Serqueux (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serqueux.
Serqueux
La gare de Serqueux
La gare de Serqueux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Forges-les-Eaux
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Forges-les-Eaux
Maire
Mandat
Francis Deguine
2014-2020
Code postal 76440
Code commune 76672
Démographie
Gentilé Sarcophagien
Population
municipale
998 hab. (2011)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 57″ N 1° 32′ 20″ E / 49.6325, 1.53888888889 ()49° 37′ 57″ Nord 1° 32′ 20″ Est / 49.6325, 1.53888888889 ()  
Altitude Min. 137 m – Max. 189 m
Superficie 5,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Serqueux

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Serqueux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serqueux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serqueux
Liens
Site web http://www.serqueux76.fr

Serqueux est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Ses habitants sont les Sarcophagiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Serqueux est située dans le pays de Bray ; l'Andelle y prend sa source.
Serqueux est limitrophe de Forges-les-Eaux, la zone commerciale du Pont de Charleval faisant le lien entre les deux agglomérations. La commune est située à 7 km de Gaillefontaine et à 15 km de Neufchâtel-en-Bray et de Buchy.
Serqueux est un nœud ferroviaire à l'intersection des lignes Amiens—Rouen et Paris-Saint-Lazare—Dieppe. Suite à la fermeture en 1988 de la ligne ferroviaire Serqueux-Dieppe et au démantèlement de la voie ferrée, une piste cyclable appelée Avenue verte a été aménagée sur son tracé.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Gare, avant la Première Guerre mondiale

Les bombardements alliés visant la gare, en particulier celui du 6 septembre 1943, ont détruit en grande partie le bourg, dont l'église (mais pas la gare qui a conservée son architecture typique de la Compagnie du Nord). La commune est décorée de la Croix de Guerre de 1939-1945.

La nouvelle église Saint-Martin a été inaugurée en 1959. Elle a été construite par l'architecte Michel Percheron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 2001 Bernard Le Blond centre Retraité commercial
2001[1] En cours[2] Jackie Dufresnoy dvg Retraité de l'AP-HP

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 998 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 369 420 430 403 374 371 381 358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390 304 381 391 408 540 623 603 603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
638 692 723 736 809 842 947 806 846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
879 816 767 764 853 988 1 064 998 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin.
  • Monument aux morts - Y figurent les victimes civiles et militaires des guerres 1914-1918 et 1939-1945 [5].

Économie[modifier | modifier le code]

Serqueux a longtemps été une cité cheminote. Elle est le lieu d'embranchement vers les villes d'Amiens, de Rouen et du Havre.

Au XXIème siècle, la commune a deux principales activités, l'industrie et le commerce. Une importante usine NEXIRA (ex CNI) produit la majorité de la production mondiale de gomme arabique. La commune comporte quelques petits commerces mais surtout une zone commerciale, la zone d'activités du Pont de Charleval, qui rayonne sur tout le canton de Forges-les-Eaux et même au-delà. Celle-ci comporte principalement un supermarché (Super U) et une GSB (grande surface de bricolage) (Espace Émeraude).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. M.G. Dartois, « Pas de promesses, mais des objectifs : Le maire sortant, Jacky Dufresnoy repart pour un tour. Il présente sa liste « Agir pour Serqueux » », Le Réveil, édition Oise normande, no 3335,‎ 6 mars 2014, p. 40
  2. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008 (source : hebdomadaire Le Réveil du 3 avril 2008)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. Site : Héros de Serqueux http://hérosdeserqueux.free.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]