Alcantara (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcantara.
Alcantara
Les gorges de l'Alcantara.
Les gorges de l'Alcantara.
Le fleuve Alcantara en Sicile.
Le fleuve Alcantara en Sicile.
Caractéristiques
Longueur 52 km
Bassin 573 km2
Bassin collecteur Alcantara
Débit moyen 9 m3/s (l'exutoire)
Régime pluvial méridional
Cours
Source dans les monts Nébrodes
· Localisation près de Floresta
· Altitude 1 250 m
· Coordonnées 37° 56′ 39″ N 14° 55′ 32″ E / 37.94417, 14.92556 (Source - Alcantara)  
Embouchure la mer Ionienne
· Localisation Giardini-Naxos
· Altitude 0 m
· Coordonnées 37° 48′ 25″ N 15° 15′ 27″ E / 37.80694, 15.2575 (Embouchure - Alcantara)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Italie Italie
Régions traversées Flag of Sicily.svg Sicile

L'Alcantara est un fleuve côtier du nord de la Sicile orientale, né sur les contreforts septentrionaux de l'Etna, connu pour ses impressionnantes gorges creusées dans la lave.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les gorges de l'Alcantara

Le fleuve prend sa source à 1 250 m d'altitude dans la municipalité de Floresta, et s'écoule entre le massif d'origine volcanique de l'Etna au sud et les contreforts méridionaux des monts Nébrodi et Péloritani au nord. Après un cours de 52 kilomètres[1], orienté d'ouest en est, l'Alcantara se jette dans la Mer Ionienne.

Le lit de l'Alcantara a subi, durant la préhistoire et la protohistoire, le passage de nombreuses coulées de lave qui ont obstrué et/ou modifié son parcours. Comme la lave s'est refroidie très rapidement au contact de l'eau du fleuve, elle a cristallisé sous forme de colonnes prismatiques pentagonales et hexagonales. En quelques millénaires, la rivière a érodé naturellement ces roches magmatiques creusant des gorges impressionnantes[2], Gole dell'Alcantara, étroites (4 à 5 m de large dans certaines parties de son cours) mais aux parois hautes de plusieurs dizaines de mètres formées d'orgues basaltiques d'aspect varié: arqués comme une harpe ou un éventail, disposés horizontalement comme une pile de bois, empilés de manière chaotique[3]. À Motta Camastra, sur le versant messinais, on peut trouver la seule grotte d'écoulement volcanique du parcours, appelée Grotta dei Cento cavalli, aux dimensions impressionnantes[1]. De Gaggi à Calatabiano, le fleuve agrandit son lit avant de voir celui-ci se rétrécir à proximité de l'embouchure sise à Giardini-Naxos. C'est dans cette commune que l'Alcantara passe sous un pont d'origine arabe, Al qantar (le pont en arabe), qui lui a donné son nom[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le bassin hydrographique de l'Alcantara occupe une superficie réduite de 573 km², s'étendant sur les provinces de Messine et de Catane[1]. Le fleuve bénéficie toutefois de nombreux affluents de rive droite, descendant directement, selon une direction nord-sud, des monts Peloritani, comme le Flascio, le San Paolo (les deux plus puissants), le Petrolo ou la Roccella ; en rive gauche, le réseau tributaire est nettement plus réduit et se limite à quelques cours d'eau de faible importance parmi lesquels le San Zito. L'Alcantara présente un régime hydrographique méridional marqué par des étiages estivaux accentués; à l'exemple de ses homologues de la plaine de Catane comme le Simeto ou la Gornalunga, il n'est jamais à sec[4].

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Un faucon crécerelle
La vallée de l'Alcantara

À la fin du XVe siècle, le poète et historien Pietro Bembo décrivait une vallée de l'Alcantara recouverte de forêts composées d'essences diverses : platanes, chênes rouvres, ormes. Depuis cette période, les espaces boisés ont largement reculé - tout au plus trouve-t-on des traces de platanes d'Orient (Platanus orientalis) - au profit de la garrigue dans laquelle dominent, au sein des espèces communes à ce type de végétation, les genêts (dont le genêt de l'Etna, Genista aetnensis[5]) ou les pivoines (telle la pivoine coralline ou Paeonia mascula à la belle inflorescence rouge)[6]. Sur les rives du fleuve, on assiste, au printemps, à une véritable explosion de couleurs avec la floraison des violettes, des coquelicots, des anémones, des myrtes, des églantiers, des figuiers de barbarie, des térébinthes, des lauriers et de grandes variétés d'orchidées, aussi rares que l'ophrys tenthredinifera[7], l'orchis papilionacea rubra[8] et l'orchis fusca[9]. La basse vallée est marquée par des paysages agricoles où dominent les plantations de citronniers et d'orangers, les vignes qui produisent un vin rouge solidement charpenté[6].

La faune présente également un grand intérêt. De nombreux oiseaux peuplent la vallée. Dans la zone montagnarde, de nombreux rapaces sont observables comme les faucons pèlerins, crécerelles et hobereaux, plus en aval, on trouve des pigeons sauvages, des tourterelles ou des martins-pêcheurs, près de l'embouchure de nombreuses espèces migratrices qui viennent nidifier. D'autres espèces, comme la bartavelle, le grand corbeau, peuvent y avoir installé leur habitat. Parmi les mammifères qui occupent la vallée, on peut citer le hérisson, la marte, le loir, le renard et le chat sauvage; les rives de l'Alcantara abritent une grenouille typiquement méditerranéenne, le discoglosses peint[10] et le colubro leopardino[11], un très beau reptile rare et inoffensif[12].

La flore et la faune sont, depuis 2001[13], protégées dans le cadre d'un parc naturel régional (Parco fluviale dell'Alcantara) situé sur le versant nord de l'Etna.

Provinces et communes traversées[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (it) La géologie de l'Alcantara sur parcoalcantara.it (geologia).
  2. (it) Les Gorges de l'Alcantara sur Welcome to Italy.com.
  3. Photos des Gorges de l'Alcantara sur un site personnel.
  4. a et b (it) La géographie du fleuve sur parcoalcantara.it (il fiume).
  5. Fiche du genêt de l'Etna sur nature.jardin.free.fr.
  6. a et b (it) La flore sur parcoalcantara.it (la flora).
  7. (en) Fiche de l'ophrys tenthredinifera sur le site de l'université de Reading.
  8. Photographies de l'orchis papilionacea rubra sur pharmanatur.com.
  9. Fiche de l'orchis fusca sur florealpes.com.
  10. Fiche sur le discoglosses peint, sarde et corse sur batrachos.free.fr.
  11. (it) Fiche sur le colubro leopardino sur ittiofauna.org.
  12. (it) La faune sur parcoalcantara.it (la fauna).
  13. (it) Site du Parco Fluviale dell’Alcantara.