Giat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Giat industries est aussi l'ancien nom de la société Nexter
Giat
Image illustrative de l'article Giat
Blason de Giat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Pontaumur
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Combraille
Maire
Mandat
Didier Sénégas-Rouvière
2009-2014
Code postal 63620
Code commune 63165
Démographie
Gentilé giatois - giatoise
Population
municipale
874 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 10″ N 2° 28′ 06″ E / 45.8028, 2.4683 ()45° 48′ 10″ Nord 2° 28′ 06″ Est / 45.8028, 2.4683 ()  
Altitude Min. 704 m – Max. 824 m
Superficie 47,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Giat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Giat

Giat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Giat est un bourg des Combrailles situé près de la source du Sioulet. La Ramade y forme le vaste étang de la Ramade et la limite avec la Creuse.
Giat est situé à 11 km d'Herment, à 13 km de Crocq, à 20 km de Pontaumur, à 24 km de La Courtine et à 64 km de Clermont-Ferrand.
Giat possède une gare située sur la ligne de Montluçon-Ville à Eygurande-Merlines mais cette ligne a été fermée au trafic voyageurs le .

Selon une méthode empirique d'approximation géométrique, on situerait ce village à l'intersection des trois diagonales de l'hexagone représentant la métropole.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 (-1986) mars 2001 Jean-Paul Bouchaud    
mars 2001 mars 2008 Denise Le Cossec    
mars 2008 avril 2009 Denise Le Cossec    
juin 2009 ... Didier Sénégas-Rouvière    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 874 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 909 1 570 1 570 1 977 2 309 2 211 2 154 2 192 2 150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 118 1 843 1 909 1 852 1 898 1 976 2 057 2 015 2 092
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 102 2 177 2 078 1 957 1 870 1 834 1 725 1 709 1 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 521 1 516 1 374 1 152 1 049 958 932 918 891
2011 - - - - - - - -
874 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une motte castrale, improprement appelée tumulus, est très bien conservée près de l'église. Datant de l'époque 1100-1200, cette motte, nommée populairement "La Butte", fut construite avec des outils rudimentaires. En effet, à cette époque, l'acier était réservé aux lances et aux flèches.
Cette motte féodale est la mieux conservée des Combrailles, voire de l'Auvergne : en son sommet, était construit un château en bois, moyen de défense, avec fossés qui en faisaient le tour, des salles, des caves et des souterrains servant de communication avec d'autres châteaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les foires à Giat[modifier | modifier le code]

Giat est réputé pour ses 22 foires par an. La première date de 1359.

Ces 22 foires se déroulent selon des dates fixes qui ne changent jamais d'année en année. Les foires tombant un dimanche sont avancées au samedi précédent.

Dates traditionnelles des foires
date traditionnelle Qualification courante ou foire spéciale
7 janvier « Foire des rois »
29 janvier
16 février
12 mars
30 mars
15 avril « Foire de printemps »
29 avril marché à l'occasion
12 mai foire des jardins potagers et d'ornement
25 mai foire des jardins potagers et d'ornement
8 juin
30 juin
11 juillet
26 juillet
9 août foire brocante sur la journée
20 août
16 septembre
2 octobre
26 octobre « Foire aux chrysanthèmes »
15 novembre foire au matériel agricole
29 novembre
13 décembre
22 décembre « Foire de Noël »

Photothèque[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :