Grande-principauté de Moscou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grande-principauté de Moscou
Великое княжество Московское ru

1340 – 1547

Blason
alt=Description de l'image Russie 1300 1796.png.
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Moscou
Langue Russe
Religion Orthodoxe russe
Monnaie Rouble
Histoire et événements
13401353 Siméon Ier grand-prince de Moscou et de Vladimir
14621505 Ivan III grand-prince de Moscou et « grand-prince de toutes les Russies »
15331584 Ivan IV grand-prince de Moscou puis « grand-prince de toutes les Russies » et Tsar de Russie (1547)

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La grande-principauté de Moscou (en russe : Великое княжество Московское) est l'un des États russes médiévaux, le plus puissant avec la république de Novgorod. Il avait pour centre Moscou et exista sous ce nom entre 1340 et 1547.

La principauté de Moscou (1263-1328) se transforma en grande-principauté de 1328 jusqu'en 1547, quand Ivan IV le Terrible prend le titre de « tsar[1] de toutes les Russies » et non de la seule Rus' (c'est-à-dire d'une partie de la principauté de Kiev dont les territoires sont sous la domination de l'État polono-lituanien). En 1721, l'État moscovite devient l'Empire russe.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La principauté de Moscou est mentionnée par beaucoup de sources occidentales sous le nom de Moscovie[2].

Origine[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Histoire de la Russie.

Lorsque les Mongols envahirent les terres de la Rus' de Kiev, Moscou n'était encore qu'un avant-poste commercial négligeable dans la principauté de Vladimir-Souzdal. Même si les Mongols brûlèrent Moscou pendant l'hiver 1238 et la pillèrent en 1293, son site dans la forêt offrait à Moscou une certaine sécurité contre les attaques mongoles, tout en permettant d'accéder à un ensemble de routes commerciales via les bassins de la Volga, de la Neva et du Don.

Le premier souverain de la principauté de Moscou, Daniel Moskovski (1261-1303), était le plus jeune fils d'Alexandre Nevsky, souverain de la principauté de Vladimir-Souzdal. Daniel I commença à élargir sa principauté en prenant Kolomna tout en s'assurant de la transmission héréditaire de Pereslavl-Zalesski. Le fils de Daniel, Iouri III Moskovski ( † 1325) contrôla alors l'ensemble du bassin de la rivière Moskva et élargit vers l'ouest son territoire en capturant Mojaïsk. Il forgea ensuite une alliance avec Özbeg de la Horde d'or en épousant la sœur du khan, pour obtenir le droit de revendiquer le titre de Grand duc de Vladimir-Souzdal, position qui lui permit de se confronter à la république de Novgorod.

Le successeur d'Iouri, Ivan Ier de Russie (1288-1340) conserva le titre de Grand-Duc, grâce à sa coopération étroite avec les Mongols. Cette relation permit aussi d'avoir l'ascendant sur le principal rival de Moscou à l'époque : la ville de Tver, qui se révolta contre la Horde d'or en 1327, soulèvement qui fut réprimé par les forces conjointes des Mongols et des Moscovites. Ivan Ier utilisa aussi sa richesse pour étendre et acquérir des terres et des principautés alentour mais aussi pour financer la construction d'églises en pierre, notamment dans le Kremlin de Moscou. En 1327, le métropolite Pierre de Moscou transféra sa résidence de Vladimir à Moscou, ce qui augmenta le prestige de la principauté.

Dimitri IV[modifier | modifier le code]

Tableau d'Ernest Lissner représentant Serge de Radonège en train de bénir Dimitri IV avant la Bataille de Koulikovo

Les successeurs d'Ivan Ier continuèrent à rassembler les terres russes. De ce fait, ils entrèrent rapidement en conflit d'intérêt avec le Grand-duché de Lituanie. Le Grand-Duc de Lituanie, Olgierd s'allia par mariage avec Tver et entreprit trois expéditions contre Moscou en 1368, en 1370 et en 1372, sans être capable de la faire tomber.

Dans les années 1350, la principauté et la famille royale furent touchées par la peste noire. Dimitri IV de Russie était âgée de neuf ans quand ses parents décédèrent et que le titre de Grand-Duc glissa entre les mains de son parent éloigné, Dimitri III Constantinovitch. Celui-ci cultivait des relations avec l'Église orthodoxe russe, qui connaissait à cette époque un regain d'influence en raison des réformes monastiques du saint Serge de Radonège.

Dimitri IV se montra le champion de l'orthodoxie en réunissant les principautés de la Russie dans sa lutte contre la Horde d'or. Il défit l'autorité du khan et battit son commandant Mamaï dans la bataille de Koulikovo en 1380, même si cependant Tokhtamych envahit Moscou quelques années plus tard. En 1389, il passa le trône à son fils Vassili Ier de Russie, sans se soucier d'obtenir l'accord du khan.

Vassili Ier et Vassili II[modifier | modifier le code]

Tableau d'Apollinary Vasnetsov (1864-1933), représentant la cour d'un prince médiéval russe.

Vassili Ier (1371 - 1425) poursuivit la politique de son père. Après l'attaque de Tamerlan contre la Horde d'or, Vassili Ier ne rendit pas hommage au khan, mais il fut contraint, après le raid d'Edigu en 1408, de mener une politique plus conciliante avec la Horde. Il fut marié à la fille unique du Grand-Duc de Lituanie, Vytautas le Grand, ce qui lui permit d'éviter les conflits ouverts avec son puissant beau-père, malgré l'annexion, par celui-ci, de Smolensk. Ces années de paix furent marquées par l'expansion continue de la principauté, à l'est par l'annexion de Nijni Novgorod et de Souzdal en 1392 et au nord par l'annexion de Vologda, Veliki Oustioug et du bassin de la Vytchegda en 1398.

La période fut marquée par d'importantes réformes religieuses et un certain renouveau culturel, illustré par les icônes et les fresques du moine Andreï Roublev. Des centaines de monastères furent fondés par les disciples du saint Serge de Radonège tel ceux de Kirillo-Belozersky et de Solovetski. Outre leur fonction culturelle, ces monastères étaient de grands propriétaires terriens, qui marquait l'économie et la société des régions adjacentes, souvent enclavées.

À l'ascension du successeur de Vassili Ier, Vassili II de Russie (14151462), son oncle, Iouri IV de Russie imposa ses revendications sur le trône. Un conflit fratricide entacha le pays pendant tout le règne de Vassili II. Après la mort de Iouri IV en 1432, ses revendications furent reprises par ses fils, Vassili Kosoi et Dimitri Chemyaka jusqu'en 1450. Bien qu'il fût évincé de Moscou, puis fait prisonnier par le souverain de Kazan Olug Moxammat, et enfin aveuglé en 1446, Vassili II réussit finalement à vaincre de ses adversaires et à transmettre son trône à son fils.

Ivan III[modifier | modifier le code]

Tableau d'Aleksey Maksimov

L'expansion de la Moscovie au XIVe et XVe siècle fut accompagnée d'une consolidation interne. Au XVe siècle, si plusieurs princes revendiquaient encore leur autonomie ou leur indépendance, Ivan III de Russie (1440-1505) contraignit ces princes à reconnaître son autorité militaire, judiciaire, et diplomatique. La principauté annexa la république de Novgorod en 1478 et le Grand-Duché de Tver en 1485 et par héritage Ivan III acquit la principauté de Riazan, alors que les princes de Rostov Veliki et Iaroslavl lui rendirent hommage. La Grande-Principauté de Moscou avait ainsi acquis la pleine souveraineté sur une partie significative des terres russes en 1480, lorsque la domination de la Horde d'or prit fin. La république de Pskov resta cependant indépendante durant cette période, même si elle fut conquise par le fils d'Ivan III, Vassili III (1479-1533).

Mais Ivan III était encore confronté au grand-duché de Lituanie, avec qui il avait des conflits frontalier pour le contrôle du bassin du Dniepr et du Donets. Après une guerre longue conclue en 1503 contre la Lituanie, Ivan III étendit sa principauté vers l'ouest, dans l'ouest de l'ancienne Rus' de Kiev. Ivan III paracheva ainsi la centralisation de l'État avant qu'Ivan IV de Russie ne se couronne tsar en 1547.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Tableau d'Aleksey Maksimov
  1. Tsar : dérivé du mot césar, héritier de l'empereur byzantin
  2. La dénomination « Moscovie » est également parfois appliquée abusivement à l'Empire russe.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]