Mahdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Mahdi (virus).

El Mahdi (arabe : mahdīy, مَهْديّ, « personne guidée (par Dieu) ; celle qui montre le chemin ») ou le Mahdi Mountadhar (arabe : المهدي المنتظر, « le guide attendu ») ou le Khalifat Allah (« Roi élu par Dieu ») est le « sauveur » attendu des musulmans qui devrait apparaître à la fin des temps tel qu'annoncé par certains hadiths.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Il s'appellera Muhammad ibn Abdullah ; selon un des hadiths du Prophète : « Le Mahdi portera le même nom que moi, et son père aura le même nom que celui de mon père (Abdullah) ». Selon un hadith du Prophète Mahomet rapporté par Al-Tirmidhî : « S’il ne restait qu’un jour avant la fin de ce monde, Allah allongerait ce jour jusqu’à ce qu’une personne de ma famille, dont le nom sera le même que le mien, gouverne le monde. »

Généalogie :

- Le Prophète Muhammad, Patriarche

- Ali ibn Abi Talib et Fatima Zahraa

- Ali, le 1er Imam

- Hassan, le 2ème Imam

- Hussein, le 3ème Imam

- Ali Zayn al-'Âbidîn al-Sajjâd, le 4ième Imam (fils de Hussein)

- Mohamed Al-Bâqer, le 5ième Imam (fils de Zayn al-'Âbidîn)

- Jafar Al-Sâdiq, le 6ième Imam (fils de Mohamed Al-Bâqer)

- Moussa al-Kâdhim, le 7ième Imam (fils de Jafar Al-Sâdiq)

- Ali Al-Redhâ, le 8ième Imam (fils de Moussa al-Kâdhim)

- Mohamed Al-Jawâd, le 9ième Imam (fils de Ali Al-Redhâ)

- Ali Al-Naqî, le 10ième Imam (fils de Mohamed Al-Jawâd)

- Hassan al-'Askarî, le 11ième Imam (fils de Ali Al-Naqî)

- Muhammad Al-Mahdî, le 12ième Imam et dernier successeur du Prophète Muhammad.

Chiisme Duodécimain[modifier | modifier le code]

Le chiisme duodécimain tient son nom de sa foi en le retour du XIIème Imam et son règne à vocation eschatologique. Disparu, selon le dogme de l'occultation, en 939, Muhammad al-Mahdi est censé réapparaître à la fin des temps pour régner en justice et en paix, préparant en cela le second retour de Jésus, soit Issa, fils de Marie[1].

Pour les chiites duodécimains, qui sont majoritaires parmi les chiites, le douzième imam Muhammad al-Mahdi (868-939) s'est occulté d'une première façon en 874, alors âgé de cinq ans, à la mort de son père, se proclamant son héritier au moment même des funérailles. En 939, l'Imam aurait prédit sa disparition proche peu avant sa propre mort selon les uns, son occultation pour les autres, sans s'être, en tous les cas, depuis, manifesté ; c'est le commencement de la dite Grande Occultation. Disparu, mais vivant sur un plan occulte, caché (on parle spécifiquement alors de l'Imam Caché) pour guider la communauté à travers les âges, essentiellement à travers le clergé chiite dont la spiritualité est censée procéder, à cet égard, d'une liberté plénière en termes à la fois mystiques, théologiques, philosophiques, moraux et sociétaux, ceci relativement à toute espèce de pouvoir séculier ; seule une vie menée conformément à l'espérance en le retour du XIIème Imam en tant que Mahdi, vie en tant que telle menée indépendamment de toute force politique séculière, est à même non seulement de contribuer pratiquement au dit Retour, tout en le préparant par un protocole spirituel et moral en somme accordé au règne du Mahdi avant son retour même. Aussi l'ère de la Grande Occultation, commencée en 939, prendra-t-elle fin lorsque l'Imam Caché réapparaîtra sur terre pour y instaurer une ère de justice et de paix.

L'Imam Caché étant considéré comme le seul souverain légitime de la communauté, les chiites ont longtemps adopté des attitudes politiques passives ou bien d'opposition ouverte envers le pouvoir temporel.

L'Imam Caché peut s'exprimer à travers des représentants (arabe : وَكيل wakīl, « gérant; mandataire ») qui sont les imams parlants (arabe : ناطِق, nāṭiq, « parlant ; qui s'exprime en termes clairs »).

Ismaëlisme[modifier | modifier le code]

Pour les ismaéliens, le septième imam est Ismaël, le fils aîné du sixième imam Ja`far as-Sâdiq (702-765), et ce, bien qu'il soit disparu avant la mort de son père, en 760. On le dit entré en occultation depuis cette date.

Sunnisme[modifier | modifier le code]

Le personnage « al-Mahdi » a toujours occupé une place prépondérante dans la pensée apocalyptique musulmane[2]. La nature du Mahdi est mentionnée dans les hadiths. Selon la tradition sunnite, on peut faire ressortir quelques constantes. Le Mahdi apparaîtra durant les derniers jours de l'existence du monde et serait un signe majeur de la fin des temps. Sa venue précèderait la seconde venue de Jésus sur terre qui est le Messie (arabe : مَسيح, masīḥ[3], « oint ; consacré ; messie »).

« (Rappelle-toi,) quand les Anges dirent : "Ô Marie, voilà que Dieu t’annonce une parole de Sa part : son nom sera "al-Masih" "'Issa", fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés de Dieu" »

— Le Coran, « La famille d'Imran (Al-Imran) », III, 45, (ar) آل عمران.

Selon les hadiths, le Mahdi doit faire partie de la famille du prophète de l'islam, Mahomet. On dit qu'Ali ibn Abî Tâlib quatrième calife et gendre de Mahomet, aurait rapporté de ce dernier :

« Même s'il reste de longs jours d'ici le jour du Jugement, Dieu enverra certainement une personne de ma famille qui emplira ce monde de justice et d'équité[4]. »

Ce serait donc deux personnes distinctes mais elles travailleraient ensemble pour combattre le mal et instaurer la justice sur la terre. C'est le Mahdi qui devrait apparaître en premier ; après un règne de plusieurs années au cours duquel il aura réunifié la nation islamique divisée, Jésus apparaîtrait "descendant du ciel soutenu par deux anges". Jésus vaincrait « le faux messie » (l'antéchrist) appelé Dajjal (arabe : المَسيح الدّجّال al-masīḥ ad-dajjāl), l'antéchrist que certains[réf. souhaitée] assimilent à la bête (arabe: دابّة dābba, « bête ») apocalyptique du Coran, appelée « l'espionne » par la tradition (arabe : جسّاسة jassāsa) (Le Coran, « Les fourmis (An-Naml) », XXVII, 82, (ar) النمل). C'est Jésus qui serait censé venir à bout de ce faux messie. Ensuite, Jésus et le Mahdi resteraient sur terre pendant quelque temps. Par ailleurs, une tombe serait prête à côté de celle de Mahomet dans la Masjid al-Nabawi à Médine.[réf. souhaitée]

D'après d'autres hadiths les caractéristiques du Mahdi seraient :

  • Il ressemblera moralement et non en nature au Prophète Mahomet.
  • Il aura belle allure avec un nez aquilin et un front clair[5].
  • Il sera de la famille de Mahomet[6].
  • Il aura un caractère semblable à celui de Mahomet.
  • Il aura quarante ans au moment de son émergence ou aura atteint la maturité du discernement, comme Mahomet, selon certaines sources.[réf. souhaitée]
  • Il recevra le Savoir grâce à Dieu au cours d'une nuit.

Les prétendus Mahdi historiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages sur le Mahdi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ibn' Arabî, Le Mahdi et ses Conseillers, une sagesse pour la fin des temps, éd. Mille et une lumières, traduit et annoté par Tayeb Chouiref, Paris, 2006
  • Ibn' Arabî, Les Illuminations de La Mecque, éd. Sindbad, Paris, 1988
  • Mokri Mohammad, L'eschatologie islamique et l'apparition du Mahdî, éd. Désiris, 1994
  • Sejestani Abu-Ya'qub, Le Dévoilement des choses cachées, trad. Henry Corbin, éd. Verdier 1988
  • Mohammad Baqer al-Sadr, Le Mahdi ou la Fin du Temps, éd. La Cité du Savoir, Montréal, 1999
  • Mohammed Benchili, La venue du Mahdi, éd. Tawhid, Lyon, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sahih Muslim, bab nuzul 'isa, Vol. 2; Sahih Bukhari, kitab bad' al-khalq wa nuzul 'isa, Vol. 4
  2. L'islam traditionnel face au monde moderne, Gisèle Kondracki, L'âge d'Homme, 1993, ISBN 2-8251-0376-4, 9782825103760
  3. L'arabe : مَسيح, masīḥ, le grec χριστός, christos, l'hébreu מָשִׁיחַ, mašia'h et l'araméen משיחא, meši'ha signifient tous « oint ; consacré »
  4. (en) Sunan Abu-Dawud, « Book 36: The Promised Deliverer (Kitab Al-Mahdi) n°4270 », rapporté par Ali ibn Abi Talib
  5. (en) Sunan Abu-Dawud, « Book 36: The Promised Deliverer (Kitab Al-Mahdi) n°4272 », rapporté par Abu Sa'id al-Khudri
  6. (en) Sunan Abu-Dawud, « Book 36: The Promised Deliverer (Kitab Al-Mahdi) n°4271 », rapporté par Umm Salama
  7. « Biographie de Seydina Limamoul », sur layene.sn

Voir également[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]