Sainte-Croix (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Croix.
Sainte-Croix
Blason de Sainte-Croix
Héraldique
Vue générale de Sainte-Croix
Vue générale de Sainte-Croix
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Jura-Nord vaudois
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Culliairy, L'Auberson, La Chaux, La Sagne, La Vraconnaz, Le Château-Sainte-Croix, Les Replans
Communes limitrophes :
La Côte-aux-Fées, Fiez, Bullet, Vuiteboeuf, Baulmes, Les Fourgs, Les Hôpitaux-Vieux
Syndic Franklin Thévenaz
Code postal 1450 Sainte-Croix
1450 La Sagne
1454 L'Auberson
1454 La Vraconnaz
N° OFS 5568
Démographie
Gentilé Les Sainte-Crix
Population 4 684 hab. (31 décembre 2013)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 00″ N 6° 30′ 00″ E / 46.8166666667, 6.546° 49′ 00″ Nord 6° 30′ 00″ Est / 46.8166666667, 6.5  
Altitude 1 094 m
Superficie 3 942 ha = 39,42 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Sainte-Croix

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Sainte-Croix

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Sainte-Croix
Liens
Site web www.sainte-croix.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Sainte-Croix est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois entre Yverdon-les-Bains, Fleurier et Pontarlier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Sainte-Croix est déjà connue du temps de l'Empire Romain, comme lieu de passage à travers la chaîne du Jura.

Au XIVe siècle, deux châteaux furent construits. L’un par les sires de Grandson, au débouché des gorges de Covatanne, et l’autre par Hugues de Chalon-Arlayau qui éleva une forteresse au Col des Étroits. Les deux ont disparu. À cette même époque se trouvaient aussi une chapelle dédiée à la Sainte-Croix, qui a longtemps été un lieu de pèlerinage d’une certaine importance[3].

Au XVIIIe siècle, Sainte-Croix se développe dans les domaines de la sidérurgie et de l'horlogerie. Les boîtes à musique y sont produites dès le début du XIXe siècle.

Vers la fin du XIXe siècle, l'industrie de la mécanique de précision se développe (production de phonographes, gramophones, caméras, radios, machines à écrire), ainsi que le tourisme et les sports d'hiver.

Suite à la crise économique des années 1970, le nombre d'emplois et d'habitants chute fortement, mais de nouveaux domaines d'activités apparaissent, notamment la micromécanique, l'électronique, l'informatique, ou l'horlogerie haut de gamme. En outre, de nombreuses activités artisanales locales y subsistent.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le centre de Sainte-Croix est situé à 11 km à vol d'oiseau d'Yverdon-les-Bains, chef-lieu de district. La superficie du territoire communal est de 39,4 km². Le point le plus haut de la commune est à 1 559 mètres d'altitude.

Le territoire communal est situé entre le col des Étroits, les Aiguilles de Baulmes et le Chasseron, sur une section du Haut Jura Vaudois. La partie orientale comprend la zone source de l'Arnon, cours d'eau qui longe les Gorges de Covatannaz située au-dessus de Vuitebœuf. On trouve le point culminant du territoire communal aux Aiguilles de Baulmes, à 1 559 mètres d'altitude, point qui marque également la limite territoriale avec Baulmes situé en contrebas. Le Mont des Cerfs (1 273 mètres d'altitude) est à l'ouest, tandis que le Cochet, au nord, est à 1 483 mètres d'altitude.

Les zones ouest et nord de la commune sont situées dans le bassin versant de l'Areuse, s'étendant sur un plateau et quelques petites vallées et comprenant la réserve naturelle de la Mouille de la Vraconnaz. La Noiraigue s'écoule dans un vallon profondément entaillé nommé Vallon de Noirvaux en direction du Val-de-Travers. La réserve naturelle de la Dénériaz se trouve à l'extrême nord du territoire communal sur un versant du Chasseron.

En 1997, 7 % du territoire sont constitués de terrains constructibles et 48 % de forêts, 43 % sont consacrés à l'agriculture et 2 % sont improductifs.

Les communes voisines de Sainte-Croix sont Baulmes, Vuiteboeuf, Bullet et Fiez dans le canton de Vaud, La Côte-aux-Fées dans le canton de Neuchâtel, ainsi que Les Fourgs et Les Hôpitaux-Vieux en France voisine.

Lieux-dits et villages[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal sont situés nombre de lieux-dits et villages, dont l'Auberson, le Château de Ste-Croix à 990 mètres d'altitude à proximité des gorges de Covatannaz, la Villette à 925 mètres d'altitude, Vers-Chez-Jaccard à 1 020 mètres d'altitude, les Replans à 1 140 mètres d'altitude et Les Petites Roches Dessus sur le versant sud du Cochet à 1 130 mètres d'altitude.

Culliairy à 1 037 mètres d'altitude et La Sagne 1 037 mètres d'altitude sont dans la zone source de l'Arnon; La Gittaz Dessous (1 235 mètres d'altitude) et la Gittaz Dessus (1 280 mètres d'altitude) sur la crête nord des Aiguilles de Baulmes; le long village-rue de L'Auberson à 1 100 mètres d'altitude, Les Grangettes à 1 118 mètres d'altitude, Les Praises (sur le versant ouest du Cochet), La Prise Perrier (1 092 mètres d'altitude) et La Chaux (1 086 mètres d'altitude) sont sur le plateau à l'ouest du Col des Etroits. Mouille Mougnon 1 040 mètres d'altitude à proximité du ruisseau "La Noiraigue"; La Vraconnaz (1 109 mètres d'altitude) sur le flanc oriental des tourbières des Mouilles de la Vraconnaz.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
Année Population
1764 1834
1798 2833
1850 3541
1900 5914
1910 5190
1930 6340
1950 6575
1960 6925
1970 6240
1980 4543
1990 4321
2000 4333

Les habitants sont francophones à 90,3 %, italophones à 2,2 % et germanophones à 2,2 %. La population s'élevait à 7000 habitants en 1960. La crise économique des années 1970 a conduit Sainte-Croix à subir une émigration massive, de sorte qu'en 1980 la commune enregistrait 30 % de moins d'habitants que 10 ans auparavant.

Musées[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Centre professionnel du nord vaudois, anciennement appelé École Technique de Sainte-Croix, ETSC
  • L'école de cirque du balcon du Jura (52 élèves en 2003)
  • Écoles obligatoires, recouvrant la fourchette de 1re enfantine à la neuvième année primaire. L'enseignement se divisant en deux établissement, appelés école de la Gare, et collège de la Poste. Il y également d'autres écoles, faisant partie d'une agglomération plus large, appartenant également aux écoles de Sainte-Croix. Ces dernières se situent dans les localités de l'Auberson et de Bullet, assurant toutes deux les premières années d'éducation.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Sainte-Croix compte quelques pistes de ski (dont une nocturne), qui, vu leur basse altitude (un peu plus de 1000 mètres), peuvent être parfois sujettes au manque de neige (hiver 2006-2007 par exemple). Cependant, depuis 2007, la station Sainte-Croix - Les Rasses est équipée de canons à neige mobiles qui permettent d'ajuster l'enneigement pour assurer des conditions optimales.
  • Sainte-Croix est un bon point de départ pour le tourisme pédestre, 5 sommets du Jura y sont accessibles par des sentiers balisés: le Chasseron, le Cochet, les Aiguilles de Baulmes, le Mont des Cerfs, ou le Suchet en passant par le Col de l'Aiguillon. Un sentier pédestre, très bien fléché et facile (2 heures environ), emprunte les gorges de Covatanne pour rejoindre Vuitebœuf, plus de 400 m plus bas.
Gorges de Covatanne

Transport[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Sainte-Croix s'est développée à partir du XVIIIe siècle, tout d'abord dans le domaine de la sidérurgie, puis dans le domaine de l'horlogerie. En 1814 est fondée la première usine de boîte à musique Reuge. À la suite d'une importante crise économique, la production horlogère tombe pratiquement à l'arrêt en 1860. En 1880, de nouvelles grandes usines apparaissent, notamment pour la production de phonographes et gramophones. À la suite de cela, Sainte-Croix s'est concentrée dans les domaines de la mécanique de précision; les machines de bureaux Hermes; la production des caméras Paillard-Bolex et les radios Thorens.

Aujourd'hui, Sainte-Croix est active avec une importante industrie dans le domaine de l'électronique et de la mécanique de précision. Dans les hameaux, l'élevage et l'agriculture ont un rôle important dans la structure de la population active.

Santé[modifier | modifier le code]

Un hôpital se situe dans les hauteurs du village. Il est principalement actif dans l'aide aux personnes âgées, une partie du bâtiment est utilisée en tant que home.

Des appartements protégés pour personnes âgées se trouvent à l'entrée du village.

Croix[modifier | modifier le code]

Deux croix dominent la région ; l’une est située au Mont Cochet et l’autre aux aiguilles-de-Baulmes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Dictionnaire historique de la Suisse (DHS)
  4. Site du musée des Arts et des Sciences

Sur les autres projets Wikimedia :