Beaubec-la-Rosière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beaubec-La Rosière
Blason de Beaubec-La Rosière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Forges-les-Eaux
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Forges-les-Eaux
Maire
Mandat
Roger Décarnelle
2014-2020
Code postal 76440
Code commune 76060
Démographie
Population
municipale
479 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 47″ N 1° 31′ 52″ E / 49.6463888889, 1.53111111111 ()49° 38′ 47″ Nord 1° 31′ 52″ Est / 49.6463888889, 1.53111111111 ()  
Altitude Min. 108 m – Max. 201 m
Superficie 12,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Beaubec-La Rosière

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Beaubec-La Rosière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaubec-La Rosière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaubec-La Rosière

Beaubec-la-Rosière est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.
Les Beaubécais y résident.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fusion en 1825 des deux communes de Beaubec-la-Ville, dont le nom d'origine romano-scandinave signifie « beau ruisseau » (Belbech citée en 1143), et de La Rosière qui doit son nom aux nombreux roseaux de ce territoire humide : l'Epte et l'Andelle prennent leur source à proximité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation en 1127 par Hughes II de Gournay de l'abbaye de Bellus-Beccus, fille de Savigny, réunie à Cîteaux en 1148 et qui devint en un siècle mère de neuf couvents et d'un hospice. Elle abritait les reliques de saint Hélier, martyrisé à Jersey au VIe siècle. L'abbaye a été détruite par un incendie en 1383 et partiellement reconstruite aux XVe et XVIIIe siècles. L'abbaye a été pillée, vendue et démolie à la Révolution. En dehors de la chapelle Sainte-Ursule, il n'en reste plus que quelques traces de l'infirmerie, de la ferme, du parloir et des dépendances.

À quelques kilomètres de là, on peut encore voir un ensemble rural à Saint-Arnoult, dans le canton de Formerie, connu sous le nom de prieuré, qui fut une dépendance de l'abbaye de Beaubec.

L'abbé de Beaubec possédait des biens considérables dans cette région de l'Oise voisine de la Seine-Maritime. Jusqu'au XVIIIe siècle, l'abbé de Beaubec est seigneur pour partie de Saint-Arnoult.

Cette ancienne dépendance abbatiale se présente sous la forme d'une exploitation agricole dont les bâtiments sont disposés autour d'une grande cour carrée. Un incendie a fait disparaître en 1976 les deux tiers des bâtiments. Le plus ancien a été épargné. C'est un logis en pan de bois de la fin du XVe siècle siècle qui présente deux niveaux d'encorbellements sculptés de motifs parfaitement conservés.

C'est une propriété privée ouverte au public[1].


Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Vue de l'abbaye de Beaubec en 1696 (dessin de Louis Boudan).

Au XVIIIe siècle, l'abbaye acquiert le prieuré de Saint-Arnoult, situé sur la commune éponyme[2]. Treize religieux sont recensés à l'abbaye en 1768[3].

Vue de l'abbaye de Beaubec en 1750.


Fermeture à la Révolution[modifier | modifier le code]

L'abbaye est pillée pendant la Révolution. En 1791, elle est vendue comme bien national et détruite peu après[4].


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beaubec-La Rosière

Blason de la commune de Beaubec-La Rosière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 mars 2020 Roger Décarnelle SE  
mars 2008 mars 2014 Roger Décarnelle SE  
mars 2001 mars 2008 Roger Decarnelle SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 479 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580 615 572 614 602 619 630 637 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
624 585 635 651 663 631 640 620 563
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
571 576 536 540 572 556 539 560 491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
519 466 361 328 312 394 449 479 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Ursule, anciennement abbaye de Beaubec
  • Chapelle (la Rosière)
  • Église de la Sainte-Trinité (Beaubec-la-Ville)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site des propriétaires du prieuré
  2. « Prieuré de Saint-Arnoult », sur http://www.prieuredesaintarnoult.net/, Prieuré de Saint-Arnoult (consulté le 12 février 2014).
  3. « Abbaye Saint-Laurent de Beaubec. Beaubec-la-Rosière, Seine-Maritime », sur http://data.bnf.fr/, Bibliothèque nationale de France (consulté le 12 février 2014).
  4. « Les abbayes de Seine Maritime », sur http://gheb.pagesperso-orange.fr/, Groupe d'Histoire et d'études de Bihorel (consulté le 12 février 2014).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :