Azazga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Azazga
Mairie de Azazga
Mairie de Azazga
Noms
Nom algérien عزازقة
Nom kabyle Iɛeẓẓugen
Nom touareg 2D49.png2D44.png2D3B.png2D65.png2D65.png2D53.png2D33.png2D3B.png2D4F.png
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Azazga (chef-lieu)
Président de l'APC Mézouani Youcef
2007-2011
Code postal 15300
Code ONS 1518
Démographie
Population 34 683 hab. (2008[1])
Densité 450 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 44′ 43″ N 4° 22′ 16″ E / 36.745278, 4.371111 ()36° 44′ 43″ Nord 4° 22′ 16″ Est / 36.745278, 4.371111 ()  
Superficie 77,05 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Azazga

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Azazga

Azazga (Iɛeẓẓugen en berbère, عزازقة en arabe et transcrit en tifinagh : 2D49.png2D44.png2D3B.png2D65.png2D65.png2D53.png2D33.png2D3B.png2D4F.png), est une commune de la wilaya de Tizi Ouzou, situé à 30 km du littoral à 60 km à l'est de Tizi Ouzou et à 100 km à l'ouest de Béjaïa, en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Azazga est située sur la route nationale 12, appelée aussi la route de la Kabylie, qui relie Thenia à Béjaia via Tizi Ouzou, Yakouren et Adekar

Communes limitrophes d’Azazga
Aghribs Aghribs, Akerrou Akerrou
Freha, Mekla Azazga Yakouren
Ifigha Souamaâ, Ifigha Souamaâ

Azazga est situé en amont d'Acif Sebaou (le Fleuve Sébaou), entre Tizi Ouzou et Yakouren. Azazga, de par sa position centrale, est devenue au fil des années un axe de transit très important et très fréquenté par les usagers et routiers de près de dix 10 wilayas (départements) ; la nationale 12 qui la traverse reçoit quotidiennement plus de 300 000 véhicules et rejoint la nationale 71 qui passe par le village de Rabta (village de sidi Salah à 700 mètres d'altitude) en direction de Ifigha, Bouzeguen puis vers Ain El Hammam à plus de 1 000 mètres d'altitude.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Azazga fut bâti sur un terrain marécageux nommé « ilmathen » (Ilmaten, les marécages), asséché pour les besoins ; jusqu'en 1962 il y avait des dizaines de fontaines dans toute la ville.

D'une superficie de 77,05 km2, la commune se trouve à 550 mètres d'altitude, entourée de montagnes, de forêts, de terres agricoles, de rivières et du fleuve Sébaou. Le point culminant d'Azazga, situé à Ait Bouhini est à 1 000 mètres d'altitude.

Le territoire de la commune est constitué principalement de :

  • sous-bois et forêts : 4387 ha
  • terres improductives et incultes (Maquis) : 1267 ha
  • pacage et parcours : 340 ha
  • surfaces agricoles utiles : 1711 ha

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Azazga
Aghribs Aghribs, Akerrou Yakouren
Freha Azazga Yakouren
Freha,
Mekla
Souamâa Ifigha

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

En 1984, la commune d'Azazga est constituée à partir des localités suivantes[2] :

  • Agouni Guizem (Aghni Guizem)
  • Aït Ali
  • Aït Bouada
  • Azazga
  • Boubroun
  • Cheurfa
  • Flikki
  • Hendou
  • Ighil Bouzel
  • Imlel
  • Rabta
  • Tadert
  • Tala Oukouchach
  • Tinkicht
  • Tinssouine
  • Tirsatine Ouarkik (Thirsathine)
  • Tizi Bouchène

Toponymie[modifier | modifier le code]

Azazga est la forme arabisée puis francisée du nom kabyle Iεazzugen, signifiant « les sourds » ; contrairement à la croyance populaire qui explique le nom par le fait que la population du lieu était sourde aux tentatives de soumission à la conquête française, l'origine du nom lui est bien plus ancienne[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée sous l'occupation française en 1882[4], elle était le chef-lieu de la commune du Haut-Sébaou.

Les habitants d'Azazga ont joué un rôle très important lors de la guerre de libération algérienne[réf. nécessaire] du village Iaazougen était un meneur en ce 1er novembre 1954, le capitaine et le commandant, les héros de l'opération oiseau bleu ainsi qu'en 1963 durant les révoltes Kabyle contre le pouvoir algérien de l'époque.

De même durant les émeutes du Printemps noir de 2001 où il y a eu près de 128 morts et plus de 5000 blessés et a abouti à la fermeture et à la destruction de la caserne de la Gendarmerie après un an de quarantaine totale des 100 fonctionnaires (sans eau et sans électricité).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'agglomération d'Azazga rassemble en 2008, près de 40 000 habitants[5]. La ville d'Azazga avec 25 000 habitants est classée quatrième de Grande Kabylie après Tizi-Ouzou 120 000 habitants, Bouira (70 000 habitants) et Tazmalt (26 000 habitants) ; et est la sixième ville de toute la Kabylie derrière dans l'ordre Béjaia, Tizi Ouzou, Bouira (70 000 habitants), Akbou (42 000 habitants) et Tazmalt (26 000 habitants).

Administration[modifier | modifier le code]

Plusieurs maires se sont succédé depuis la naissance de la commune. Le dernier en date est Fehrat Guerda, originaire du village voisin El Madjen.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Azazga est dotée de 14 écoles primaires, de quatre collèges, C.E.M Tizi Bouchène 800, C.E.M Filles Aïche Fatma, C.E.M Base 5 Tadert, C.E.M Garçons Adnane, de 3 lycées, lycée Chihani Bachir, lycée Sahoui Aldjia filles, Technique Yazourène Saïd.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital d’Azazga d'une capacité de 272 lits techniques dont 232 lits organisés, est implanté dans la commune d'Azazga, et doté de :

  • quatre services d'hospitalisations
  • une unité d'urgence médico-chirurgicale
  • une unité d'hémodialyse, un laboratoire
  • un PTS, un service de radiologie
  • un bloc opératoire doté de quatre salles opératoires dont une salle réservée aux urgences

L'établissement public hospitalier couvre trois daïras (sous-préfectures) soit 206515 habitants : Daïra (sous-préfecture) d'Azazga : Répartie sur 5 communes (89089 habitants), Daïra de Bouzeguene : Répartie sur 4 communes(61085 habitants), Daïra de Mekla : Répartie sur 3 communes (56341 habitants), Daïras limitrophe (Azeffoun, Adekar, Ouaguenoun)

Économie[modifier | modifier le code]

La ville, un des tout premiers carrefours économiques de la région avec le souq n ssevt (Marché) est considéré comme l’une des plus importante de Kabylie.

Sa position en fait une étape clé pour les voyageurs souhaitant aller vers Béjaïa, Ain El Hammam et les hauteurs du Djurdjura.

L'habitat est également un secteur dynamique (construction de villas, immeubles, etc) ; tout comme l'agriculture (fruits et légumes), l'élevage, la production d'huile d'olive et de miel.

Le Souq n ssevt, est considéré comme l'un des plus grands marchés de Kabylie.

Plusieurs usines sont implantées dans la région (sonelec, briqueterie, liège…)[Lesquelles ?]. Dans le domaine agro-alimentaire, on retrouve les usines de crème glacée Gini et yeti[Quoi ?] et plusieurs huileries automatiques et semi automatiques[précision nécessaire].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne à Azazga[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

L'équipe de football d'Azazga (dont le nouveau et très beau stade en synthétique vient d’être finalisé et mit en service il y a peu, la Jeunesse Sportive Azazga ou JSA, est l'un des plus anciens clubs d'Algérie. Fondé en 1946 par un certain Boukersi Lounès, En 2011 le club accède en Regionale suite à leur victoire devant leurs voisins de L’ES Azefoun.

Olympique Cheurfa d'Azazga est un Club Amateur de football de la ville d’Azazga, évoluant en Régional 1 (ligue d’Alger), sa création remonte à 1998 sous l’appellation de l'UCB, Qui signifie : Union Cheurfa n'Bahloul.Son histoire est marquée par quatre accessions dont trois consécutives (2001/2002, 2002/2003, 2003/2004). Il a réussi à accéder en Division 4, à l’issue de la saison (2006/2007), et est devenu ainsi le 3 éme club de la wilaya de Tizi-ouzou

En juin 2008, Ighil Bouzel crée un nouveau club qui se nomme USA Union Sportive Azazga. Il débuta dans la saison 2008/2009 avec sa tenue brésilienne bleu et jaune. Ce club avait aussi pendant de nombreuses années une section arts martiaux dans laquelle Chekini Bachir venu de Vigneux-sur-Seine (91) en France et originaire du village de Rabta, a enseigné le Full Contact pendant près de deux ans, formant avec réussite de nombreux élèves et un moniteur plusieurs fois champion d'Algérie, de 2000 à 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Evolution intercensitaire de la population sur le site de la wilaya de Tizi Ouzou. Consulté le 25/02/2011
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, page 1509.
  3. Mohand-Akli Haddadou, Dictionnaire toponymique et historique de l'Algérie, Tizi Ouzou, Éditions Achab,‎ 2012 (ISBN 9789947972250), p. 184.
  4. Pierre Hacoun Comperdon, Études sur l'évolution des coutumes kabyles, spécialement en ce qui concerne l'exhérédation des femmes et la pratique des habbous, Thèse de doctorat en droit, Alger, J.Carbonnet, 1921, p.31
  5. Le terme agglomération comprend la ville et sa banlieue (la commune). Site gouvernemental de la daïra d'Azazga http://www.tiziouzou-dz.com/decoupage-administratif.htm#

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Mohamed Salah Essedik, Opération Oiseau bleu, Ed. Dar El Oumma, 2002, (ISBN 9961-67-141-4)