Enrico Mattei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mattei.
Enrico Mattei à droite

Enrico Mattei (29 avril 1906 - 27 octobre 1962) est l'industriel italien dans le domaine du pétrole, qui, après la Seconde Guerre mondiale, a été chargé de démanteler l’Agip, l’agence pétrolière de l’État établie par le régime fasciste. Mais au lieu de cela, il l’a développée et réorganisée en un trust national, l'Ente Nazionale Idrocarburi (ENI). Sous sa direction, l’ENI a négocié d’importantes concessions pétrolières au Moyen-Orient, ainsi que des accords commerciaux de grande portée avec l’Union soviétique, qui ont permis de briser l’oligopole des Sept Sœurs qui dominait l’industrie pétrolière au milieu du XXe siècle. Il a aussi introduit le principe selon lequel le pays où se situe l’exploitation pétrolière perçoit 75 % des profits[1].

Mattei, qui est devenu une personnalité puissante en Italie, était un démocrate-chrétien de l’aile gauche qui a été député de 1948 à 1953. Il a fait d’ENI une compagnie puissante, au point que les Italiens l’ont qualifié d’« État dans l’État ». Il est mort dans un accident d’avion mystérieux en 1962, vraisemblablement causé par une bombe embarquée[2]. Cette affaire non résolue a été une obsession en Italie pendant des années et a été le sujet du film L'Affaire Mattei de Francesco Rosi en 1972.

Jeunesse et débuts sous le fascisme et avec la Résistance[modifier | modifier le code]

Enrico Mattei est né à Acqualagna, dans la province de Pesaro et Urbino, dans les Marches, le deuxième des cinq enfants d’Antonio Mattei, un carabiniere, et d’Angela Galvani. En 1923, il était apprenti dans une usine de tannerie à Matelica. La progression de sa carrière a été rapide. Il est devenu assistant chimiste, puis chef de laboratoire à 21 ans. Après son service militaire, il est devenu le principal assistant du propriétaire de la tannerie. Cependant, la crise économique à la fin des années 1920 a provoqué la fermeture de la tannerie[3].

Mattei s’est installé à Milan où il a travaillé comme représentant commercial en produits colorants et de solvants pour des compagnies étrangères. En 1931, il a adhéré au Parti fasciste, ce qui pouvait lui permettre de faciliter ses affaires, mais il n’était pas très actif en politique. Par la suite, il a fondé une usine de produits émulsifiants dérivés du pétrole pour les industries textiles et les tanneries, avec l’aide de son frère et de sa sœur. En 1934, il a fondé Industria Chimica Lombarda. Deux ans plus tard, il s’est marié avec Greta Paulas, à Vienne. Après avoir acquis un diplôme de comptabilité, il s’est inscrit à l’Université catholique de Milan[3].

En mai 1943, il a rencontré le dirigeant du parti alors clandestin Démocratie Chrétienne, Giuseppe Spataro, qui l’a introduit dans des cercles antifascistes à Milan. Après l’armistice italienne avec les forces alliées du 25 juillet 1943, l’Italie du Nord étant alors sous domination nazie, Mattei a rejoint un groupe de partisans, dans les montagnes autour de Matelica, et les a aidé à se ravitailler en armes. Son enrôlement dans la Résistance italienne a pu se faire malgré les suspicions relatives à son appartenance au Parti fasciste. Son rôle était cependant plutôt secondaire, cantonné essentiellement sur des activités administratives et logistiques. Après avoir échappé à plusieurs rafles, il s’est replié sur Milan[3].

Impressionnés par ses aptitudes militaires et d’organisateur, les démocrates chrétiens l’ont promu au commandement de leurs forces armées dans la Résistance. Le 26 octobre 1944, il est capturé à Milan avec d’autres résistants, au quartier général clandestin des démocrates chrétiens. Détenu dans une caserne à Côme, il a pu s’évader le 3 décembre 1944, tirant parti de la confusion causée par un court-circuit qu’il a pu lui-même provoquer. Mattei a fait partie ensuite du commandement militaire en Italie du Nord du Comité de libération nationale, au nom des démocrates chrétiens[3]. Après la guerre, il a été décoré de la Silver Star par les autorités américaines[4].

L’Agip et l’ENI[modifier | modifier le code]

En 1945, le Comité de libération nationale, nomme Mattei à la tête de l’Azienda Generale Italiana Petroli (Agip), la compagnie pétrolière nationale créée par les fascistes, avec comme instruction de la solder dès que possible. Mattei a en fait travaillé dur pour restructurer la compagnie et la transformer en l’un des atouts économiques les plus importants de la nation.

En 1949, Mattei a prononcé une déclaration publique étonnante : le sous-sol de la vallée du Po, dans le nord de l’Italie était riche en pétrole et en gaz naturel, et l’Italie pourrait résoudre tous ses besoins énergétiques avec ses propres ressources.

Relayé par la presse italienne, il a alors encouragé l’idée que la nation, qui souffrait encore des conséquences de la guerre, deviendrait bientôt riche. La valeur financière de l’Agip a aussitôt augmenté sur les marchés financiers, et la compagnie (propriété de l’État mais avec un statut de société privée) est devenue l’une des plus solides et importantes entreprises italiennes. La réalité était cependant un peu différente de ce qu’avait dit Mattei : sur le territoire de Cortemaggiore, dans la vallée du Po, contenait une certaine quantité de gaz et seulement une faible quantité de pétrole.

La stratégie de Mattei était d’utiliser le gaz naturel pour alimenter le développement d’une industrie nationale dans l’Italie septentrionale, soutenant le boom économique de l’après-guerre qui a plus tard été qualifié de miracle économique italien. Davantage qu’un substitut des importations de pétrole, le gaz était un substitut des importations de charbon, moins cher et plus fonctionnel, pour les activités industrielles en pleine croissance. Les importants profits des ventes de gaz naturel ont été réinvesties dans la prospection, la production, et l’expansion de pipelines, ainsi que dans la recherche de nouveaux clients[5].

L’Agip a obtenu une concessions exclusive pour la prospection de gaz et de pétrole sur le territoire national et a été en mesure de maintenir des profits. Les opinions politiques étaient divisées à son sujet : la gauche le soutenait, contrairement aux conservateurs, et à la plupart des industriels. À cette époque, Mattei est supposé avoir largement utilisé des ressources financières occultes pour financer des pots-de-vins, notamment en faveur d’hommes politiques et de journalistes.

Il avait coutume de dire des partis politiques : « Je les utilise comme j’utiliserais un taxi : je m’assois, je paie pour le trajet, je sors. » L’Agip a pris le contrôle de centaines d’entreprises dans tous les secteurs économiques du pays. Mattei s’intéressait beaucoup à la presse et l’Agip a pris possession de plusieurs journaux et de deux agences de presse.

En 1953, une loi a créé l’ENI (Ente Nazionale Idrocarburi), dans laquelle l’Agip a été fusionnée. Mattei en a d’abord été le président puis l’administrateur et le directeur général. De facto, Mattei était le patron de l’ENI, et l’ENI était sa chose.

Influence internationale[modifier | modifier le code]

L’attention de Mattei s’est tournée vers le marché international du pétrole. Il a inventé (ou du moins la racontait beaucoup) l’histoire du petit chat : « Un petit chat arrive à un endroit où quelques gros chiens mangent dans une marmite. Les chiens l’attaquent et le rejettent. Nous, les Italiens, sommes ce petit chat : dans cette marmite, il y a du pétrole pour tout le monde, mais certains ne veulent pas nous en laisser approcher. »

Ce genre de fable a rendu Mattei extrêmement populaire dans l’Italie économiquement pauvre de l’époque, et lui a permis d’acquérir la popularité nécessaire pour obtenir des soutiens politiques.

Pour briser l’oligopole des Sept Sœurs (une formule qu’il a inventé pour faire référence aux compagnies pétrolières dominantes du milieu du XXe siècle), Mattei a initié des accords avec les pays les plus pauvres du Moyen-Orient et les pays du Bloc de l’Est. Mattei s’est rendu en 1959 à Moscou, où il a négocié un accord d’importation de pétrole avec l’Union soviétique en pleine Guerre froide, malgré les protestations de l’OTAN et des États-Unis. Il a également publiquement soutenu des mouvements indépendantistes contre les pouvoirs coloniaux, ce qui a permis à l’ENI de tirer parti de la rancœur contre les anciennes puissances colonisatrices dans des pays nouvellement indépendants comme l’Algérie[5]. À ses détracteurs qui l’accusaient de faire le jeu des communistes et de rendre l’Italie dépendante des exportations soviétiques, Mattei a répondu qu’il achetait aux fournisseurs proposant les meilleurs prix.

Mattei a conclu des accords avec la Tunisie et le Maroc, à qui il a offert un partenariat à 50/50 pour l’extraction du pétrole, très différent des formes de concession normalement proposées par les grandes compagnies pétrolières. À l’Iran et à l’Égypte, il a proposé en plus que les investissements risqués de la prospection seraient entièrement à la charge d’ENI. S’il n’y avait pas de pétrole découvert, le pays n’aurait pas à débourser un dollar. En 1957, ENI était déjà en compétition avec des géants comme Esso ou Shell, et finançait les nationalistes algériens contre l’État français dans la guerre d’Algérie.

En 1960, après avoir conclu un accord avec l’Union soviétique et pendant qu’il négociait avec la Chine populaire, Mattei a publiquement déclaré que le monopole américain était terminé. Les réactions ont d’abord été conciliantes et ENI a été invitée à prendre part au partage des zones de prospection dans le Sahara. Cependant, Mattei a fait de l’indépendance de l’Algérie une condition de son acceptation, faute de quoi il n’y aurait pas d’accord[1]. La conséquence de sa position est qu’il a été considéré comme une cible par l’organisation terroriste d’extrême-droite OAS, opposée à l’indépendance de l’Algérie, qui a commencé à lui adresser des menaces explicites.

L’accident mortel et les enquêtes[modifier | modifier le code]

Le 27 octobre 1962, lors d’un vol de Catane, en Sicile, vers l’aéroport de Milan-Linate, l’avion de Mattei, un Morane-Saulnier MS.760 Paris, s’est écrasé dans les environs du petit village de Bascapè en Lombardie, pendant une tempête[6]. Les trois hommes à bord ont été tués : Mattei, son pilote Irnerio Bertuzzi, et le journaliste américain de Time-Life William McHale. Le ministère de la Défense italien, dirigé alors par Giulio Andreotti, a eu la responsabilité de mener l’enquête sur cet accident.

Durant son mandat controversé à la tête d’ENI, Mattei s’est fait de nombreux ennemis. Le Conseil de sécurité nationale des États-Unis le décrivait comme un obstacle irritant dans un rapport classifié de 1958. Les autorités françaises ne lui pardonnaient pas d’avoir été en affaire avec le mouvement indépendantiste algérien. La responsabilité de sa mort a été tantôt attribuée à la CIA, à l’OAS ou à la Mafia sicilienne[2]. Ne faisant pas confiance aux services secrets italiens, quand bien même nombre de ses partisans en étaient membres, Mattei a constitué une sorte de garde de protection personnelle formée d’anciens combattants de la Résistance.

Selon Philippe Thyraud de Vosjoli, un ancien agent du SDECE (ancêtre de la DGSE), les services secrets français étaient responsables de l’accident d’avion. ENI aurait été sur le point de supplanter les intérêts pétroliers français en Algérie. Un agent du SDECE aurait piégé l’avion de Mattei[7].

En préparant son film L'Affaire Mattei en 1970, Francesco Rosi a demandé au journaliste Mauro De Mauro d’enquêter sur les derniers jours de Mattei en Sicile. De Mauro a obtenu une cassette audio de son dernier discours et a passé plusieurs jours à l’étudier. De Mauro a disparu huit jours après avoir mis la main sur cette cassette, le 16 septembre 1970, sans laisser une trace. Son corps n’a jamais été découvert[2]. Tommaso Buscetta, un important repenti de Cosa Nostra, a déclaré que la Mafia sicilienne a été impliquée dans l’assassinat de Mattei. Selon Buscetta, Mattei a été tué à la demande de la Cosa Nostra américaine, car sa politique causait du tort à d’importants intérêts américains au Moyen-Orient. De Mauro aurait donc été tué car il aurait été sur le point de découvrir cette vérité[8]. Gaetano Ianni, un autre repenti, a déclaré qu’un accord spécial avait été conclu entre Cosa Nostra et « certains étrangers » pour l’élimination de Mattei organisée par le mafioso Giuseppe Di Cristina[9]. Ces déclarations ont déclenché de nouvelles enquêtes[2].

En 1994, l’enquête sur la mort de Mattei a été rouverte. Le 25 octobre 1995, la chaîne de télévision publique italienne RAI a annoncé l’exhumation des corps de Mattei et Bertuzzi. Des débris de métal déformés par une explosion ont été découverts dans leurs os. Selon certaines spéculations, le détonateur d’un engin explosif aurait été déclenché par le mécanisme du train d’atterrissage. En 1997, des analyses du professeur Firrao de l’École polytechnique de Turin ont permis de découvrir des traces d’explosifs[10]. En se basant sur ces nouvelles preuves, l’affaire a été reclassée par la justice en homicide volontaire, mais sans être en mesure de préciser l’identité des coupables. Selon un documentaire télévisé de Bernhard Pletschinger et Claus Bredenbrock diffusé en 2001, les preuves d’une origine criminelle du crash ont immédiatement été détruites sur le site de l’accident. Des éléments de l’avion auraient été dissous avec de l’acide.

Héritage[modifier | modifier le code]

Enrico Mattei a fait d’ENI une compagnie puissante, à tel point que les Italiens l'ont qualifié d’« État dans l’État »[11]. Certains l’ont décrit comme une sorte de paladin, de nationaliste, tandis que d’autres ont pointé sa faim de pouvoir, et son comportement froid et calculateur. Les doutes sur son assassinat, toutefois, sont plus largement partagés que la théorie d’un accident technique.

Mattei a inventé la formule « les Sept Sœurs » pour qualifier les plus grandes compagnies pétrolières de son époque[12]. En 2000, le pipeline trans-méditerranéen, un gazoduc reliant les gisements d’Algérie à la Sicile via la Tunisie, a été baptisé d’après son nom. ENI a créé un institut de recherche à but non lucratif qui porte son nom, la Fondazione Eni Enrico Mattei, dédiée à l’étude du développement durable et de la gouvernance mondiale.

L'Affaire Mattei au cinéma[modifier | modifier le code]

En 1972, le cinéaste Francesco Rosi réalise L'Affaire Mattei (Il Caso Mattei), un film qui obtient la Palme d'or au Festival de Cannes, dans lequel il revient sur les circonstances de la mort d'Enrico Mattei, dont le rôle est interprété par Gian Maria Volontè, soutenant que celle-ci n'était pas accidentelle, mais criminelle. Il tente de démontrer que des milieux puissants avaient intérêt à la disparition du fonctionnaire dévoué, qui contrôlait le secteur de l'énergie en Italie[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Malti 2010, p. 50
  2. a, b, c et d (en) « Autopsy may solve deadly mystery of the Mattei Affair », The Independent,‎ 1997 (lire en ligne)
  3. a, b, c et d (en) « Enrico Mattei, the Biography », ENI
  4. (en) « Italian oil chief dies in air crash », The New York Times,‎ 1962 (lire en ligne)
  5. a et b (en) « Algerian Gas to Europe: The Transmed Pipeline and Early Spanish Gas Import Projects », Mark H. Hayes
  6. (en) « Accident description », Aviation Safety Network
  7. (en) « Excerpt from 'Great Heroin Coup: Drugs, Intelligence and International Fascism' »
  8. (it) « Buscetta : 'Cosa Nostra uccise Enrico Mattei' », La Repubblica,‎ 1994 (lire en ligne)
  9. (it) « Fu Di Cristina a sabotare l'aero di Enrico Mattei l'ordine parti », La Repubblica,‎ 1994 (lire en ligne)
  10. (en) « Was there a bomb on Mattei’s aircraft? », Donato Firrao, Graziano Ubertalli
  11. (en) « Oil : State within a State », Time,‎ 1961 (lire en ligne)
  12. (en) « The new Seven Sisters: oil and gas giants dwarf western rivals », Financial Times,‎ 2007 (lire en ligne)
  13. (en) « Fondazione Eni Enrico Mattei »

Liens internes[modifier | modifier le code]

Émissions de radio et documentaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]