Gonzales (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gonzales.

Gonzales

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gonzales

Informations générales
Surnom Chilly Gonzales
Nom de naissance Jason Charles Beck
Naissance 1972
Montréal
Drapeau du Canada Canada
Genre musical Electro
Années actives Depuis 2000
Labels Kitty-Yo, No Format!, Mercury Records
Site officiel http://www.chillygonzales.com/
Gonzales en 2005 au Théâtre National à Montréal, Canada.

Gonzales (né en 1972 à Montréal au Canada), ou encore Chilly Gonzales, de son vrai nom Jason Beck, est un musicien canadien.

Gonzales produit une musique electro-pop volontairement humoristique, un « cabaret dada » avec des textes faussement naïfs et remplis d'autodérision, versant parfois dans une parodie de hip-hop.

Il collabore régulièrement avec d’autres musiciens canadiens, tels que Feist, Peaches ou encore Mocky. Il a également collaboré avec Jamie Lidell sur ses albums Multiply et Compass, avec Buck 65 sur l’album Secret House Against the World et Socalled sur ses albums Ghettoblaster et Sleepover. Plus récemment, il a participé à l'album Random Access Memories du duo électronique Daft Punk.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 20 mars 1972 à Montréal, Canada. Avec son frère au piano, il l'accompagnera la batterie hongroise, il est auteur-compositeur-interprète de ses morceaux ; il est également pianiste de formation classique et compositeur pour d'autres chanteurs. Sa carrière décolle alors qu'il était installé à Berlin. Il réside maintenant à Cologne, après avoir vécu de nombreuses années à Paris.

Dans les années 1990, il débute une carrière pop en tant que leader du groupe Son, qui signe un contrat pour 3 albums avec Warner Music Canada (une filiale de Warner Bros) en 1995. Thriller, leur premier album connaît un succès relatif et ce malgré la diffusion massive du single « Pick up the Phone » à la radio. Cela permet tout de même au groupe d’assurer la première partie de Barenaked Ladies à plusieurs reprises. Malgré le fait que les ressources allouées soient limitées (Warner Bros a seulement publié à la hâte les démos du groupe), on y percevait déjà le don de Beck pour la mélodie et ses talents de producteur, d’autant plus pour un autodidacte.

Une tendance qui s’est confirmée avec le second album du groupe, Wolfstein, enregistré dans de meilleures conditions, dans un véritable studio à Los Angeles avec le soutien de Chris Beck. Ce concept-album qui raconte l’histoire d’un homme qui se transforme en loup, après en avoir renversé un en voiture, s’avère nettement plus sombre que son prédécesseur. Il se révèle également beaucoup plus complexe sur le plan musical et marque la reconnaissance de Gonzales comme un compositeur à part entière.

Pour Warner Bros, l’album représentait toutefois un changement trop radical de direction, et souffrait d’un manque de singles potentiels, à l’exception de Making a Jew Cry, qui restait handicapé par un titre peu accrocheur. En conséquence, le label assure une promotion minimaliste et, dans la foulée, met fin à l’engagement qui le liait au groupe. Gonzales, peu loquace à ce sujet dans les interviews, y reviendra partiellement dans la chanson Candy, qui ouvre son premier album solo, The Entertainist.

Lorsqu’il perçoit que le succès est aussi fortement lié au talent musical qu’à la critique, Gonzales s’installe à Berlin en 1999, où il estime que son héritage juif pourrait lui donner une meilleure visibilité. Il adopte le nom de scène « Chilly Gonzales » après avoir été interpellé comme tel par un étranger dans la rue.

Ce changement d’image s’accompagne d’un changement majeur de style, ses trois albums sur le label allemand Kitty-Yo étant largement tournés vers le rap, ses compétences de pianiste s’illustrant toujours à travers de courts interludes instrumentaux. En Europe, cette évolution vers un style plus éclectique et expérimental, considérée comme une prise de risque, reçoit un bon accueil. Son premier single chez Kitty-Yo, Let’s Groove Again, devient même un incontournable de l’année 1999 en boîte de nuit. Gonzales est également plébiscité par de nombreux festivals estivaux.

En 2004, l’artiste révèle une toute nouvelle facette de sa personnalité avec un album entièrement instrumental, Solo Piano, publié chez No Format!. Acclamé par le public et la critique, il est régulièrement comparé avec le travail du musicien Erik Satie, et permet à Gonzales de gagner en notoriété à travers le monde. Solo Piano a connu une large diffusion et reste l’album de Gonzales le plus vendu à l’heure actuelle.

Dans le même temps, Gonzales continue d’œuvrer en tant que producteur et auteur-compositeur, collaborant avec Peaches, la chanteuse Jane Birkin, ou encore Feist.

Début 2008, il annonce qu’il retourne en studio, après avoir re-signé avec une major, Mercury Records. Suivra la publication de l’album Soft Power le 7 avril, qui marque un retour à sa réalisation la plus « pop » depuis Thriller, après s’être longtemps illustré par un style très éclectique. Cette nouvelle réalisation est notamment inspirée d’artistes tels que les Bee Gees ou Billy Joel. À propos du choix de chanter sur cet album, Gonzales s’en explique dans une interview : « J’avais peur de faire un album avec tout un tas d’invités qui chanteraient pour moi, comme tout le monde s’y attendait. J’ai préféré prendre des risques »[1].

En dehors de sa carrière solo, Gonzales fait également partie du groupe hiphop-électro Puppetmastaz. Il forme en outre avec Renaud Letang le collectif V V, qui produit exclusivement pour d'autres musiciens.

En janvier 2009, ses mains sont utilisées pour jouer celles de Serge Gainsbourg dans le film Gainsbourg, vie héroïque, de Joann Sfar.

En mai 2009, au théâtre Ciné 13, il bat le record mondial du plus long concert de l'histoire, dépassant l'ancien record de 26 heures et 12 minutes détenu par l'Indien Prasanna Gudi. Il le surpasse en établissant un nouveau record de 27 heures 03 minutes et 44 secondes[2].

En 2010, il participe à un film, tourné au cours du festival de piano en Valois, mettant en scène une "battle" musicale au piano avec Jean-François Zygel, le but étant d'improviser en solo ou en duo avec différentes contraintes: être debout, jouer comme un enfant de 3 ans, jouer sans les touches, uniquement sur les touches blanches etc...

En juillet 2011, il déclare avoir travaillé avec les Daft Punk sur leur prochain album. On voit Thomas Bangalter (membre du groupe) apparaitre dans le DVD de Gonzales Major To Minor. Les deux artistes y jouent (Thomas a la percussion et Gonzales au piano) en totale improvisation.

Il s'intéresse aussi au milieu du rap, une très forte source d'inspiration pour ses albums récents, et il avoue vouloir travailler avec Drake qu'il considère alors comme "une grande star du rap". Cette collaboration, complétées à de nombreuses autres, formera un 9e album, The Unspeakable Chilly Gonzales.

Phantasy Sound[modifier | modifier le code]

Il a débuté chez Phantasy Sound en publiant le single Never Stop en avril 2010 sous le nom de Chilly Gonzales. Never Stop a été utilisé dans une publicité de l'iPad d'Apple (« iPad is musical »).

En septembre 2010, Erol Alkan, fondateur de Phantasy Sound, a publié un remix de Never Stop.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 2000 - Gonzales Über Alles - Kitty-Yo
  • 2000 - The entertainist - Kitty-Yo
  • 2002 - Presidential Suite - Kitty-Yo
  • 2003 - Z - Kitty-Yo
  • 2004 - Solo Piano - No Format!
  • 2006 - From Major to Minor - DVD, No Format!
  • 2008 - Soft Power - Mercury Records
  • 2010 - Ivory Tower - Gentle Threat
  • 2011 - The Unspeakable Chilly Gonzales - Gentle Threat
  • 2012 - Solo Piano II
  • 2014 - Octave Minds

Production, arrangements[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cbc.ca/arts/music/story/2008/05/06/f-gonzales-soft-power.html
  2. Rue 89

Liens externes[modifier | modifier le code]