Fredric Jameson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jameson.

Fredric Jameson

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fredric Jameson en 2008

Naissance 14 avril 1934 (80 ans)
Cleveland, Ohio, Drapeau des États-Unis États-Unis

Fredric Jameson (né le 14 avril 1934) est un critique littéraire américain et un théoricien politique marxiste. Il est particulièrement connu pour son analyse des courants culturels contemporains ; il décrit le postmodernisme comme une spatialisation de la culture sous la pression du capitalisme.

Jameson est actuellement professeur de littérature à l'université Duke.

Vie et travaux[modifier | modifier le code]

Jameson né à Cleveland, Ohio en 1934. Après avoir été diplômé de Haverford College en 1954, il voyage brièvement en Europe, étudiant à Aix-en-Provence, Munich et Berlin, où il découvre la philosophie continentale et l'émergence du structuralisme. L'année suivante, il retourne aux États-Unis pour poursuivre un doctorat à l'Université Yale, où il étudie sous la direction de Erich Auerbach.

Premiers travaux[modifier | modifier le code]

Erich Auerbach s'avère être une influence durable sur la pensée de Jameson. C'est déjà évident dans sa thèse de doctorat, qui est publiée en 1961 sous le titre Sartre: the Origins of a Style. Le travail d'Auerbach s'inscrit dans le cadre de la philologie allemande ; ses travaux sur l'histoire du style analysent la forme littéraire en relation avec l'histoire sociale. Jameson suit la même approche, en examinant l'articulation de la poésie, de l'histoire, de la philologie et de la philosophie dans le travail de Jean-Paul Sartre.

Le travail de Jameson se concentre sur la relation entre le style de Sartre et les positions politiques et éthiques de sa philosophie existentialiste. Certain aspects marxistes du travail de Sartre sont commentés dans ce livre ; Jameson y reviendra dans la décennie suivante.

La thèse de Jameson, bien qu'inspirée par une longue tradition d'analyse de la culture européenne, diffère nettement des tendances prévalentes dans les universités américaines (qui à l'époque sont l'empirisme et le positivisme logique dans la philosophie ainsi que la linguistique et le new criticism dans la critique littéraire). Jameson obtient néanmoins un poste à l'Université Harvard, où il enseigne durant la première moitié des années 1960.

Recherches sur le marxisme[modifier | modifier le code]

L'intérêt de Jameson pour Sartre, le conduit à étudier de manière approfondie la critique littéraire marxiste. Même si Karl Marx est devenu une influence importante en sciences sociales, en partie grâce à l'influence de nombreux intellectuels européens, tels que Theodor Adorno, qui ont trouvé refuge aux États-Unis au cours de la deuxième guerre mondiale, la critique littéraire et le travail de marxistes occidentaux sont encore largement méconnus dans les milieux universitaires américains à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

Le rapprochement de Jameson avec le marxisme est également attribuable à ses relations politiques avec la nouvelle gauche et avec les mouvements pacifistes. Ses recherches portent sur des penseurs tels que György Lukács, Ernst Bloch, Theodor Adorno, Walter Benjamin, Herbert Marcuse, Louis Althusser et Jean-Paul Sartre, qui voient la critique culturelle comme une caractéristique du marxisme. Cette position est en rupture avec le marxisme-léninisme orthodoxe, qui une vision plus étroite du matérialisme historique. À certains égards Jameson, s'intéresse, avec d'autres critiques marxistes tels que Terry Eagleton, à l'articulation du marxisme avec les courants philosophiques et littéraires de l'époque.

Alors que la philosophie marxiste traditionnelle considère que la superstructure culturelle est totalement déterminée par l'infrastructure économique, les marxistes occidentaux considèrent la culture comme un phénomène social et historique à côté de la production économique et du pouvoir politique. Ils pensent que la culture doit être étudiée en utilisant le concept hégélien de critique immanente : la théorie selon laquelle une description adéquate et critique d'un texte philosophique ou culturel doit être effectuée dans les mêmes termes que le texte lui-même, dans le but de mettre en évidence ses contradictions internes.

Analyse du structuralisme[modifier | modifier le code]

En parallèle, Jameson étudie le structuralisme qui est alors le principal courant de pensée alternatif au marxisme. Après avoir rejoint l'Université de Californie à San Diego en 1967, Jameson publie Marxism and Form: Twentieth-Century Dialectical Theories of Literature (1971) et The Prison-House of Language: A Critical Account of Structuralism and Russian Formalism (1972).

Ces deux ouvrages essayent de traiter des principales caractéristiques de la vie littéraire et universitaire que Jameson perçoit comme tendant vers le détachement de la réalité. Il y critique aussi bien la consécration de l'œuvre d'art comme objet totalement distinct du contexte de sa production ainsi que le formalisme anti-historique découlant d'une interprétation restrictive du structuralisme. Jameson considère ces deux tendances comme des échecs dans la compréhension des éléments clés de la production et de la consommation contemporaine des œuvres d'art. En parallèle Jameson considère, comme dans ces précédents ouvrages, que les objets culturels doivent être compris selon les règles culturelles ; il fait valoir que l'analyse minutieuse des pratiques culturelles démontre que l'art et la culture sont fondés sur les réalités économiques.

Au cours des années 1970, Jameson continue à travailler dans cette voie. Il combine une étude à plusieurs niveaux des textes littéraires (y compris des genres ou des auteurs contemporains qui sont à peine traités par la recherche académique, allant de la science-fiction à Raymond Chandler), avec des analyses théoriques des idéologies, du modernisme et de l'histoire littéraire.

Récit et histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire tend à jouer un rôle central dans l'interprétation de Jameson de la lecture (consommation) et de l'écriture (production) des textes littéraires. Jameson marque son attachement à la philosophie hégélio-marxiste avec la publication de The Political Unconscious: Narrative as a Socially Symbolic Act, dont le slogan est « always historicize » (1981). L'objet de The Political Unconscious n'est pas le texte littéraire lui-même, mais plutôt le cadre interprétatif dans lequel il est conçu. Il apparaît comme un manifeste pour une nouvelle approche du récit littéraire.

Le point de vue du livre met l'accent sur l'histoire comme « horizon ultime » de l'analyse littéraire et culturelle. Il emprunte des notions à la tradition structuraliste et au travail de Raymond Williams sur l'anthropologie culturelle, et les joint à une conception marxiste du travail (qu'il s'agisse des cols bleus ou des intellectuels). Les lectures de Jameson sont exploitées tant du point de vue de la forme et des thèmes explicitement choisis par l'écrivain que du cadre qui le guide inconsciemment. Les choix artistiques normalement considérés en terme purement esthétique sont refondus selon l'histoire des pratiques et des normes littéraires, dans une tentative de développer un inventaire systématique des contraintes imposées à l'artiste en tant que sujet créatif. Pour poursuivre cette discussion, il décrit les « ideologeme », comme « la plus petite unité intelligible des discours fondamentalement antagonistes des classes sociales. »[1]

L'établissement de l'histoire comme seul facteur pertinent dans cette analyse, qui dérive les catégories régissant la production artistique de leur cadre historique, se conjugue avec une audacieuse proclamation théorique. Le livre de Jameson prétend établir une critique littéraire marxiste, centrée sur la notion d'un mode de production artistique, comme cadre le plus complet et exhaustif permettant de comprendre la littérature. Le travail amorcé par Jameson dans ce livre servira de base pour d'autres travaux plus connus.

Critique de la postmodernité[modifier | modifier le code]

Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif[2] est d'abord publié dans la revue New Left Review en 1984, alors que Jameson exerce comme professeur de littérature et d'histoire de la conscience[3] à l'Université de Californie à Santa Cruz. Cet article controversé, qui sera plus tard étendu à un livre entier, fait partie d'une série d'analyses de la postmodernité faites à partir du point de vue dialectique que Jameson a développé dans ses précédents travaux sur le récit. Jameson considère ici le « scepticisme envers le métarécit » des postmodernes comme un « mode d'expérience » résultant des conditions de travail intellectuel imposées par les modes de production du capitalisme tardif.

Les postmodernes font valoir que la différenciation complexe entre les domaines de la vie (tels que la politique, le contexte social, culturel, économique, etc.) et entre les classes et les rôles sociaux au sein de chaque domaine, ont été surmontés par la crise du fondationalisme et le relativisme qui en résulte. Jameson fait valoir, à l'encontre de cette idée, que ces phénomènes ont ou auraient pu être compris de façon satisfaisante dans un cadre moderniste ; l'échec du postmodernisme implique une rupture brutale dans le perfectionnement de la pensée dialectique.

À son avis, la fusion postmoderne de tous les discours dans un ensemble indifférencié est le résultat de la colonisation de la sphère culturelle, qui avait conservée une autonomie partielle au moins pendant la période moderniste précédente, par une nouvelle organisation du capitalisme. Poursuivant les analyses de l'industrie culturelle d'Adorno et d'Horkheimer, Jameson discute cette évolution dans une critique de l'architecture, du cinéma, du récit et des arts plastiques, ainsi que dans ses travaux strictement philosophiques.

Son analyse du postmodernisme tente de le considérer dans son contexte historique. Jameson rejette donc explicitement toute opposition morale au postmodernisme comme phénomène culturel, et continue d'insister sur le concept hégélien de critique immanente. Cependant, son incapacité à rejeter a priori le postmodernisme, est perçue par beaucoup comme un approbation implicite du point de vue postmoderne.

Travaux récents[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1990 Jameson développe cette approche : en 1994 avec Seeds of Time au cours de ses conférences à l'Université de Californie, et en 1998 avec Brecht and Method. Cette dernière est une analyse du contexte politique et social qui entoure l'engagement politique de Bertolt Brecht.

Les travaux plus récents de Jameson comprennent Archéologie du futur, un désir nommé utopie[4], une étude de l'utopie et la science-fiction en décembre 2005 ; The Modernist Papers (2007), son recueil d'essais sur le modernisme longtemps attendu ; et Valences of the Dialectic (2009) qui comprend une réponse critique à Slavoj Zizek, Gilles Deleuze, et d'autres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) Sartre: The Origins of a Style, New Haven, Yale University Press,‎ 1961
  • (en) Marxism and Form: Twentieth Century Dialectical Theories of Literature, Princeton, Princeton University Press,‎ 1971
  • (en) The Prison-House of Language: A Critical Account of Structuralism and Russian Formalism, Princeton, Princeton University Press,‎ 1972 for more info see:[1]
  • (en) Fables of Aggression: Wyndham Lewis, the Modernist as Fascist, Berkeley, University of California Press,‎ 1979 Reissued: 2008 (Verso)
  • (en) The Political Unconscious: Narrative as a Socially Symbolic Act, Ithaca, N.Y., Cornell University Press,‎ 1981
  • (en) The Ideologies of Theory. Essays 1971–1986. Vol. 1: Situations of Theory, Minneapolis, University of Minnesota Press,‎ 1988
  • (en) The Ideologies of Theory. Essays 1971–1986. Vol. 2: The Syntax of History, Minneapolis, University of Minnesota Press,‎ 1988
  • Postmodernism and Cultural Theories ((zh)). Tr. Tang Xiaobing. Xi'an: Shaanxi Normal University Press. 1987.
  • Nationalism, Colonialism, and Literature, Derry: Field Day, 1988. A collection of three Field Day Pamphlets by Fredric Jameson, Terry Eagleton and Edward Said.
  • (en) Late Marxism: Adorno, or, The Persistence of the Dialectic, London & New York: Verso,‎ 1990
  • (en) Signatures of the Visible, New York & London: Routledge,‎ 1990
  • (en) Postmodernism: The Cultural Logic of Late Capitalism, Durham, NC, Duke University Press,‎ 1991
  • (en) The Geopolitical Aesthetic: Cinema and Space in the World System, Bloomington, Indiana University Press,‎ 1992
  • (en) The Seeds of Time. The Wellek Library lectures at the University of California, Irvine, New York, Columbia University Press,‎ 1994
  • (en) Brecht and Method, London & New York: Verso,‎ 1998 Reissued: 2011 (Verso)
  • (en) The Cultural Turn: Selected Writings on the Postmodern, 1983-1998, London & New York: Verso,‎ 1998 Reissued: 2009 (Verso)
  • The Jameson Reader. Ed. Michael Hardt and Kathi Weeks. Oxford: Blackwell. 2000.
  • (en) A Singular Modernity: Essay on the Ontology of the Present, London & New York Verso,‎ 2002
  • (en) Archaeologies of the Future: The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, London & New York: Verso,‎ 2005
  • (en) The Modernist Papers, London & New York Verso,‎ 2007
  • Jameson on Jameson: Conversations on Cultural Marxism Ed. Ian Buchanan. Durham, NC: Duke University Press. 2007.
  • (en) The Ideologies of Theory, London & New York: Verso,‎ 2009 (One-volume edition, with additional essays)
  • (en) Valences of the Dialectic, London & New York: Verso,‎ 2009
  • (en) The Hegel Variations: On the Phenomenology of Spirit, London & New York: Verso,‎ 2010
  • (en) Representing 'Capital': A Reading of Volume One, London & New York: Verso,‎ 2011
  • (en) The Antinomies of Realism, London & New York: Verso,‎ 2013

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • avec Terry Eagleton et Edward Saïd, Nationalisme colonialisme et littérature [« Nationalism, Colonialism, and Literature »], Presses Universitaires Du Septentrion,‎ 1195, 98 p. (ISBN 978-2859394486)
  • Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif [« Postmodernism: The Cultural Logic of Late Capitalism »], ENSBA,‎ 2007, 608 p. (ISBN 978-2840561507)
  • La totalité comme complot : Conspiration et paranoïa dans l'imaginaire contemporain [« The Geopolitical Aesthetic: Cinema and Space in the World System - partie 1 »], Les Prairies Ordinaires,‎ 2007, 138 p. (ISBN 978-2350960067)
  • Archéologie du futur : Le désir nommé utopie [« Archaeologies of the Future »], t. 1, Max Milo Éditions, coll. « L'Inconnu »,‎ 2007, 260 p. (ISBN 978-2353410200)
  • Archéologie du futur : Penser avec la science-fiction [« Archaeologies of the Future »], t. 2, Max Milo Éditions, coll. « L'Inconnu »,‎ 2008, 287 p. (ISBN 978-2353410354)
  • Fictions Géopolitiques : Cinéma, capitalisme, postmodernité [« The Geopolitical Aesthetic: Cinema and Space in the World System - partie 2 »], Capricci,‎ 2011, 196 p. (ISBN 978-2918040071)
  • L'inconscient politique : Le récit comme acte socialement symbolique [« The Political Unconscious: Narrative as a Socially Symbolic Act »], Questions Theoriques, coll. « Saggio Casino »,‎ 2012, 480 p. (ISBN 978-2917131039)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "the smallest intelligible unit of the essentially antagonistic collective discourses of social classes."
  2. Postmodernism, or, The Cultural Logic of Late Capitalism
  3. History of Consciousness en anglais désigne un enseignement pluridisciplinaire de l'Université de Californie à Santa Cruz mêlant les sciences, les sciences sociales et l'art
  4. Archaeologies of the Future: The Desire Called Utopia and Other Science Fictions

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]