Grandson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grandson
Blason de Grandson
Héraldique
Vue du château de Grandson.
Vue du château de Grandson.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Jura-Nord Vaudois
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Corcelettes, Les Tuileries-de-Grandson, Péroset, La Poissine, Bru, La Perraudettaz
Communes limitrophes :
Champagne, Bonvillars, Montagny-près-Yverdon, Valeyres-sous-Montagny, Giez, Fiez
Syndic François Payot
Code postal 1422
N° OFS 5561
Démographie
Gentilé Les Grandsonnois
Population 3 181 hab. (31 décembre 2013)
Densité 405 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 01″ N 6° 37′ 59″ E / 46.8169444444, 6.6330555555646° 49′ 01″ Nord 6° 37′ 59″ Est / 46.8169444444, 6.63305555556  
Altitude Min. 435 m – Max. 535 m
Superficie 786 ha = 7,86 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Grandson

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Grandson

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Grandson
Liens
Site web www.grandson.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Grandson est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Grandson se situe au bord du lac de Neuchâtel à 4 km au nord d'Yverdon-les-Bains. La commune s'étend aussi jusqu'à la rivière Arnon au Nord puis à l'est lorsqu'elle rejoint le lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 2 mars 1476 eut lieu la bataille de Grandson, qui vit la victoire des confédérés, alliés de Louis XI de France, sur Charles le Téméraire[3]. Depuis la création du canton de Vaud en 1803 et jusqu'au 31 décembre 2007, Grandson a été chef-lieu du district du même nom avant que cette région ne devienne partie prenante du nouveau district du Jura-Nord vaudois suite à l'adoption de la nouvelle Constitution cantonale vaudoise par les citoyens de ce canton en 2003.

Monuments[modifier | modifier le code]

Le deuxième plus grand château de Suisse[réf. nécessaire] se situe dans le bourg, il est visité annuellement par environ 30 000 personnes.

L'église Saint-Jean-Baptiste, deuxième monument phare de la commune, a été rénovée en 2007. Église romane érigée au XIe siècle, elle était initialement un prieuré de la congrégation bénédictine de La Chaise-Dieu. Une partie importante de la décoration a survécu à la rigueur de la Réforme. On y trouve notamment de riches plafonds ainsi qu'une représentation de la mise au tombeau du XVe siècle.

Outre ces deux monuments, la station lacustre de Corcelettes est également inscrite comme bien culturel suisse d'importance nationale[4].

Un deuxième couvent existait dans ce bourg, le Couvent des Cordeliers. Il fut fondé par Othon Ier de Grandson qui reçut, le 12 décembre 1289, l'autorisation du pape Nicolas IV de l'ériger sur les bords de la rivière Liserne appelée maintenant Arnon. Il ne fut finalement pas construit le long de ce cours d'eau mais au bord du lac de Neuchâtel à l'entrée ouest de Grandson vers 1308.

Au milieu du XVIe siècle, après le passage de la Réforme protestante en pays romand et lorsque la région de Grandson était administrée en alternance entre les États de Berne et de Fribourg, les biens du couvent et du prieuré furent distribués entre les deux États administrateurs. L'une des cloches enlevées du couvent existe toujours en l'église St-Maurice de Fribourg. Aujourd'hui, la tour du couvent reste toujours élancée et fait partie du bâtiment de l'administration communale. Malgré la présence de trois lieux de culte, le troisième se trouvant dans le château, ce n'est qu'après la Réforme, au milieu du XVIe siècle, que les habitants du lieu purent enfin célébrer le culte en leur bourg. Précédemment, ils devaient se rendre dans le village voisin de Giez.

L'hôtel de ville se situe dans une ancienne église.

L'Hôtel de Ville

L'école des Tuileries-de-Grandson (1837-1838), est un harmonieux bâtiment conçu par les architectes lausannois Henri Perregaux et Achille de La Harpe[5].

Sport[modifier | modifier le code]

Grandson possède, avec le FC Grandson-Tuileries, le deuxième plus grand centre de recrutement de footballeurs du canton de Vaud derrière l'Étoile Sportive FC Malley de Lausanne[réf. nécessaire]. Sa première équipe milite en 2e ligue vaudoise (5e division nationale).

Grandson possède également sa société de gymnastique, la FSG Grandson, qui est, avec 250 membres actifs en 2013, l'une des plus grosse société de Grandson avec le FC Grandson-Tuileries.

Le club de BMX, a fusionné en 2012 avec celui d'Yverdon-les-Bains, pour devenir un club d'importance nationale. En plus des titres de champions suisses régulièrement récoltés, il dispose d'une nouvelle piste au lieu dit "Le Pécos" qui lui permet d'organiser des compétitions au niveau international.

La commune dispose également d'un club de voile, un club de tennis, une société de tir, la Société de tir de l'Arnon, qui rassemble les tireurs des communes de Fiez, Giez et Grandson.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau de cars postaux et sera, d'ici à quelques années, desservie par les transports publics de la ville voisine d'Yverdons. Une gare à trois voies n'est maintenant presque plus desservie par les CFF. Le RER vaudois aura sa dernière station à Grandson d'ici 2016.

Sociétés culturelles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. « Grandson » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  5. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 »,‎ 2007 (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 337 et suiv.

Sur les autres projets Wikimedia :