Château de Tourbillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourbillon.
Château de Tourbillon
Image illustrative de l'article Château de Tourbillon
Le château de Tourbillon vu depuis le sud-ouest
Architecte Boniface de Challant
Début construction fin du XII siècle
Propriétaire initial Evèques de Sion
Protection Bien culturel d'importance nationale
Coordonnées 46° 14′ 12″ N 7° 22′ 01″ E / 46.236545, 7.36697346° 14′ 12″ Nord 7° 22′ 01″ Est / 46.236545, 7.366973  
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Région historique Valais
communes suisses Sion

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Château de Tourbillon

Le château de Tourbillon se trouve au sommet d'une colline à Sion dans le canton du Valais en Suisse. Il fait face à la basilique de Valère située sur la colline opposée. Le château est actuellement à l'état de ruines suite à un incendie en 1788.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction remonterait à la fin du XIIIe siècle sous la direction de l'évêque Boniface de Challant. De nature défensive et perché au sommet d'une colline rocheuse et escarpée, l'ouvrage servait de résidence aux évêques de Sion. Ceux-ci préféraient toutefois le château de la Majorie situé plus bas dans la ville et à l'accès plus aisé.

Un fossé entourait le château qui était bordé par une grande enceinte et des tours pour repousser les éventuelles attaques. En aval, un mur et une tour avec des mâchicoulis (la tour du Chien) bloquait le seul passage praticable depuis la ville. Cette partie défensive est encore bien visible sur le chemin qui mène aux ruines. Une chapelle de style gothique avec des fresques encore visibles fut restaurée durant le XVe siècle mais on estime que la première chapelle date du début du XIVe siècle. Le château comportait un imposant donjon rectangulaire et une cour intérieure fortifiée. Une citerne permettait de récolter les eaux des toits.

Tourbillon fut passablement endommagé par les conflits entre les évêques et la maison de Savoie. Il fut incendié en 1417 pendant les guerres de Rarogne et fut reconstruit par l'évêque Guillaume VI de Rarogne. En 1788, il fut complètement détruit par un autre incendie. Les pierres servirent pendant un certain temps pour les constructions dans la région avant que les ruines ne soient renforcées au XIXe siècle pour en faire un monument historique.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]