Concerto pour piano nº 2 de Rachmaninov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concerto pour piano no 2
Opus 18
Image décrite ci-après
Portrait de Rachmaninov en 1900 par Ciągliński.

Genre Concerto
Nb. de mouvements 3
Musique Sergueï Rachmaninov
Effectif Piano et orchestre
Durée approximative env. 32 minutes
Dates de composition 1900 - 1901
Dédicataire Nikolay Vladimirovich Dahl
Création
Drapeau de Moscou Moscou
Interprètes Sergueï Rachmaninov (pno.)

Alexander Siloti (dir.)
Orchestre de la société des concerts de Moscou

Versions successives
  • Arrangement pour deux pianos du compositeur (1901)
1er mouvement : Moderato
2e mouvement : Adagio sostenuto
3e mouvement : Allegro scherzando
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

Le Concerto pour piano no 2 en do mineur op. 18 est un concerto du compositeur russe Sergueï Rachmaninov, écrit dans les années 1900 et 1901, quelque peu avant la composition de sa Sonate pour violoncelle et piano.

Il est créé le (OS ) à Moscou par le compositeur au piano sous la baguette d′Alexander Siloti et obtient un succès considérable non démenti depuis.

La composition de ce concerto intervient juste après les trois ans de dépression nerveuse dans laquelle Rachmaninov a plongé suite à l'échec de sa première symphonie, démontée par des critiques impitoyables. C'est grâce au traitement du docteur Nicolas Dahl, un neurologue russe pratiquant l'hypnose selon l'enseignement de Charcot et qui lui conseille d'écrire ce concerto, que Rachmaninov arrive à sortir de cette crise et retrouver sa créativité. Ce concerto sera dédié au docteur Dahl en guise de remerciement.

Respectant la forme traditionnelle du concerto, il se compose de trois mouvements :

  1. Moderato ;
  2. Adagio sostenuto ;
  3. Allegro scherzando.

Il est reconnu pour sa difficulté et notamment pour la taille des mains qu'il demande au pianiste (dixièmes à jouer d'une seule main).

On peut penser que le 2e Concerto pourrait être une sorte de tableau musical des différentes étapes qui ont mené à sa composition. L'œuvre retracerait ainsi sa propre gestation, et serait par là pour le musicien une façon de surmonter définitivement la crise qu'il vient de traverser.

Aux premières mesures, le musicien émerge peu à peu de sa torpeur. Une fois éveillé, il se remémore les épisodes qui l'ont mené vers la crise. En une gigantesque anamnèse, il voit défiler son passé, les moments douloureux de son existence ; d'où le ton grave et torturé de ce premier mouvement.

Concernant l'Adagio, ayant chassé ses mauvais souvenirs, le musicien se réacclimate doucement à la vie. Son état reste fragile, mais plein d'espoir : il est comme un homme qui verrait poindre l'aube après une nuit peuplée de cauchemars.

Enfin, sur l'Allegro Scherzando, le musicien goûte à présent pleinement aux plaisirs de la vie. Il retrouve foi en lui-même et en ce qu'il a de plus précieux : la musique.

Orchestration[modifier | modifier le code]

Nomenclature du Concerto pour piano no 2
Cordes
Premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses

Bois
2 flûtes, 2 hautbois,

2 clarinettes en si♭ et la, 2 bassons

Cuivres
4 cors en fa, 2 trompettes en si♭ et la,

3 trombones, 1 tuba

Percussions
Timbales, grosse caisse et cymbales

Analyse[modifier | modifier le code]

I : Moderato[modifier | modifier le code]

Le concerto commence par huit mesures où le piano, seul, joue une lente série d'accords (tels des cloches) qui progresse poco a poco crescendo du pianissimo initial au fortissimo de la neuvième mesure. Cette unique introduction établit immédiatement pour l'auditeur l'esprit sous-jacent du nationalisme russe, caractéristique du romantisme tardif de Rachmaninov.

Rachmcncno2.jpg
Huit premières mesures au piano

Les accords éclatent enfin sur un torrent de croches au piano sur lequel apparaît le thème principal, joué par les violons, altos et clarinettes.

Rachmaninov concerto piano 2 theme 1mvt.png
Premières mesures du thème du premier mouvement (violons)

C'est une des caractéristiques (inhabituelles) du premier mouvement de ce concerto : le soliste n'a pas de rôle central après ses accords d'ouverture, il accompagne seulement la mélodie portée par l'orchestre, jusqu'à son premier solo.

II : Adagio sostenuto[modifier | modifier le code]

III : Allegro scherzando[modifier | modifier le code]

Dans le final, Rachmaninov souligne à nouveau la tonalité de mi majeur du mouvement lent avec une introduction élaborée et modulante, qui ramène lentement la musique à la tonalité d'ut mineur pour la première idée vigoureuse et simple ; elle se compose d'une alternance de demi-tons et d'une cellule rythmique formée d'une noire et de deux croches. Le second thème en si bémol est le plus célèbre qu'ait écrit Rachmaninov. Il a un caractère rêveur et nostalgique, sans toutefois posséder la profondeur émotionnelle du grand thème du mouvement lent.

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

De nombreux musiciens de renom ont interprété ce concerto, notamment Julius Katchen, Evgeny Kissin, Lang Lang, Hélène Grimaud, Byron Janis, Sviatoslav Richter, Alexis Weissenberg, Nikolai Lugansky, Victor Eresko, Philippe Entremont, Vladimir Ashkenazy, Arthur Rubinstein et Rachmaninov lui-même.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le thème de l′Allegro scherzando est à la base de Full Moon And Empty Arms (1945) de Frank Sinatra.

« Everytime I hear it, I go to pieces !… It shakes me ! It quakes me ! It makes me feel goose-pimply all over ! I don't know where I am or who I am or what I'm doing [1]! »

Mais également dans Brève Rencontre de David Lean en 1945, The World of Henry Orient, Rhapsody, Center Stage, et The Princess Diaries 2 : Royal Engagement.

Tout le film de Claude Lelouch, Partir, revenir est basé sur le concerto, qui sert de trame au récit.

  • Le concerto est joué par un personnage dans la série télévisée Smallville.
  • Le concerto peut être entendu dans Nodame Cantabile (l'animé ainsi que le drama). Les personnages l'interpretant sont Shinichi Chiaki au solo piano et Franz von Streseman pour la direction de l'orchestre.
  • Le concerto peut être également entendu dans l'animé Fairy Tail durant l'arc de la Tour du Paradis. Le passage figure en 27e position sur le deuxième CD de la bande originale de cet animé, réalisée par Yasuharu Takanashi.
  • Le concerto est aussi un des moments clé du film de Frank Borzage « I've always loved you » de 1946
  • Le concerto est utilisé sur certains solos de batterie de Yoshiki, leader du groupe X-Japan, notamment durant le « Last Live » de 1997.
  • Il y est également fait référence dans le roman La Chute d'Hypérion de Dan Simmons), où le Consul termine un concert privé sur son piano à queue Steinway & Sons par ce morceau "d'une beauté à couper le souffle".

Références[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Soit en français : « Chaque fois que je l'entends, j'éclate en morceaux !… Ça me secoue ! Ça me fait trembler ! Ça me donne la chair de poule ! Je ne sais plus où je suis, ni qui je suis, ni ce que je fais ! »

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]