Landnámabók

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Landnámabók (« le livre de la colonisation » en français, souvent abrégé Landnáma en islandais) est un manuscrit décrivant de manière très détaillée la colonisation (landnám) de l'Islande par les Scandinaves aux IXe et Xe siècles.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le recueil commence avec l'établissement initial d’Ingólfur Arnarson à Reykjavik et ses prétentions sur les différentes parties de l'île. Le livre s’attache ensuite à tenir le compte des descendants des premiers colons, et retrace les généalogies familiales et les évènements les plus importants jusqu’au XIIe siècle : plus de 3 000 personnes et 1 400 colonies sont nommément citées.

Il dresse également la liste des 435 hommes qui seraient les colons initiaux de l'Islande, la majorité d'entre eux s'étant établis au nord et au sud-ouest de l'île. Ce livre demeure une source inestimable de renseignements sur l'histoire et la généalogie des Islandais.

Une page d'un parchemin du Landnáma conservé à l'Institut Árni Magnússon à Reykjavik

Manuscrits[modifier | modifier le code]

Trois manuscrits médiévaux du Landnámabók sont parvenus jusqu'à nous :

  • La plus vieille version, le Sturlubók de Sturla Thórðarson a probablement été écrite entre 1275 et 1280 et est la seule version complète.
  • La deuxième version, le Hausbók de Haukr Erlendsson a été écrite entre 1306 et 1308, mais n'est pas complète.
  • La troisième version, le Melabók date de 1313 et est probablement l'œuvre de Snorri Markússon. Cette version n'est que très fragmentaire, mais elle est la version qui reprend de la manière la plus pure le texte original.

Par ailleurs, deux autres ouvrages de l'époque moderne contiennent également des versions du Landnámabók :

Fiabilité du Landnámabók[modifier | modifier le code]

Les contemporains de l'auteur du Landnámabók faisaient déjà partie de la cinquième génération d'Islandais. L'enregistrement des faits avait jusque là reposé sur la transmission orale, dont la fiabilité est passablement moindre plus de 200 ans après les faits. L'intérêt de cette société de propriétaires terriens pour la généalogie et les descendances est si forte, en raison des titres de propriété des terres, que le Landnámabók reste pourtant une source fiable. La première version du Landnámabók n'est pas parvenue jusqu'à nous. Elle a été établie au XIe siècle et il est admis que ce livre est l'œuvre d'Ari Þorgilsson ou, pour le moins, que celui-ci a participé à sa création.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Boyer, Le livre de la colonisation de l’Islande : selon la version de Sturla Thordarson (Sturlubók) , édition Brepols, collection Miroir du Moyen Âge, Turnhout, 2000.

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]