Château de Brézé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brézé (homonymie).
Château de Brézé
Image illustrative de l'article Château de Brézé
Type Château de la Loire
Début construction XVIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Arthur de Maillé
Protection Logo monument historique Classé MH (1979)
Coordonnées 47° 10′ 28″ N 0° 03′ 27″ O / 47.174444, -0.0575 ()47° 10′ 28″ Nord 0° 03′ 27″ Ouest / 47.174444, -0.0575 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Commune Brézé

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Brézé

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de Brézé

Le château de Brézé, est un château du XVIe siècle situé sur la commune éponyme, dans le département du Maine-et-Loire, dix kilomètres au sud de Saumur.

La particularité du château de Brézé réside en son réseau troglodytique situé sous le château et dans les fossés, comportant aussi bien des pièces de la vie quotidienne (boulangerie, écurie, magnanerie) que militaire (pont-levis, chemin de ronde). Le château fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le [1].

Le château de Brézé est une propriété privée appartenant à Jean de Colbert, fils de feu M. le Comte Bernard de Colbert et de la défunte Marquise Charlotte de Dreux-Brézé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les terres sont celles des seigneurs de Brézé depuis le XIe siècle. Les premiers seigneurs de Brézé firent de nombreuses donations à l'Abbaye de Fontevraud toute proche.

Parmi ces seigneurs de Brézé, on connait Louis de Brézé qui épousera Diane de Saint Vallier connue sous le nom de Diane de Poitiers.

En 1448, Gilles de Maillé Brézé obtient du roi René l’autorisation de fortifier le château et fera creuser des fossés.

Le château renaissance de style italien et les dépendances ont été reconstruits au début du XVIe siècle par Arthur de Maillé[2].

Urbain de Maillé Brézé sera le premier marquis après que Louis XIII eut érigé le domaine en marquisat en 1615. Il se marie avec Nicole du Plessis, sœur de Richelieu et ils auront deux enfants Armand, grand amiral de France, qui meurt en Toscane à l’âge de 27 ans sans postérité, et Claire-Clémence qui épousera Louis II de Bourbon Condé, le grand Condé et lui transmet ce patrimoine en 1650.

Le grand Condé prend la tête de la Fronde, s’oppose ainsi à la régence pendant la minorité du jeune Louis XIV et, en 1653, le château est occupé par des troupes royales.

En 1682, Condé échangera le château de Brézé contre la Galissonière, appartenant à Thomas de Dreux.

En 1685, Thomas de Dreux, conseiller au Parlement de Paris, se voit confirmer le titre de Marquis de Brézé par le roi Louis XIV.

Henri Évrard de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies de Louis XVI prolongera la partie renaissance du château, puis son fils Pierre, évêque de Moulins, et son petit-fils Henri Simon feront transformer le château qui deviendra néogothique grâce à l'architecte angevin René Hodé (élève de Viollet-le-Duc).

Description[modifier | modifier le code]

Castle Breze 2007 03.jpg

Ses douves asséchées sont les plus profondes d'Europe (18 mètres). La pierre de la construction a été tirée du creusement des douves. Il possède un pont-levis et un réseau souterrain du XIIe siècle, toute une partie troglodytique.

De style renaissance, il comporte une grande galerie, un logis renaissance en équerre et une tour de l'horloge.

Le colombier cylindrique qui date du début du XVIe siècle, de 3 700 boulins (trous qui servent de nid aux pigeons), est coiffé d’un dôme à lanternon.

L'orangerie possède aussi un lanternon.

Évènement[modifier | modifier le code]

Chaque année en février, le Château de Brézé accueille un salon professionnel réputé de vin naturel : La Dive Bouteille[3].



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Château de Brézé », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. dictionnaire historique du Maine et Loire, revu et corrigé par J.Levron et d'Herbecourt, 1965, p 519
  3. http://diveb.blogspot.fr/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]