Gold Box

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gold Box désigne une série de jeux vidéo édités et développés par Strategic Simulations, Inc. dans l'univers d’Advanced Dungeons & Dragons et partageant tous un même moteur de jeu[1]. Par extension, ce moteur est appelé Gold Box ou le Gold Box Engine[2]. Le nom vient des boîtes dans lesquelles les jeux de la série étaient éditées : la plupart d'entre elles étaient dorées.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1985, TSR constate le succès de la série Ultima et propose la licence de son célèbre jeu de rôle Advanced Dungeons & Dragons à l'industrie du jeu vidéo. Dix compagnies, dont Electronic Arts et Sierra, se proposent[3]. Finalement c'est Joel Billings, le président de SSI qui acquiert la licence AD&D. Le développement du moteur de jeu Gold Box est alors confié à Chuck Kroegel et George MacDonald. Les versions ultérieures seront l'œuvre de Victor Penman et Ken Humphries.

Le premier jeu développé est Pool of Radiance, sorti en 1988 et exploitant l'univers des Royaumes oubliés. Il est rapidement suivi par Curse of the Azure Bonds en 1989, Secret of the Silver Blades en 1990 et Pools of Darkness en 1991. Ces quatre titres forment une histoire continue tournant autour de la glorieuse cité de Phlan et s'étendant ensuite à plusieurs plans. Une série de livres portant les mêmes titres que les jeux est éditée en parallèle et suit la trame de la saga vidéoludique. Les quatre titres sont développés en interne par SSI et sont des best-sellers acclamés par la presse spécialisée. Pool of Radiance, le premier jeu Gold Box, reçoit un score de 90 % dans Commodore User[4]. Plus tard Curse of the Azure Bonds reçoit la même note dans le magazine The Games Machine[5] et 89 % dans CU Amiga-64[6].

Les premiers titres de la série Gold Box peuvent se jouer sur Apple II, Apple Macintosh, Commodore 64, Amiga et PC. Avec l'évolution du marché, les derniers titres ne sont plus disponibles que sur Macintosh, Amiga, et PC.

Quand, en 1990, SSI commence à travailler sur un nouveau moteur destiné à remplacer le Gold Box Engine, pour une série de jeux dans l'univers Dark Sun, il confie le développement de leurs autres titres AD&D à Stormfront Studios. Stormfront sort en 1991 son premier jeu pour SSI : Gateway to the Savage Frontier, basé comme Pool of Radiance sur l'univers des Royaumes oubliés mais dans une région très différente. La cité de Padhiver (Neverwinter) est introduite. Gateway to the Savage Frontier rencontre un très grand succès et devient ainsi le quatrième titre Gold Box à être numéro un dans le top des ventes aux États-Unis.

Un an après Gateway to the Savage Frontier, Stormfront enchaîne avec Treasures of the Savage Frontier, une suite toujours situé dans les environs de la cité de Padhiver. Là encore le succès est au rendez-vous, même si le moteur de jeu commence à être sérieusement daté.

Dans les années 1980 tous les jeux de rôle en ligne étaient construits sur une interface textuelle, parfois accompagnée de maigres graphismes dans l'esprit de Rogue ou de Colossal Cave Adventure. Le terme de MUD (Multi-user Dungeons) était alors couramment employé. Don Daglow de Stormfront, qui concevait des jeux pour America Online depuis des années, profite de l'alliance entre SSI, TSR, America On-Line et Stormfront pour monter le développement de Neverwinter Nights, le premier jeu de rôle en ligne massivement multijoueur graphique (MMORPG), qui fut hébergé par AOL de1991 à 1997. Neverwinter Nights reposait sur une implémentation multijoueur du Gold Box[7] et fut le jeu le plus populaire sur AOL pendant cinq années. Il est considéré comme l'ancêtre de titres comme Ultima Online (1997) et Everquest (1999).

Après un long développement, Dark Sun: Shattered Lands sort en 1993. Son moteur graphique, plus moderne que le Gold Box Engine, est alors imparfait (en raison de nombreux bugs) mais les ventes des titres Gold Box sont en train de s'essouffler après six années d'exploitation.

Forgotten Realms: Unlimited Adventures, dernier titre basé sur le Gold Box Engine, sort finalement en 1993. La profondeur des couleurs passe de 4 bits à 8 bits et la résolution employée est de 320×200 pixels. La grande nouveauté, c'est que Unlimited Adventures permet de créer ses propres donjons, de modifier les monstres et d'importer des images servant de sprites.

Unlimited Adventures engendre une communauté très active qui crée et s'échange des aventures et des ressources graphiques. De nombreux hacks fleurissent, permettant entre autres de créer des modules dans des univers de western, de super héros de science-fiction ou dans la Rome antique. Le Gold Box Engine continue ainsi à vivre après son abandon par SSI[8]. Vingt ans après la sortie de Pool of Radiance des centaines de modules sont disponibles sur Internet pour le Gold Box Engine, dont certains toujours en développement. Pour pallier l'âge avancé d'Unlimited Adventures, Dungeon Craft, un projet open source démarré en 1998[9] est disponible gratuitement et permet de jouer avec un moteur 3D plus moderne à une grande partie de ces aventures.

En 1998 sort Baldur's Gate développé par Bioware Corp. Il repose sur l'Infinity Engine, un moteur de jeu considéré comme le successeur spirituel du Gold Box Engine. Par la suite l'Infinity Engine est exploité dans cinq jeux de rôle sur PC utilisant tous la licence Donjons et Dragons, notamment Planescape: Torment et Icewind Dale, avant d'être à son tour remplacé en 2002 par l'Aurora Engine de Neverwinter Nights.

Jeux Gold Box[modifier | modifier le code]

Liste des jeux Gold Box[modifier | modifier le code]

Enfin, Spelljammer: Pirates of Realmspace utilise le moteur de combat des jeux Gold Box.

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Advanced Dungeons and Dragons: Limited Edition Collector's Set (1990, DOS, SSI) - Une compilation des premiers titres AD&D de SSI contenant plusieurs jeux Gold Box.
  • Advanced Dungeons and Dragons: Collectors Edition (1994, DOS, WizardWorks) - Une compilation de tous les jeux Gold Box à l'exception de Unlimited Adventures et de la série des Buck Rogers.
  • Fantasy Fest! (1994, DOS, SSI) - Une compilation de plusieurs jeux AD&D incluant Unlimited Adventures.
  • Dungeons & Dragons Ultimate Fantasy (1995, DOS, Slash) - Une compilation de plusieurs jeux AD&D incluant Unlimited Adventures.
  • The Forgotten Realms Archives (1997, DOS/WIN, Interplay) - Une compilation des titres SSI dans les Royaumes oubliés incluant les jeux Gold Box.
  • Gamefest: Forgotten Realms Classics (2001, DOS/WIN, Interplay) - Une compilation des titres SSI dans les Royaumes oubliés incluant les jeux Gold Box.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rusel DeMaria et Johnny L. Wilson, High Score!: The Illustrated History of Electronic Games, New York, McGraw-Hill Osborne Media,‎ 18 décembre 2003, 2nd éd. (ISBN 978-0-07-223172-4, lien LCCN?), p. 169
  2. (en) Matt Barton, « Unforgettable Realms: SSI's "Gold Box" Games » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Gamasutra, p. 4
  3. (en) Allen Rausch, « SSI's "Gold Box" Series »
  4. Dillon,Tony; Pool of Radiance review in Commodore User (Oct 1988) p: 34, 35
  5. The Games Machine 22 (Sep 1989), Paul Rigby p:80
  6. CU Amiga-64 (Aug 1989), Tony Dillon p:33
  7. (en) Mulligan, Jessica; Patrovsky, Bridgette, Developing Online Games: An Insider's Guide, Indianapolis, New Riders,‎ 2003, 1e éd. (ISBN 978-1-59273-000-1, lien LCCN?), p. 455
  8. Unlimited Adventures… it lives on! sur The Dwarf and the Basilisk
  9. Dungeon Craft sur SourceForge.net