Auvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gâtinais (homonymie).
Auvilliers
Le portail du château.
Le portail du château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Neufchâtel-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Neufchâtelois
Maire
Mandat
Jean-Marie Destoop
2014-2020
Code postal 76270
Code commune 76042
Démographie
Population
municipale
121 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 36″ N 1° 34′ 37″ E / 49.76, 1.576949° 45′ 36″ Nord 1° 34′ 37″ Est / 49.76, 1.5769  
Altitude Min. 190 m – Max. 239 m
Superficie 4,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Auvilliers

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Auvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auvilliers

Auvilliers est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'Entre-Bray-et-Picardie située dans le canton de Neufchâtel-en-Bray.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque antique : présence romaine attestée par la découverte de briques et poteries romaines au XIXe siècle à Auvilliers et de tuiles à rebords sur la Côte dite du Mont-à-Caillot qui descend d'Auvilliers à Mortemer.

Moyen Âge central, XIe siècle, XIIIe siècle : présence d'une motte castrale attestée au XIXe siècle.

Epoque incertaine : présence d'une léproserie citée dans certains ouvrages historiques.

Auvilliers : anciennement nommé Auvillers (voir cartes Cassini réalisées entre 1750 et 1790).

Extrait de l'histoire de la famille DE MAILLY qui s'illustra lors des croisades et donna naissance en 1320 à la branche des MAILLY D'AUVILLIERS:

Gilles Ier, seigneur de Mailly, d'Auteville, de Nedon, d'Auvillers, d'Acheu, de Vavans, de Colincamp, de Ploich, d'Andinser et de Meiseroles, se distingua lors de la septième croisade (1245-1248) où il se rendit accompagné de neuf chevaliers faisant partie de ses vassaux. Il épousa Avicie de Heilly, fille de Vautier de Heilly.

En 1270, Gilles II, fils de Gilles Ier, avec quinze chevaliers faisant partie de ses vassaux, accompagna Saint Louis, à Tunis dans la huitième croisade. Gilles II épousa Jeanne d'Amiens, dont il eut pour enfants aîné Jean Ier.

Jean Ier dit Maillet (1266-1350): à partir de 1345, la branche aînée Mailly prit le nom de "Mailly dit Maillet". Il épousa Jeanne de Coucy et de Moreuil Soissons (1266-1350), fille d'Enguerrand III dont il eut pour enfants Gilles III, Jean II, seigneur d'Auvillers, et Colart.

Jean II de Mailly, né à en 1306 à Mailly-Maillet(80), escuyer et seigneur d'Auvillers, époux de Jeanne de Wavrin (1320-1345), père de Jehanne de Mailly (1310-1375). C'est Jean II qui fit la branche des "Mailly d'Auvillers", séparée de la branche ainée en 1320 et éteinte en 1629.

Généalogie de la famille d'Auvillers: voir page 649 dans "Histoire de la Maison Royale de France et des grands officiers de la Couronne" par Anselme de Sainte-Marie, Ange de Sainte-Rosalie (1733). Voir également Histoire de la maison de Mailly par l'abbé Ambroise Ledru (1849-1935) - Editeur: E. Lechevalier (Paris).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995   Jean-Marie Destoop    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 121 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
215 202 213 209 237 223 222 222 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
212 201 197 188 189 166 187 172 142
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
134 148 154 151 143 140 144 192 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
143 128 124 118 105 107 91 121 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château d'Auvilliers (propriété privée): le portail d'entrée date du XVIe siècle. Il est inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques depuis 1933. Le château a été restauré et remanié au début du XXe siècleavec notamment la suppression de deux tours d'angle hexagonales.
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste: église close de haies vives, située près du porche d’entrée du château. L’église mentionnée dès 1119 relevait du prieuré de Mortemer. Ses volumes actuels datent du XVIIIe siècle. À l’intérieur, vestiges de peinture, croix d’adoration, faux appareillage et liseré funéraire du XIIIe siècle, lutrin à décor d’aigle du XVIIIe siècle et stalles de la même époque. Important mobilier néo-gothique: maître-autel et retable. Après avoir été endommagée au cours de la Révolution, elle fait l'objet d'une restauration sous le Second Empire. Certains éléments du clocher datent du XIIe siècle. Époque attestée par la présence de fresques mises à jour lors de la restauration du bâtiment au début du XXIe siècle. À cette occasion, la nef a retrouvé sa couverture originelle en tuiles plates de pays, le clocher conservant une couverture en ardoise d'Anjou.
  • Presbytère en brique datant la fin XVIIIe siècle, pièce d'ancrage en fer forgé figurant 70 sur la cheminée nord. Il présente une haute toiture à la française couverte d'ardoises.
  • Four à pain en brique et silex, dans l'enclos du presbytère.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]