Lymphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lymphe

Description de cette image, également commentée ci-après

Diagramme montrant la formation de la lymphe à partir du liquide interstitiel.

Données
Latin lympha

La lymphe est un liquide biologique jaunâtre, transporté par le système lymphatique. Sa composition est analogue à celle du plasma sanguin, dont elle n'est qu'un filtrat. Elle contient des globules blancs, notamment des lymphocytes. La lymphe est donc du sang dépourvu de globules rouges, baignant les organes, plus pauvre en nutriments que le sang et plus riche en déchets. On distingue deux types de lymphes : la lymphe interstitielle et la lymphe canalisée.

Un corps humain moyen contient environ de 1 à 2 litres de lymphe[1], à comparer à ses 5 litres de sang.

Le terme lymphe vient du latin lympha (eau, fontaine), du grec λέμφος (lemphos), lui-même dérivé du grec νύμφη (numphê), par analogie avec les nymphes des sources et fontaines, vierges et pures (Dictionnaire raisonné des Arts et des Sciences, art. Lymphe)[réf. nécessaire]. Les Grecs surnommaient la lymphe le « sang blanc ».

Formation[modifier | modifier le code]

Au niveau des capillaires sanguins, se produit une transsudation du plasma et des globules blancs. Cette traversée des parois des capillaires par une partie des constituants sanguins forme le liquide interstitiel qui va baigner directement les cellules qui y puiseront une partie de leurs substances nutritives et y rejetteront leurs déchets. Le liquide interstitiel ou lymphe retourne ensuite dans le sang par des vaisseaux spéciaux ; les vaisseaux lymphatiques.

Elle est collectée par les vaisseaux lymphatiques. Ceux-ci sont connectés à de nombreux ganglions lymphatiques, dont le rôle est de filtrer la lymphe.

Elle est rejetée au niveau de la veine sous-clavière gauche, juste avant le cœur.

L'apport de lymphe se fait par les capillaires car ceux-ci réabsorbent seulement 90 % du liquide passé au tissu, les 10 % restant sont drainés donc par les capillaires et vaisseaux lymphatiques.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Système immunitaire[modifier | modifier le code]

Elle joue un rôle très important dans le système immunitaire, essentiellement dévolu aux ganglions lymphatiques qui retiennent les microbes que la lymphe a pu absorber dans son parcours pour les détruire par phagocytose. Lors d'une infection quelconque, l'agent infectieux se retrouve très rapidement dans la lymphe, avant d'arriver au niveau d'un ganglion lymphatique. Celui-ci gonfle alors, afin d'accueillir une grande quantité de lymphocytes ciblant l'agent infectieux en question.

Transports[modifier | modifier le code]

Elle a un rôle nutritif, elle apporte au sang circulant les graisses absorbées au niveau des chylifères de l'intestin grêle.

Rôle de drainage et d'épuration, elle véhicule une partie des déchets cellulaires et les éléments non utilisés par les tissus et aide à l'érection.

De même, elle transporte des cellules du corps. Ainsi, elle joue un rôle particulier dans l'apparition de métastases lors d'un cancer.

Recherche[modifier | modifier le code]

La lymphe joue un grand rôle dans l'érection chez la majorité des oiseaux. Une équipe de chercheurs américains, d'après une étude sur les pénis de ratite, montre qu'il existe un ancêtre commun aux oiseaux chez qui la transition entre érection vasculaire sanguine et érection vasculaire lymphatique aurait vu le jour[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Polycopié d'enseignement S.P.C.N., Faculté des Sciences de Paris, 1955
  2. (fr) Le mécanisme d'érection du pénis de ratite - http://www.about-biology.com/fr/article-le-mecanisme-d-erection-du-penis-d-autruche-70.html
  3. (en) The erection mechanism of the ratite penis - http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1469-7998.2011.00858.x/full