Diastème (odontologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Diastème (homonymie)
Diastèmes entre les dents de la mâchoire inférieure

Un diastème ou diastema (du grec διάστημα, « intervalle ») est, en odontologie, un écartement entre deux dents normalement adjacentes. Il est plus fréquemment rencontré entre les deux incisives de la mâchoire supérieure. Il peut être congénital ou acquis.

Le diastème n'est pathologique que s'il provoque une rétention alimentaire. Il peut cependant être l'un des signes d'une pathologie dentaire ou osseuse nécessitant un traitement orthodontique.

Aspects médicaux[modifier | modifier le code]

Dans un contexte de traumatisme de la face, un diastème inférieur peut se voir dans le cadre de fractures mandibulaires. Il s'agit alors d'une fracture de la portion dentée de la mandibule (branche horizontale et région parasymphysaire). Il est nécessaire de rechercher par l'examen clinique une atteinte du nerf mandibulaire (3ème branche du nerf trijumeau), qui émerge au niveau du foramen mentonnier et qui peut être lésé lors de son trajet intra-osseux. Les examens d'imagerie nécessaires pour le bilan des lésions sont le panoramique dentaire et un cliché face basse. (Si la fracture intéresse le condyle on réalise aussi une TDM.) Le traitement sera orthopédique ou chirurgical.

Correction[modifier | modifier le code]

Il est possible de le corriger par un traitement orthodontique. Cependant, l'écart peut réapparaître après le traitement. Une solution peut être une attache permanente du côté intérieur de la dent pour prévenir la réouverture.

Diastema ; les phases de traitement orthodontique

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Le sourire du footballeur Ronaldo dévoile ses dents du bonheur.

Dans le langage courant, le diastème entre les incisives supérieures est appelé « dents de la chance » ou « dents du bonheur »[1], car il est réputé apporter chance et bonheur à ceux qui possèdent cette caractéristique[2] en France et dans le Nord de l'Inde. Il a aussi donné son nom de scène à l'artiste Diastème (dont la sœur est dentiste)[3] ; ainsi que son titre à l'autobiographie Les Dents du bonheur de Nicole Calfan[4] (qui a cette caractéristique physique), ou encore au roman pour enfants Les Dents du bonheur de Dorothée Piatek[5] (dans lequel le personnage principal, un adolescent adopté et qui a les dents du bonheur, cherche ses parents naturels sur la base de cette particularité physique qu'il croit héréditaire).

Dans l'ouest Nigeria, c'est un signe de beauté et certaines personnes créent un Diastème par orthodontie[6].

Différentes personnalités ont les dents du bonheur : c'est le cas des politiques Condoleezza Rice, Pierre-Yves Bournazel ou Annick Lepetit, des acteurs Béatrice Dalle, Terry-Thomas, Arnold Schwarzenegger, Robert Morsen, Anna Paquin, des chanteurs Laurent Voulzy, Sylvie Vartan, Elton John, Yannick Noah, Kelly Jones, Pharoahe Monch, Marie Fredriksson, Vanessa Paradis, Jane Birkin, Nicolas Peyrac, Madonna, 50 Cent, du bassiste Flea, des sportifs Ronaldo, Mike Tyson, Cathy Freeman, Kristina Mladenovic, des présentateurs David Letterman, Thomas Legrand, William Leymergie, Camille Combal. Cette caractéristique était aussi présente chez Ötzi, l'humain préhistorique momifié naturellement et découvert dans un glacier des Alpes.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Amis du lexique français, Dico-plus,‎ 1981, p. 455.
  2. Henri Lamendin (préf. Charles Bérenholc), Petites histoires de l'art dentaire d'hier et d'aujourd'hui : anecdodontes, éd. L'Harmattan,‎ 2006, 200 p. (ISBN 2-296-00533-0), p. 140.
  3. François-Guillaume Lorrain, « Cinéma - Avignon par la bande », Le Point, no 1869,‎ 10 juillet 2008 (lire en ligne).
  4. Nicole Calfan, Les Dents du bonheur, Paris, éd. Flammarion,‎ 2003, 247 p. (ISBN 2-08-068294-6).
  5. Dorothée Piatek, Les Dents du bonheur, Darnétal, éd. Petit à petit, coll. « Lignes de vie »,‎ 2008, 69 p. (ISBN 978-2-84949-128-7).
  6. Oji, C. (1994)