Emilio Scanavino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Mur (1954)

Emilio Scanavino (Gênes, 1922 - Milan, 1986) est un peintre et un sculpteur italien qui fait partie des représentants importants de l'art abstrait après la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emilio Scanavino fréquente la scuola magistrale de Gênes puis l'école d'Art Liceo Artistico Nicolò Barabino à partir de 1938 en tant qu'élève de Mario Calonghi.

Sa première exposition a lieu en 1942 au Salone Romano à Gênes.

Il part ensuite à Milan et s'inscrit à l'université en architecture.

En 1947, il part à Paris et a des contacts étraits avec les milieux artistiques. Il a fait la connaissance entre autres d'Édouard Jaguer, de Wols et de Camille Bryen. Ces rencontres influencent fortement son art. Il peint alors dans un style postcubiste, expose en 1948 dans le Galleria l'Isola à Gênes et trouve sa voie dans la peinture abstraite.

En 1950, il participe à la XXVe Biennale de Venise.

en 1951, il expose à la Apollinaire Gallery de Londres. Il a fait la connaissance de Philip Martin, d'Eduardo Paolozzi et Francis Bacon et en subit également l'influence.

Il entretient des contacts et amitiés artistiques avec Lucio Fontana, Sergio Dangelo, Enrico Baj, Gianni Dova, Roberto Crippa, Asger Jorn, Karel Appel, Corneille, du groupe CoBrA et avec Roberto Matta et Wifredo Lam.

En 1958, il se retire avec sa famille à Milan. Il fait la connaissance d'Alain Jouffroy, Gianpiero Giani, Gillo Dorfles, Roberto Sanesi, et de Franco Russoli.

Il retourne sur la côte Ligure et passe de plus en plus de temps à Calice Ligure dans un atelier qu'il y a installé en 1962 et où ensuite se réunissent, à partir de 1970, de nombreux artistes contemporains dont le Belge Jean Raine issu du groupe CoBrA et Théodore Kœnig, fondateur de la revue Phantomas.
Ses nombreuses notes et photographies ont permis en 2005 d'éditer La leggenda degli Artusti di Calice Ligure de Emilio Scanavino & C[1]

En 1970, il gagne le grand prix du festival de Menton.

En 1971 il subit une délicate opération chirurgicale, guérit et donne le départ à une nouvelle phase créatrice de sa peinture.

Il accomplit des voyages en Belgique, France et Allemagne et il loue un appartement en rue de Rivoli à Paris ou il vit et travaille pour des périodes avec sa femme.

En 1982, malgré une rechute et l'aggravation de sa maladie, il continue à travailler et à avoir à une intense activité d'expositions autant publiques que privées.

En 1986, il est invité et expose à la Quadriennale d'Arte de Rome.

Emilio Scannavino meurt à 64 ans le 28 novembre 1986 à Milan.

Expositions[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
  • Monographie
  • Bibliographie
  • Publications
  • A. Jouffroy, La questione S, Edizioni AE, Genova 1963
  • E. Crispolti, A. Jouffroy, Scanavino io mani, Edizioni l’Uomo e l’Arte, Milano 1971
  • F. De Bartolomeis, Il progetto dell’irrazionale di Scanavino, Edizioni del Naviglio, Milano 1972
  • A. Jouffroy, Scanavino, Georges Fall Editeur, Parigi 1973
  • R. Sanesi, Scanavino, Altrouno-La Nuova Foglio Editrice, Macerata 1979
  • G. M. Accame, Scanavino. Disegni e scritti inediti, Pierluigi Lubrina Editore, Bergamo 1990
  • G.Graglia Scanavino, G.M. Accame, Scanavino. La scultura, Documenti dell’Archivio Scanavino, Edizioni Aspasia, Bologna, 2004
  • Emilio Scanavino & C - La leggenda degli Artisti di Calice Ligure. a cura di Stephano Delphino e Gianni Viola - De Ferrari, Genova.
  • Rachele Ferrario, Scanavino e Crispolti. Carteggio e altri scritti, Collana: Biblioteca d'arte contemporanea materiale di ricerca - Silvana Editoriale.
  • Alberto Zanchetta, Emilio Scanavino - opere 1954-1983, (Edizioni Dep Art Milano, 2008)
  • Giuseppe Di Natale, Scanavino e Jaguer. Il segno poetico e la poetica del segno. Carteggio 1954-1969. Collana: Biblioteca d'arte contemporanea, materiale di ricerca - Silvana Editoriale.
  • Maria Scarfì Cirone, Con Emilio Scanavino un giorno di settembre, in "Pigmenti" periodico dell'Ass. Culturale "R. Aiolfi" - no profit di Savona, n. 20, anno VIII, maggio 2010, Savona
  • Flaminio Gualdoni, Emilio Scanavino. Opere 1971-1986. Milano: Edizioni Dep Art, 2012.
  • Luca Massimo Barbero, "Scanavino. Dipinti su carta" Edizioni Electa 2013
  • Giuseppe Di Natale, "Scanavino e Jouffroy". Carteggio 1960-1977 Collana: Biblioteca d'arte contemporanea materiale di ricerca - Silvana Editoriale, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sous la direction de Stephano Delphino et Gianni Viola - Ed. De Ferrari, Gênes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]