Aldéhyde cinnamique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aldéhyde cinnamique
Aldéhyde cinnamique
Identification
Nom IUPAC (E)-3-phénylprop-2-ènal
Synonymes

Aldéhyde cinnamique
Cinnamaldéhyde

No CAS 104-55-2
No EINECS 203-213-9
No RTECS GD6475000
FEMA 2286
SMILES
Apparence liquide visqueux jaunâtre
Propriétés chimiques
Formule brute C9H8O  [Isomères]
Masse molaire[2] 132,1592 ± 0,0081 g/mol
C 81,79 %, H 6,1 %, O 12,11 %,
pKa 0,3
Moment dipolaire 3,62 D [1]
Diamètre moléculaire 0,629 nm [1]
Propriétés physiques
fusion -7,5 °C sous 1 bar
ébullition 251 °C sous 1 bar
Solubilité légèrement soluble dans l'eau: 1,1 g·l−1 (20 °C)
soluble dans l'éthanol, l'éther et le chloroforme
Paramètre de solubilité δ 24,1 J1/2·cm-3/2 (25 °C)[1]
Masse volumique 1,05 (20 °C)
Point d’éclair -3,15 °C
Pression de vapeur saturante 141 hPa (20 °C)
Précautions
Directive 67/548/EEC
Corrosif
C



NFPA 704

Symbole NFPA 704

 
SIMDUT[3]

Produit non classifié
Composés apparentés
Anions apparentés CH3COOH
CCl3COOH
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'aldéhyde cinnamique ou (cinnamaldéhyde) ou (3-phénylpropénal) (plus précisément trans-cinnamaldéhyde) a pour formule : C9H8O. C’est un exemple d’aldéhyde parfumé.

Il est le composant principal (90 %) de l'essence de cannelle et se trouve à l'état naturel dans le tronc du cannelier de Ceylan, du camphrier et du cannelier de Chine (Casse).

Il est obtenu par synthèse à partir du benzaldéhyde C6H5CHO et d'acétaldéhyde CH3CHO ou par réduction de l'acide cinnamique.

Propriétés physiques et chimiques[modifier | modifier le code]

C'est un liquide jaune, plus visqueux que l'eau, à forte odeur de cannelle. Lorsqu'il est concentré, il irrite la peau et peut s'avérer toxique s'il est présent en grandes quantités, mais il ne semble pas cancérogène. La plus grande partie du cinnamaldéhyde est excrété par les urines comme acide cinnamique, une forme oxydée du cinnamaldéhyde. De plus, il ne peut pas être extrait directement.

Comme il se présente à la fois comme hydrocarbure aromatique et aldéhyde, le cinnamaldéhyde possède un cycle benzènique monosubstitué. Il a une structure plane en raison d'une double liaison conjuguée (alcène). Comme le groupe carbonyle qui se situe à l'extrémité est de l'autre côté du cycle aromatique au-dessus de la double liaison rigide, le cinnamaldéhyde est en fait en position trans.

En 1884, Jean-Baptiste Dumas et Eugène Péligot, publiaient un document sur la synthèse du cinnamaldéhyde. On connait de nos jours plusieurs méthodes de synthèse, mais la moins onéreuse pour produire ce produit est la distillation sous vapeur de l'essence d'écorce de cannelle. Le produit est obtenu à partir de l'alcool de cinnamaldéhyde, les premières synthèses étant faites à partir de la condensation aldolique de benzaldéhyde et d'acétaldéhyde.

Par l'action du permanganate de potassium ou de l'ozone, le cinnamaldéhyde s'oxyde en acide benzoïque.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le cinnamaldéhyde est utilisé dans les domaines suivants:

  • Alimentation: arômes pour chewing-gum, crèmes glacées, bonbons et boissons diverses.
  • Parfumerie: principe odorant des parfums à senteur fruitée ou orientale: amandes, abricot, caramel au beurre.
  • Agriculture: Appliqué à la racine des plantes, le cinnamaldéhyde s'est montré un fongicide efficace et d'un emploi sans danger dans les récoltes agricoles. Il est aussi utilisé comme insecticide et son odeur éloigne les animaux comme chats et chiens.
  • Industrie: le cinnamaldéhyde empêche la corrosion de l'acier et d'autres alliages à base de fer soumis à l'action des fluides corrosifs.

Dérivés[modifier | modifier le code]

  • Bien que n'entrant pas dans la composition de la substance naturelle, l'α-amyl-cinnamaldéhyde à une bonne odeur de jasmin[4] ;
  • L'hydrocinnamaldéhyde à une lourde odeur de jacinthe[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Yitzhak Marcus, The Properties of Solvents, vol. 4, England, John Wiley & Sons Ltd,‎ 1999, 239 p. (ISBN 0-471-98369-1)
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. « Cinnamaldéhyde » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 24 avril 2009
  4. a et b John Emsley, Guide des produits chimiques à l'usage du particulier, Paris, Odile Jacob,‎ juin 1996, 336 p. (ISBN 2-7381-0384-7), p. 17