Hans-Adam II de Liechtenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans-Adam II
Le prince Hans-Adam II de Liechtenstein
Le prince Hans-Adam II de Liechtenstein
Titre
15e prince de Liechtenstein
En fonction depuis le 13 novembre 1989
(&&&&&&&&&&&0902524 ans, 8 mois et 17 jours)
Président du gouvernement Hans Brunhart
Markus Büchel
Mario Frick
Otmar Hasler
Klaus Tschütscher
Adrian Hasler
Prédécesseur Franz Joseph II
Régent de Liechtenstein
26 août 198413 novembre 1989
(&&&&&&&&&&&0902524 ans, 8 mois et 17 jours)
Monarque Franz-Joseph II
Successeur Alois, comte de Rietberg
Prince héréditaire de Liechtenstein
14 février 194513 novembre 1989
(&&&&&&&&&&01634344 ans, 8 mois et 29 jours)
Monarque Franz-Joseph II
Prédécesseur Franz-Joseph
Successeur Alois, comte de Rietberg
Biographie
Titre complet Titulature complète
Hymne royal Oben am jungen Rhein
Dynastie Maison de Liechtenstein
Nom de naissance Johannes Adam Ferdinand Alois Josef Maria Marko d'Aviano Pius von Liechtenstein
Date de naissance 14 février 1945 (69 ans)
Lieu de naissance Zurich (Suisse)
Père Franz Joseph II
Mère Georgina von Wilczek
Conjoint Marie Kinský von Wchinitz und Tettau
Enfant(s) Prince Alois von Liechtenstein
Prince Maximilian von Liechtenstein
Prince Constantin von Liechtenstein
Princesse Tatjana von Liechtenstein
Héritier Alois, comte de Rietberg
Diplômé de Université de Saint-Gall
Résidence Château de Vaduz

Hans-Adam II de Liechtenstein
Monarques du Liechtenstein

Hans-Adam II (né Johannes Adam Ferdinand Alois Josef Maria Marko d'Aviano Pius von und zu Liechtenstein) est né le 14 février 1945 à Zurich. Il est le 15e et actuel prince souverain de Liechtenstein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné du prince souverain Franz Joseph II (1906-1989) et de la princesse, née comtesse Georgina Norberta de Wilczek (1921-1989). En 1984, tout en gardant le titre de prince souverain, le prince Franz-Joseph II délègue ses pouvoirs à son fils aîné jusqu'à son décès en novembre 1989.

Le règne du prince Hans-Adam II est marqué par l'entrée du Liechtenstein aux Nations unies et au Conseil de l'Europe mais aussi de nombreux conflits avec le monde politique du Liechtenstein :

Invoquant une certaine paralysie des institutions, Hans-Adam II a soumis à référendum, en 2003, une révision constitutionnelle adoptée à une large majorité. Il avait auparavant annoncé son intention de quitter le pays si la confiance du peuple était venue à lui manquer (sachant qu'il est propriétaire à titre personnel de la quasi-totalité de la principauté[réf. nécessaire]).

Les pouvoirs du prince souverain ont ainsi été considérablement renforcés :

  • il peut nommer un nouveau gouvernement même si l'ancien conserve toujours la confiance de la Diète ;
  • il peut aussi mettre son veto à tout projet de loi ;
  • il bénéficie également d'une immunité totale sans être soumis au contrôle de la Diète.
  • le prince a le pouvoir de proposer des lois.

Néanmoins, la possibilité d'abolir la monarchie est désormais possible via un référendum. Cette situation aurait une conséquence inédite car l'État portant le nom patronymique du souverain, il faudrait alors trouver une nouvelle appellation pour ce petit pays.

Le 15 août 2004, Hans-Adam II a transmis la direction des affaires courantes à son fils, le prince héréditaire Alois, nommé par ordonnance « représentant habilité à exercer toutes les fonctions de chef de l'État ».

En cela, il semble suivre une politique comparable à celle adoptée depuis les années 1960 par les grands-ducs de Luxembourg (Charlotte puis son fils Jean), lesquels transmettent la direction effective des affaires à leur héritier désigné, sous le titre de lieutenant-représentant, pendant une période transitoire de deux ou trois ans avant leur retrait définitif des affaires publiques (abdication).

En 2009, il a publié un livre sur son expérience de chef d'État et ses réflexions en prospective politique : The State in the Third Millenium. Éditions ven Eck Verlag, au Liechtenstein. Ce livre a été traduit en français sous le titre : L'État au troisième millénaire, a paraître aux éditions Apopsix.[réf. nécessaire]

La fortune du prince[modifier | modifier le code]

Sa fortune est estimée, en 2013, à 2,8 milliards d'euros[1]. Ce qui en fait le plus riche des souverains d'Europe.

Outre le château de Vaduz, résidence de la famille princière au Liechtenstein (résidence d'État depuis 1939), le souverain possède également le château de Liechtenstein en Autriche, flanqué du château de Neu-Liechtenstein, ainsi que le palais Liechtenstein à Vienne qui renferme probablement la plus précieuse collection d'art privée du monde[réf. nécessaire].

En septembre 2008, le prince a refusé de prêter des œuvres d'art à un musée de Berlin en arguant que la Principauté avait résisté à trois empires allemands et qu'elle espérait survivre à un quatrième empire[2].

Le prince possède également des châteaux en Slovaquie qui représentent une centaine de kilomètres carrés de terres cultivées.

Au Texas, il possède une exploitation agricole, Rice Tech, qui produit une variété de riz basmati issue de la culture transgénique.

La fortune du prince et de sa famille est administrée par une banque privée, LGT Bank.

Le prince réclame la restitution de deux châteaux (Lednice et Valtice) entourés d'un domaine de 1 300 km2 en République tchèque dont il a été dépossédé en 1945, ainsi que de nombreuses toiles de maître qui s'y trouvaient. À ce jour, ni la Cour internationale de justice (CIJ) ni la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) n'ont reconnu ses droits[3].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le 30 juillet 1967, le prince Hans-Adam épouse la comtesse Marie Kinský von Wchinitz und Tettau, née le 14 avril 1940. Quatre enfants sont nés de ce mariage :

  • le prince Alois, Philipp Maria von Liechtenstein (Zurich, 11 juin 1968), prince héréditaire de Liechtenstein, comte de Rietberg, épouse en 1993 Sophie von Wittelsbach (1967), duchesse en Bavière, d'où postérité :
    • le prince Joseph Wenzel Maximilian Maria (Londres, 24 mars 1995),
    • la princesse Marie Caroline Elisabeth Immaculata (Grabs, 17 octobre 1996),
    • le prince Georg Antonius Constantin Maria (Grabs, 20 avril 1999),
    • le prince Nikolaus Sebastian Alexander Maria (Grabs, 6 décembre 2000)
  • le prince Maximilian Nikolaus Maria (Saint-Gall, 16 mai 1969), épouse à Vaduz civilement le 21 janvier 2000 et religieusement à New York le 29 janvier 2000 Angela Gisela Brown (1958), d'où :
    • le prince Alfons Constantin Maria (Londres, 18 mai 2001)
  • le prince Constantin Ferdinand Maria (Saint-Gall, 15 mars 1972), épouse à Vaduz civilement le 14 mai 1999 et religieusement à Csicso (Slovaquie) le 18 juillet 1999 la comtesse Marie Kálnoky de Köröspatak (1975), d'où :
    • le prince Moritz Emanuel Maria (New York, 27 mai 2003)
    • la princesse Georgina Maximiliana Tatjana Maria (Vienne, 23 juillet 2005)
    • le prince Benedikt Ferdinand Hubertus Maria (Vienne), 18 mai 2008
  • la princesse Tatjana Nora Maria (Saint-Gall, 10 avril 1973), épouse à Vaduz le 5 juin 1999 le baron Matthias Philipp von Lattorff, d'où sept enfants, d'où :
    • Lukas Marie von Lattorff (Wiesbaden, 13 mai 2000)
    • Elisabeth Maria Angela Tatjana von Lattorff (Grabs, 25 janvier 2002)
    • Marie Teresa von Lattorff (Grabs, 18 janvier 2004)
    • Camilla Maria Katharina von Lattorf (Monza, 4 novembre 2005)
    • Anna Pia Theresia Maria von Lattorf (Goldgeben, 3 août 2007)
    • Sophie Katharina Maria von Lattorf (Goldgeben, 30 octobre 2009)
    • Maximilian von Lattorf (Goldgeben, 17 décembre 2011)

Titulature[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]