Eeyou Istchee Baie-James (municipalité)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Baie-James)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le territoire municipal. Pour le gouvernement régional, voir Eeyou Istchee Baie-James (gouvernement régional).
Eeyou Istchee Baie-James
Image illustrative de l'article Eeyou Istchee Baie-James (municipalité)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Nord-du-Québec
Statut municipal Gouvernement régional
Constitution 31 décembre 2013
Démographie
Population 2 038 hab. (2014)
Densité 0,01 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 00′ 00″ N 76° 00′ 00″ O / 52.000005, -76.00000552° 00′ 00″ Nord 76° 00′ 00″ Ouest / 52.000005, -76.000005  
Superficie 29 733 284 ha = 297 332,84 km2
Divers
Code géographique 99060
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Eeyou Istchee Baie-James

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Eeyou Istchee Baie-James
Carte du territoire

Eeyou Istchee Baie-James est le territoire municipal du gouvernement régional d'Eeyou Istchee Baie-James. Il est situé en Jamésie, dans la région administrative du Nord-du-Québec, au Québec[1]. Les principales installations du complexe hydroélectrique La Grande se trouvent sur son territoire.

Avec 297 329,66 km², il s'agit, au niveau territorial, de la municipalité la plus étendue au monde. Le recensement de 2011 y dénombre 1 303 habitants[2]. Ce vaste espace est géré conjointement entre les Cris de l'Eeyou Istchee et les habitants des villes et localités de la Jamésie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Thomas James (Royaume-Uni, 1593-1635) était capitaine de navire. Il a exploré la baie d'Hudson et la baie James en 1631 et en 1632 pour trouver un passage vers le Nord-Ouest. Avec un seul navire, le Henrietta Maria, il s'aventura dans la baie James et passa un hiver difficile sur l'Île de Charleton[3]. Il continua son voyage en 1632 dans l'océan Arctique avant de revenir en octobre au port de Bristol. Il raconta son aventure et décrivit en détail ses découvertes en 1633 dans The Strange and Dangerous Voyage of Captaine Thomas James (L'étrange et dangereux voyage du capitaine Thomas James)[4]. Le 14 juin 1976, la toponymie « Baie-James » est officiellement donnée à la municipalité. Avec l'établissement d'un gouvernement régional permettant la gestion partagée de ce territoire avec les Cris de l'Eeyou Istchee, le toponyme en vigueur depuis le 31 décembre 2013 est « Eeyou Istchee Baie-James ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant sa formation[modifier | modifier le code]

Municipalité de la Baie-James[modifier | modifier le code]

Cette première municipalité est créée le 14 juillet 1971, en même temps que la Société de développement de la Baie James et la Société d'énergie de la Baie James. Elle fut dirigée par les maires des quatre villes de la Jamésie (Chapais, Chibougamau, Lebel-sur-Quévillon et Matagami), par les présidents des localités de Radisson, Valcanton et Villebois ainsi que par un représentant du territoire non urbanisé. La Municipalité de Baie-James pouvait également demander au gouvernement du Québec d'exercer les pouvoirs de municipalité régionale de comté.

Avec la création en 1975 des huit villages cris de la région après la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, les « terres de catégorie I » (les villages cris) sont exclues de la municipalité. Les terres de catégorie II, où les Cris ont le droit exclusif de chasse, de pêche et de piégeage, par contre, font partie de la municipalité et sont administrées conjointement par l'Administration régionale crie et la municipalité de Baie-James dans le cadre du Conseil régional de zone de la Baie James.

À sa disparition, la Municipalité de Baie-James et les quatre villes enclavées ont une population d'environ 14 000 personnes, centrée dans les villes de Chapais (1 610), de Chibougamau (7 540), de Lebel-sur-Quévillon (2 160) et de Matagami (1 530).

Territoire d'Eeyou Istchee Baie-James[modifier | modifier le code]

En 2012, une entente entre le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris prévoit la création d'un nouveau gouvernement régional avec la participation des Cris et des Jamésiens, qui auront un nombre égal de votes[5]. Le nouveau gouvernement est finalement créé le 31 décembre 2013. Le territoire de ce nouveau gouvernement est celui de la précédente municipalité de la Baie-James. À présent, les Cris de l'Eeyou Istchee gère ce territoire conjointement avec les habitants des villes et localités de la Jamésie.

Administration[modifier | modifier le code]

Le territoire est administré par le gouvernement régional d'Eeyou Istchee Baie-James.

Localités[modifier | modifier le code]

Le territoire est très faiblement habité, les populations vivant majoritairement dans d'autres municipalités enclavées en son territoire. Il existe cependant quelques localités, dont environ 350 personnes à Radisson, près de la Centrale hydroélectrique Robert-Bourassa.

Localités désignées[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Drapeau du Nunavut Nunavut Baie-d'Hudson Rivière-Koksoak Rose des vents
Chisasibi,
Wemindji,
Eastmain,
Waskaganish,
Drapeau de l'Ontario Ontario
N Caniapiscau,
Rivière-Mouchalagane,
Chibougamau
O    Eeyou Istchee Baie-James    E
S
Saint-Lambert, Normétal, Clermont, Val-Saint-Gilles, Rivière-Ojima, Authier-Nord, Lac-Chicobi, Berry, Saint-Dominique-du-Rosaire, Lac-Despinassy, Senneterre, La Tuque Lac-Ashuapmushuan, Rivière-Mistassini, Passes-Dangereuses, Mont-Valin
Enclave : Lebel-sur-Quévillon, Mistissini, Chapais, Oujé-Bougoumou, Matagami, Waswanipi, Nemaska

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]