Gédéon Tallemant des Réaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gédéon Tallemant des Réaux

Description de l'image  GedeonTallemantdesRéaux.jpg.
Activités mémorialiste
Naissance 2 octobre 1619
La Rochelle
Décès 10 novembre 1692 (à 73 ans)
Paris
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tallemant.

Gédéon Tallemant des Réaux[1] [talmɑ̃dereo ][2], né le 2 octobre 1619 à La Rochelle, mort le 10 novembre 1692 à Paris, est un écrivain, gazetier et poète français connu pour ses Historiettes, un recueil de courtes biographies de ses contemporains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tallemant des Réaux était issu d’une riche famille de banquiers huguenots de La Rochelle. Selon l'introduction des « Historiettes », dans la collection de la Pléiade : Il est établi par des actes notariés que la famille Tallemant possédait « le lieu, terre et seigneurie de Réau, situé et assis en la paroisse de Néris près Montluçon en Bourbonnais ». C'est ainsi que Gédéon ajouta le nom de « des Réaux » à son patronyme, comme son frère aîné avait ajouté « de Boisneau » au sien, grâce à un autre bien familial de ce nom. Plus tard, Gédéon acquit une petite propriété « des Réaux » en 1650. Arrivé très jeune à Paris, il est envoyé à l’âge d’environ dix-huit ans en Italie avec son frère, l'abbé François Tallemant, et l'abbé de Retz. Ils y restèrent presque toute l'année de 1638. À son retour à Paris, son père lui obtient la charge de conseiller au parlement à l’obtention de ses diplômes en droit civil et canon. Détestant sa profession, il décide de chercher une autre forme de revenu en épousant sa cousine Élisabeth de Rambouillet. Son demi-frère avait épousé une d'Angennes qui lui assure ses entrées à l’Hôtel de Rambouillet.

N’ayant aucune admiration pour le roi Louis XIII[réf. nécessaire], Catherine de Vivonne, marquise de Rambouillet, contribua à la curiosité des historiettes de Tallemant qui étaient d’une réelle valeur historique sur les règnes de Henri IV et de Louis XIII. La société de l’Hôtel de Rambouillet fut un champ d’observation aiguë pour ses remarques impitoyables mais jamais fausses. Dans ses Historiettes, Tallemant dresse des portraits d’écrivains tels que Voiture, Guez de Balzac, Chapelain, Boisrobert, Conrart, Des Barreaux, Gombauld, Scarron, Malherbe, La Fontaine, Pascal, Marie de Gournay, Marie-Catherine de Villedieu, l’abbé d’Aubignac, Pierre Corneille, Gilles de Ruellan, Georges de Scudéry, Madeleine de Scudéry, Madeleine de Sablé, Marie de Sévigné ou Racan. Il parle aussi de personnalités politiques comme Richelieu, de célébrités comme l’acteur Mondory et des courtisanes à scandale comme Marion Delorme, Ninon de Lenclos ou Angélique Paulet.

Les Historiettes sont d’une grande valeur pour l’histoire du XVIIe siècle. Publiée semi-clandestinement, cette œuvre demeurée en manuscrit jusqu’à sa publication en 1834-6 suscita, au mieux, l’incrédulité et, au pire, l’indignation[réf. nécessaire]: ce n’était pas là l’image que le XIXe siècle voulait avoir du Grand Siècle. Néanmoins, des témoignages indépendants ont désormais établi l’exactitude de la substance de ses rapports[réf. nécessaire], et la publication intégrale et non retouchée, d'après ses propres écrits, chez Gallimard, en 1960 dans la bibliothèque de la Pléiade nous a restitué le véritable témoignage de Gédéon Tallemant des Réaux.

Lié à Conrart, Tallemant des Réaux était également poète et, même si sa renommée actuelle émane de ses Historiettes, il a contribué, en tant que tel, à la Guirlande de Julie. Son œuvre est restée à l’état de manuscrit jusqu’à sa publication en 1834. Tallemant avait également commencé la rédaction de Mémoires pour la régence d’Anne d’Autriche dont le manuscrit n’a pas été retrouvé.

La fin de sa vie personnelle a été marquée par les déchirements liés à la répression grandissante des Huguenots qui devait se terminer par la proclamation de l’édit de Fontainebleau. En 1660, sa femme se convertit au catholicisme avant de se retirer dans un couvent. Sa fille sera en revanche expulsée pour avoir voulu rester fidèle à la confession. Tallemant lui-même abjure en 1684, un geste qui n’a peut-être pas été entièrement désintéressé, celui-ci ayant valu une pension de 2 000 livres alors qu’il avait souffert de considérables pertes financières.

Il est mort dans sa maison de la rue Neuve-Saint-Augustin, à Paris. Son frère, François Tallemant l'Aîné, a été de l’Académie française.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parfois épelé incorrectement Tallemand des Réaux.
  2. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters,‎ 1994 (lire en ligne), p. 104.

Liste partielle d’Historiettes[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, 1960.

Références[modifier | modifier le code]

  • Émile Magne, Bourgeois et financiers du XVIIe siècle. La joyeuse jeunesse de Tallement des Réaux d’après des documents inédits, Paris, Émile-Paul, 1921.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emma Gilby, « Les textes qui nous restent de Tallemant des Réaux, mise au point bibliographique », in XVIIe siècle 2006/3, no 232, p. 513-521.
  • Émile Magne, Bourgeois et financiers du XVIIe siècle : la fin troublée de Tallemant des Réaux, Paris, Émile-Paul Frères, 1922.
  • Louis Monmerqué, Notice historique et littéraire sur Tallemant des Réaux, Paris, H.-L. Delloye, 1840.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]