Passes-Dangereuses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Passe.
Passes-Dangereuses
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Saguenay-Lac-Saint-Jean
Comté ou équivalent Maria-Chapdelaine
Statut municipal Territoire non organisé
Démographie
Population 234 hab. (2014)
Densité 0,02 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 00″ N 71° 35′ 00″ O / 50.000005, -71.58333850° 00′ 00″ Nord 71° 35′ 00″ Ouest / 50.000005, -71.583338  
Superficie 1 555 672 ha = 15 556,72 km2
Divers
Code géographique 92902
Localisation
Localisation de Passes-Dangereuses dans la MRC de Maria-Chapdelaine
Localisation de Passes-Dangereuses dans la MRC de Maria-Chapdelaine

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Passes-Dangereuses

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Passes-Dangereuses

Passes-Dangereuses est un territoire non organisé faisant partie de la municipalité régionale de comté de Maria-Chapdelaine, située dans la région administrative de Saguenay–Lac-Saint-Jean, au Québec, au Canada. Le territoire comprend entre autres le village de Sainte-Élisabeth-de-Proulx. Le territoire fait partie des comtés de Lac-Saint-Jean (circonscription provinciale) et de Roberval (circonscription provinciale).

Géographie[modifier | modifier le code]

« Passes-Dangereuses » est un territoire non organisé (TNO) couvrant une partie de la MRC de Maria-Chapdelaine. Ce TNO couvre une superficie totale de 17 062,13 km² dont 15 556,72 km² de superficie terrestre. La totalité des 188 habitants du territoire vit dans le village de Sainte-Élisabeth-de-Proulx, situé au nord-est de la ville de Dolbeau-Mistassini, dans le canton de Proulx.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 2009, le nom du territoire non organisé changea de "Chute-des-Passes" pour "Passes-Dangereuses", à la suite de plusieurs décès survenues dans des accidents sur ses routes sinueuses près du réservoir Pipmuacan. Cette désignation toponymiques est liée au hameau de "Chute-des-Passes" et au "barrage de la Chute-des-Passes"; en fait, ces deux désignations sont situés à l'intérieur du territoire non organisé voisin de Mont-Valin, dans la MRC du Le Fjord-du-Saguenay[1].

Le toponyme « Passes Dangereuses » désigne une série de rapides et de chutes sur la rivière Péribonka qui s'étendent sur quinzaine de kilomètres, à partir de la décharge du lac Péribonka. Dans cette zone, la rivière se faufile entre des escarpements rocheux majestueux de plus de 100 m en hauteur. Ces ruptures de pente sont localisées à environ 160 km au nord de la ville de Saguenay. Cette rivière est partagées entre les MRC de Maria-Chapdelaine et du Le Fjord-du-Saguenay. Le père jésuite Pierre-Michel Laure a désigné cette zone sur sa carte de 1731 « Le méchant portage » pour identifier ce segment de rivière. L'année suivante, cet explorateur utilise l'appellation amérindienne «Katchiskataouakigs», dénomination reprise par Bellin sur une carte de 1744 pour identifier ce lieu. Une carte de Jonathan Carver (1776) indique « Falls and Rift » pour désigner ce lieu sauvage. La forme toponymique actuelle est apparue sur les plans d'arpentage (Dumais, 1889) seulement à la fin du XIXe siècle[2],[3].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Baie-James Rose des vents
Rivière-Mistassini N Mont-Valin
O    Passes-Dangereuses    E
S
Saint-Stanislas,
Dolbeau-Mistassini
Sainte-Jeanne-d'Arc, Saint-Augustin, Saint-Ludger-de-Milot, Sainte-Monique, L'Ascension-de-Notre-Seigneur Lamarche

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Toponyme: Passes-Dangereuses
  2. Ouvrage: Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie du Québec, paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  3. Répertoire des municipalités du Québec, en ligne, ministère des affaires municipalies et des Régions. Consulté le 6 août 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]