4° 12′ 28″ E / 36.5751916, 4.207644236° 34′ 31″ Nord 4° 12′ 28″ Est / 36.5751916, 4.2076442  
Superficie 34,250 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Yenni

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Yenni

Beni Yenni (Aït Yenni ou Ath Yanni en kabyle) est une commune de Kabylie de la wilaya de Tizi Ouzou, située à environ 35 km au sud-est de Tizi Ouzou.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Ath Yenni est située à 35 km au sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou.

Communes limitrophes de Ath Yenni
Ait Mahmoud Larbaâ Nath Irathen Ait Aggouacha
Ouadhia Ath Yenni Ain El Hammam
Aït Toudert Ouacif Iboudraren

Relief[modifier | modifier le code]

Ath Yenni est une commune rurale située dans le massif de Kabylie dont le relief est constitué d'une succession de collines au piémont de la chaîne du Djurdjura qui en constitue la limite septentrionale.

Les villages sont bâtis au sommet des crêtes de montagne à une altitude de 800 à 900 mètres [2].

La montagne du Djurdjura est visible depuis plusieurs villages.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Beni Yenni est composée, lors de sa création en 1984 dans ses limites actuelles, de onze localités[3] :

  • Agouni ;
  • Aït Larbaa ou Aït Larba, village natal de Mustapha Ourrad[4] ;
  • Agouni Ahmed ;
  • Ait Lekhla ;
  • Ait Lahcène ;
  • Khelf ;
  • M'Draa ;
  • Tansaout ;
  • Taourirt Issoulass ;
  • Taourirt L'Hadjadj ;
  • Taourirt Mimoum (chef-lieu de la commune) ;
  • Tighzirt.

Ils sont bâtis le long de la route CV06 qui est la voie de communication entre tous les villages.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du nom de la tribu de Kabylie des Aït Yenni.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village At Yanni viendrait du mot turc Yani qui signifie nouveau. Lorsqu'on sait que At Yanni a toujours servi de refuge à des personnes qui étaient venues demander la protection (laânaya) des sages du village, notamment lorsqu'elles avaient commis des "crimes d'honneur" (ad yili rran-d ttar ma yella ttwalasen tamgert...).Ainsi donc le village d'At Yanni serait "multipolaire" (constitué par des gens venus de plusieurs villages de Kabylie et auxquels les sages du villages ont accordé leur protection, leur ont accordé un lot de terrain pour s'y installer et leur ont permis de se marier dans le village d'At Yanni).

Tawrirt Mimun aurait été le village initial, donc où résidaient les habitants fondateurs du village.

Administration[modifier | modifier le code]

Commune ancienne, Beni Yenni fut érigée en chef lieu de daïra en 1991 regroupant également les communes d'Iboudraren et Yatafen.

Économie[modifier | modifier le code]

L’artisanat, dans le domaine de la joaillerie (« bijoux kabyles »), est la principale et ancestrale activité économique et touristique des villages des Ath Yenni[5],[6],[7].

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

La commune organise chaque année, en été, des expositions et des festivités basées principalement sur le thème de l'artisanat, de la joaillerie, mais aussi de la vannerie et de la broderie[2].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Azouaou Mammeri, artiste-peintre algérien, né dans le village de Taourirt-Mimoun en 1890 ; il y meurt en 1954.
  • Arezki Metref, écrivain, poète et journaliste algérien, dont la famille est originaire de Beni Yenni.
  • Ahmed Ouyahia, homme politique algérien.
  • Lounis Aït Menguellet, poète, chanteur kabyle.
  • Mouloud Mammeri, un écrivain, anthropologue et linguiste algérien, né dans le village de Taourirt-Mimoun en 1917.
  • Idir, chanteur, auteur-compositeur-interprète et musicien algérien, né dans le village d'Aït Lahcène en 1949.
  • Brahim Izri, chanteur, auteur-compositeur-interprète algérien, né dans le village d'Ath Lahcène en 1954.
  • Ahmed Boumendjel, avocat et homme politique algérien, né à à Béni Yenni en 1908.
  • Mohamed Arkoun, intellectuel, historien de l'Islam et philosophe, né dans le village de Taourirt-Mimoun en 1928.
  • Dgibril Khelifa, poète, théologien de l'Islam, né dans le village de Taourirt-Mimoun en 1930.
  • Hakim Medane, footballeur, né en 1966 à El Harrach mais inscrit comme nouveau-né à la mairie de Beni Yenni.
  • Augustin-Belkacem Ibazizen, avocat, homme politique et écrivain, né en 1897 dans le village d'Aït Laarba.
  • Kasdi Merbah, ancien premier ministre, né à Beni Yenni en 1938.
  • Mahieddine Khalef, ancien sélectionneur de l'équipe d'Algérie, et de la JS Kabylie, dont la famille est d'origine de Beni Yenni.
  • Brahim Zafour, footballeur, ancien joueur de la JS Kabylie, de la JSM Béjaia et de l'équipe d'Algérie.
  • Mustapha Ourrad, né en 1954 dans le village d'Aït Larbaa, assassiné lors de l'attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Evolution intercensitaire de la population sur le site de la wilaya de Tizi Ouzou. Consulté le 25/02/2011
  2. a et b Daniel Babo, Algérie, Éditions le Sureau, coll. « Des hommes et des lieux » (ISBN 978-2-911328-25-1), p. 79
  3. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, page 1506.
  4. Imene Brahimi, « Á Aït Larba, village natal de Mustapha Ourrad, l’Algérien tué à Charlie Hebdo », sur www.tsa-algerie.com, TSA, Tout sur l'Algérie,‎ (consulté le 12 janvier 2015)
  5. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Algérie 2009-2010, Le Petit Futé, coll. « Country Guide », 4e éd. (ISBN 97822746921962[à vérifier : ISBN invalide]), p. 313
  6. Visite des artisans et des bijouteries de Beni Yenni sur le site de l'Office national Algérien du Tourisme (ONAT). Consulté le 28/02/2011.
  7. Tizi Ouzou. Le bijou de Beni Yenni en voie de disparition, site du journal El Watan du 15/07/2011. Consulté le 15.07.11

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]