Alice Bailey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailey et A.A.B..
Alice Bailey

Alice Ann Bailey, (née Alice LaTrobe Bateman, 16 juin 1880 à Manchester - 15 décembre 1949), était un écrivain occultiste britannique.

Par son usage fréquent et précurseur de l'expression « New Age » dans ses ouvrages, elle est souvent présentée comme l'une des fondatrices du mouvement New Age[1],[2]. Alice Bailey a écrit plus d'une vingtaine d'ouvrages traitant d'occultisme et d'ésotérisme, ainsi que des articles qui furent publiés par le Lucis Trust, organisation spiritualiste mondiale qu'elle fonda en 1922 avec son époux: Foster Bailey, et quelques amis[3].

Biographique[modifier | modifier le code]

Élevée dans une famille de riches industriels, elle recevra l'éducation destinée aux gens de son milieu avant de se donner pour première mission l'évangélisation des pauvres, ce qui l'amènera plus tard en Inde[4] à rencontrer de grandes personnalités et d'authentiques maîtres spirituels. En 1915 elle entre en contact avec la Société théosophique dans laquelle elle s'engage activement. À partir de 1919, elle prétend être en contact télépathique avec le « Maître tibétain Djwhal Khul » (sous l'inspiration duquel elle rédigera la plupart de ses ouvrages[3]). Elle quitte ensuite la Société théosophique pour fonder sa propre maison d'édition: le Lucis Trust en 1922 , puis en 1923 L'Ecole d'Arcane (école d'entrainement spirituel d'avant-garde). Durant toutes ces années elle fréquentera de nombreux groupes avant-gardistes et engagés vers l'établissement d'un monde de paix. Par exemple, en 1931, elle fait la rencontre de Roberto Assagioli, créateur de la psychosynthèse qui sera le représentant de l'Ecole d'Arcane en Italie[3]. En 1937, elle fera connaître au monde une prière ou mantram ésotérique : « La Grande Invocation », utilisée aujourd'hui dans le monde entier et par de multiples groupes New Age[3],[5].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le philosophe Michel Lacroix considère qu'Alice Bailey n'a pas inventé mais plagié le New Age. En effet, dans l'Angleterre de l'après Édouard VII, naissait sous la direction du socialiste A.R. Orage une revue intitulée New Age. Le père Jean Vernette, quant à lui, déclare dans son livre Le New Age que « c'est une idée ancienne reformulée par Paul Le Cour, Papus, H.P. Blavatsky, A.A. Bailey (...) ».

L'enseignement d'Alice Bailey continue d'être diffusé et étudié au travers de l'École Arcane et de sa maison d'édition le Lucis Trust (en) ; même si certaines autorités dans différents pays les classent comme organes de propagande sectaire leur rôle est sans cesse grandissant dans le monde et pressenti dans les divers changements mondiaux[réf. nécessaire].

Sur son site internet et ses publications, le Lucis Trust affirme avoir un rôle consultatif auprès de l'ONU à travers l'organisation non gouvernementale Bonne Volonté Mondiale (World Goodwill)[6]. Le Lucis Trust se définit comme une organisation spiritualiste dont le but est d'apporter une solution aux problèmes de l'humanité par l'unification planétaire sous l'égide d'un gouvernement mondial, et la préparation de la venue du Christ, l'Instructeur d'une religion mondiale, appelé aussi Imam Mahdi ou Maitreya[7]. À ce propos Alice Bailey déclare dans certains de ses livres, et notamment dans Le Retour du Christ, que cette venue se fera par l'entremise de l'humanité, à travers une prise de conscience massive, plutôt que par l'incarnation d'une personnalité divine, comme ce fut le cas dans le passé pour chaque religion mondiale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Titres attribués au maître tibétain, Djwal Khul[modifier | modifier le code]

  • 01 - Initiation humaine et solaire (186 pages) (1922)
  • 02 - Lettres sur la méditation occulte (360 pages) (1922)
  • 03 - Traité sur le feu cosmique (1084 pages) (1925)
  • 04 - Traité sur la magie blanche (479 pages) (1934)
  • 05 - L'État de disciple dans le Nouvel Âge, vol. I (895 pages) (1944)
  • 06 - L'État de disciple dans le Nouvel Âge, vol. Il (726 pages) (1945)
  • 07 - Les Problèmes de l'humanité (194 pages) (1947)
  • 08 - Le Retour du Christ (154 pages) (1948)
  • 09 - La Destinée des nations (142 pages) (1949)
  • 10 - Le Mirage, problème mondial (190 pages) (1950)
  • 11 - La Télépathie et le Corps éthérique (199 pages) (1950)
  • 12 - Éducation dans le Nouvel Âge (130 pages) (1954)
  • 13 - Extériorisation de la hiérarchie (627 pages) (1957)

Traité sur les Sept Rayons (1936-1960)[modifier | modifier le code]

  • 14 - Vol. I - Psychologie ésotérique I (420 pages) (1936) [1]
  • 15 - Vol. II - Psychologie ésotérique II (692 pages) (1942)
  • 16 - Vol. III - Astrologie ésotérique (609 pages) (1951) [2]
  • 17 - Vol. IV - Guérison ésotérique (557 pages) (1953) [3]
  • 18 - Vol. V - Les Rayons et les Initiations (621 pages) (1960)

Ouvrages d'Alice Bailey[modifier | modifier le code]

  • La Conscience de l'atome (1922)
  • La Lumière de l’âme (1927) (Les Yoga-sutra de Patanjali, paraphrasés par le Tibétain et commentés par Alice Bailey)
  • L'Ame et son mécanisme (1930)
  • De l'intellect à l'intuition (1932)
  • De Bethléem au Calvaire (1937)
  • Les Travaux d'Hercule (1974) (textes descriptifs des travaux paraphrasés par le Tibétain et commentés par Alice Bailey)
  • Autobiographie inachevée (1951)
  • Réfléchissez-y (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • Une compilation sur la sexualité (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • Les Sept Rayons de vie (1995) (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • Le Septième Rayon (1995) (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • Le Royaume animal (2005) (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • Servir l'humanité (1972) (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • La Mort, la grande aventure" (1985) (compilation posthume d'extraits de ses œuvres)
  • Master Index of the Books of Alice A. Bailey (1974) (793 pages- aujourd'hui uniquement en anglais)

Études sur Alice Bailey ou le New Age[modifier | modifier le code]

  • Marc-Alain Descamps, Rencontres avec douze femmes remarquables, Alphée, 2006, p. 27-39.
  • Michel Lacroix, La spiritualité totalitaire : le New Age et les sectes, Paris, Plon, 1995
  • Michel Lacroix, L'idéologie du New Age, Paris, Plon, 1996
  • Jean Vernette, Le New Age, Presses Universitaires de France, 1992

À propos de la pagination des œuvres[modifier | modifier le code]

Traduites en beaucoup de langues à travers le monde, les œuvres de l'auteur comportent au milieu des pages des notes de références généralement notées en gras. Ces notes sont en fait une référence à la numérotation des pages du texte original anglais, figurant dans le libellé même du texte (par exemple : et donc que le travail qui l'avait 314 occupé en tant qu'âme ...) - figurant que ce passage situé à la page 252 du texte français du titre : Les Rayons et les Initiations, se chevauche en réalité sur la page 314 du texte écrit en version originale anglaise). Ce système a l'avantage de permettre le référencement universel en rapport à l'anglais du texte d'origine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pike, Sarah M. (2004). New Age and Neopagan Religions in America. Columbia University Press. p. 64. ISBN 0-231-12402-3.
  2. Jenkins, Philip (2000). Mystics and Messiahs: Cults and New Religions in American History. Oxford University Press. p. 87. ISBN 0-19-512744-7. « Writers of the 1920s and 1930s presented themselves as advocates of a New Age of occult enlightenment, and Alice Bailey did much to popularize the dual terms 'New Age' and 'Aquarian »
  3. a, b, c et d Jean-François Mayer, Les nouvelles voies spirituelles, L'âge d'homme, 1993, p.111 (lire en ligne)
  4. Pierre A. Riffard, L'ésotérisme, Robert Laffont, 1990, p.877
  5. (en)John P. Newport, The New Age Movement and the Biblical Worldview, Wm. B. Eerdmans Publishing, 1998, p.160 (lire en ligne)
  6. « Bonne Volonté Mondiale - But & Objectifs », sur lucistrust.org (consulté le 3 novembre 2014)
  7. (en) Peter Clarke, « Encyclopedia of New Religious Movements », sur Google Books (consulté le 4 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]