Godfrey Huggins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huggins.
Godfrey Huggins
Godfrey Huggins en 1937
Godfrey Huggins en 1937
Fonctions
1er Premier ministre de la fédération de Rhodésie et du Nyassaland
1953 – 1956
Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Roy Welensky
4e Premier ministre de la Rhodésie du sud
1933 – 1953
Monarque George V
Edouard VIII
George VI
Elizabeth II
Prédécesseur George Mitchell
Successeur Garfield Todd
Ministère des affaires extérieures de la fédération de Rhodésie et du Nyassaland
7 septembre 1953 – 2 novembre 1956
Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Posté créé
Successeur Roy Welensky
Ministère de la défense de la fédération de Rhodésie et du Nyassaland
7 septembre 1953 – 2 novembre 1956
Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Posté créé
Successeur Roy Welensky
1er Vicomte Malvern
1955 – 1971
Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Création
Successeur John Huggins, 2e vicomte Malvern
Biographie
Date de naissance 6 juillet 1883
Lieu de naissance Royaume-Uni
Date de décès 8 mai 1971 (87 ans)
Lieu de décès Rhodésie
Parti politique Parti de la Réforme
Parti Uni de Rhodésie
Parti Fédéral Uni
Profession Médecin

Godfrey Martin Huggins (1883 - 1971), vicomte Malvern, est un homme politique et médecin de Rhodésie du Sud. Il est le 1er premier ministre de la Rhodésie du Sud de 1933 à 1953, puis reste en poste comme chef de gouvernement de la fédération de Rhodésie et du Nyassaland jusqu'en 1956, devenant le premier ministre à la plus grande longévité dans l'histoire de l'Empire britannique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Né le 6 juillet 1883 à Bexley au Royaume-Uni, il est le fils d'un agent de change. Après des études de médecine de chirurgie à Londres, Huggins se rend en 1911 à Salisbury, en Rhodésie du Sud, initialement pour servir faire des remplacements de médecins, mais décide finalement de rester.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Huggins retourne au Royaume-Uni fin 1914, après le déclenchement de la guerre et rejoint le RAMC avec le grade de capitaine, en poste à l'hôpital de Colchester. Malgré son désir de se rendre en France, il est envoyé à Malte, où il s'occupe de victimes de la bataille des Dardanelles.

Les médecins ne devant servir que pendant un an à ce stade de la guerre,Huggins retourne en Rhodésie du Sud en 1916, mais revient au Royaume-Uni au bout de quelques mois. Il est alors affecté à l'hôpital orthopédique Hammersmith, puis l'hôpital Pavilion de Brighton. En 1917, il obtient finalement d'aller en France dans une compagnie d'ambulanciers, cette dernière rattachée à la 2e division de cavalerie près d'Amiens. Son travail de chirurgien à cette époque le conduit à l'écriture d'un livre, Moignons d'amputation: leurs soins et l'après traitement (Frowde, Hodder & Stoughton, Londres 1918).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

De retour en Rhodésie à la fin de la guerre, il est élu en 1923 au 1er conseil législatif de la colonie, récemment affranchie de la tutelle de la British South Africa Company (BSAC). Membre du Parti Uni de Rhodésie (United Rhodesia Party) victorieux aux élections générales, il succède à George Mitchell en tant que premier ministre de Rhodésie du Sud en 1933. En 1941, Huggins est fait chevalier par le roi George VI. Avocat de la fédération entre les différentes colonies d'Afrique australe afin de former un dominion au sein de l'Empire Britannique, il soutient également le principe de la domination blanche, conjointement avec celui d'accorder le droit de vote à un petit nombre, éduqués et instruits, de la majorité noire.

En 1953, son objectif est partiellement atteint avec la création de la Fédération de Rhodésie et Nyassaland unissant la Rhodésie du Nord, la Rhodésie du Sud et le Nyassaland. À la suite de la victoire de son organisation politique, le Parti fédéral uni (United Federal Party), Godfrey Huggins quitte son poste de 1er ministre de Rhodésie du Sud pour celui de Premier ministre de la Fédération. Cette dernière entité n'en est pas moins perçue comme une institution coloniale supplémentaire, destinée à retarder l'affranchissement des dernières colonies britanniques d'Afrique. Ainsi, Huggins ne parvient pas à réduire la méfiance des africains ni les revendications ségrégationnistes des blancs.

En 1955, il est anobli sous le titre de Lord Malvern. En 1956, ayant échoué à obtenir des Britanniques le statut de dominion pour la fédération, il démissionne de son poste de premier ministre. Roy Welensky lui succède à la tête de la Fédération. Godfrey Huggins ne peut s'opposer à la dislocation de la Fédération. Retiré de la vie politique, il décède dans le sud de la Rhodésie le 8 mai 1971.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Isaac Benatar, The Song of Africa, Lincoln, iUniverse,‎ juillet 2005, 324 p. (ISBN 0595099475), p. 43