Tim Minchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tim Minchin
Image dans Infobox.
Tim Minchin
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université d'Australie-Occidentale
Christ Church Grammar School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Dan Minchin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Lucy Fisher (d) (cousine germaine)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Cheveux
Instruments
Genre artistique
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Edinburgh Fringe Festival Perrier Comedy Award (d) ()
Melbourne International Comedy Festival Award (d) ()
U.S. Comedy Arts Festival Award (d) ()
Helpmann Award for Best Comedy Performer (en) ()
Green Room Awards (en) ()
Chortle Awards (en) ()
Prix Laurence-Olivier ()
WhatsOnStage Award (en) ()
Helpmann Award for Best Original Score (en) ()
Logie Award for Most Outstanding Supporting Actor (en) ()
Membre de l'ordre d'Australie ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enregistrement vocal
Œuvres principales
Matilda the Musical, Darkside (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Timothy David Minchin[1] (né le à Northampton, Royaume-Uni[2]) est un musicien, compositeur, auteur, humoriste, comédien, acteur et producteur exécutif australien.

Tim Minchin est principalement connu en tant que chanteur, mêlant musique et humour. Ses chansons sont généralement drôles, voire satiriques. Étant athée et sceptique, certains de ses thèmes récurrents sont la religion et la superstition. Il fait des apparitions à la télévision australienne, britannique et américaine. Il fréquente l'Université d'Australie-Occidentale et la Western Australian Academy of Performing Arts (en). En 2002, il déménage à Melbourne. Son premier spectacle, Dark Side, reçoit un certain succès critique au Melbourne International Comedy Festival et au Edinburgh Festival Fringe de 2005[3]. Il est le sujet du film documentaire Rock N Roll Nerd réalisé par Rhian Skirving et sorti en 2008[4]. En 2012, il compose la musique et écrit les paroles des comédies musicales Matilda, et Groundhog Day. Par la suite, il interprète le rôle de Judas dans la comédie musicale Jesus Christ Superstar d'Andrew Lloyd Webber. Il tient également un des rôles principaux dans la saison 6 de Californication.

En 2013, l'Université de l'Australie occidentale décerne à Tim Minchin un doctorat honorifique en lettres pour sa contribution aux arts, reconnaissant ses réalisations et sa renommée mondiale en tant que compositeur, parolier, acteur, écrivain et comédien[5],[6].

En 2015, il reçoit un deuxième doctorat honorifique en lettres de la Mountview Academy of Theatre Arts[7].

Il est nommé membre de l'Ordre de l'Australie durant les Australia Day honours 2020[8].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Tim Minchin nait à Northampton, au Royaume-Uni, de parents australiens[2]. Il grandit à Perth, en Australie-Occidentale où son père, David Ellison Minchin, et son grand-père, Max Ellison Minchin, étaient des chirurgiens. Etant né en Angleterre, il est un citoyen britannique.

Petit, il est scolarisé à la Christ Church Grammar School et commence à apprendre le piano à 8 ans et ceci pendant 3 ans jusqu'à ce qu'il abandonne. Il recommence à s'intéresser au piano quand il décide d'écrire des paroles avec son frère Dan Minchin.

Parcours[modifier | modifier le code]

Début de carrière (1998-2007)[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son diplôme de l'université WAAPA en 1998, Tim Minchin commence à composer de la musique pour des documentaires et du théâtre. En 2000, il écrit et joue dans la comédie musicale Pop au Blue Room Theatre de Perth[9]. Il sort un CD intitulé Sit avec son groupe Timmy the Dog en 2001 mais connait un succès limité[10]. En 2002, il déménage de Perth à Melbourne pour trouver du travail.

Les débuts sont difficiles, sans agent ni travail d'acteur pendant un an. Alors que plusieurs maisons de disques lui font des retours positifs, il ne sait pas comment sa musique - un mélange de chansons satiriques et de chansons pop plus sérieuses - pourrait être commercialisée. Il décide de compiler toutes ses chansons humoristiques en une seule émission en direct pour se «débarrasser de la comédie» avant de revenir à une musique plus sérieuse. Il dit qu'il est entré dans le domaine de l'humour «naïvement», n'ayant même jamais assisté à un spectacle d'humour en direct avant d'en exécuter un lui-même. Son spectacle Darkside (coproduit par Laughing Stock Productions) rencontre un succès critique au Melbourne International Comedy Festival 2005, où il remporte le premier prix des directeurs de festival et attire l'attention de Karen Koren, la gérante de la célèbre salle de spectacle Gilded Balloon[11]. Koren lui permet de présenter le spectacle au Festival Fringe d'Édimbourg, où il reçoit le prix de comédie de Perrier pour le meilleur nouveau venu[12],[13]. Son spectacle 2006 So Rock est nominé pour le premier prix du Melbourne International Comedy Festival, le Barry Award, et en 2007 il reçoit le prix du meilleur comédien alternatif au HBO US Comedy Arts Festival.

Ses concerts de 2005 et 2006, Darkside et So Rock, sont enregistrés. En 2007, il sort un DVD australien intitulé So Live, présentant un enregistrement en direct dans le Sydney Opera House Studio contenant des chansons et performances de ses deux spectacles précédents[14]. Il sort un DVD en 2008 intitulé So F ** king Rock Live in UK, disponible au Royaume-Uni et en Europe contenant en grande partie le même contenu que So Live.

Ready for this ? (2008-2010)[modifier | modifier le code]

En , Tim Minchin débute son troisième spectacle, Ready for This?, au Edinburgh Fringe, puis fait une tournée à travers le Royaume-Uni. Pendant le festival d'Edimbourg, il contribue aux podcasts du journal The Guardian[15], même si son nouveau spectacle contient une chanson sur un critique du Guardian, Phil Daoust, qui a écrit un commentaire négatif de son spectacle[16],[17].

Un enregistrement en direct du spectacle au Queen Elizabeth Hall de Londres est mis en ligne en téléchargement via iTunes le .

Le poème récité sur une musique jazz, Storm, doit être diffusé en un court métrage d'animation. Un blog est lancé pour accompagner le processus de réalisation du film et une courte bande-annonce est publiée le [18],[19]. Le film complet est publié sur YouTube le [20].

Le peintre Sam Leach remporte le prix Archibald Prize en 2010, le concours de portrait le plus important d'Australie, en peignant un portait de Tim Minchin[21].

Tim Minchin and the Heritage Orchestra (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Tim Minchin se lance dans une nouvelle tournée des grandes salles à partir de Birmingham le mercredi . A l'inverse de la structure de ses précédents spectacles, les chansons et la mise en scène sont adaptées pour être interprétées avec le Heritage Orchestra. Il contient un mélange d'anciennes et de nouvelles chansons sur le thème de la spiritualité et de la rationalité, thèmes qui apparaissent souvent dans ses travaux précédents.

Il considère que faire appel à un orchestre pour ce spectacle a permis de créer un spectacle humoristique qui ne perde pas son intérêt en étant joué dans des stades et des grandes salles, comme indiqué dans les commentaires du DVD et du Blu-ray. Une tournée est organisée au Royaume-Uni et en Australie et filmée au Royal Albert Hall de Londres pour un Blu-ray et un DVD qui ont été publiés en [22].

Tournée Back et album Apart Together (2019-présent)[modifier | modifier le code]

Le , Tim Minchin annonce qu'il revient aux spectacles musicaux et humoristiques après une pause de 7 ans avec une nouvelle tournée appelée Back - Old Songs, New Songs, Fuck You Songs. La tournée commence à Adélaïde, en Australie et en Nouvelle-Zélande en mars et avril 2019 puis au Royaume-Uni en octobre et [23]. La tournée comprend de nouvelles chansons humoristiques telles que Fuck This, Leaving LA et If This Plane Goes Down, ainsi que des chansons de ses comédies musicales récentes telles que When I Grow Up de Matilda the Musical et Seeing You de Groundhog Day. Il est accompagné par un groupe de quatre musiciens notamment sur les chansons Cheese, Prejudice, la nouvelle chanson I'll Take Lonely Tonight, une version réarrangée de If I didn't have you et la nouvelle chanson 15 Minutes (of Shame).

Les spectacles de 2020 de Sydney, Newcastle, Melbourne et Brisbane sont reportés en raison de la pandémie COVID-19 en Australie[24]. Il déclare que c'est la première fois de sa carrière qu'il annule un concert[25].

En , il signe un contrat avec BMG et annonce qu'il sortira son premier album studio, Apart Together, en [26]. Deux clips issus de l'album sont sortis : Leaving LA et I'll Take Lonely Tonight. En août, il sort la troisième chanson avant la sortie de l'album éponyme Apart Together[27].

Spectacles musicaux et humoristiques[modifier | modifier le code]

Tim Minchin jouant du piano sur scène

Tim Minchin décrit ses spectacles comme un «spectacle de cabaret humoristique» et se considère principalement comme un musicien et un auteur-compositeur plutôt que comme un comédien. Il décrit ses titres comme des chansons à part entière, «qui se trouvent être drôles»[28]. Il explique son approche qui combine les disciplines de la musique et de l'humour dans une interview : «Je suis un bon musicien pour un comédien et je suis un bon comédien pour un musicien mais si je devais être seulement l'un des deux, je ne sais pas»[29].

Il s'inspire de son expérience du théâtre pour son apparence et son personnage sur scène[12].

Dans ses performances, il est généralement pieds nus, ce qui lui permet de se sentir plus à l'aise, avec des cheveux hirsutes et un maquillage noir pour les yeux, qui est complété avec un costume impeccable, et un piano à queue. Il considère que le maquillage des yeux est important car pendant qu'il joue du piano, il ne peut pas utiliser ses bras et son visage est donc indispensable pour transmettre les expressions; l'eyeliner rend ses traits plus visibles pour le public[30]. Il explique qu'une grande partie de son apparence et de sa personnalité consiste à «franchir cette ligne entre se moquer de soi et vouloir être une figure iconique. Se moquer du ridicule et du rêve complètement irréaliste d'être une figure emblématique»[14].

Ses spectacles consistent en grande partie en chansons comiques et en poésie, avec des sujets tels que la satire sociale, les poupées gonflables, les fétichismes sexuels et ses propres ambitions de rock star ratées. Entre les chansons, il exécute de courtes routines de stand-up[28]. Plusieurs de ses chansons traitent de religion, un sujet qui l'intéresse particulièrement, étant athée et notamment fan de Richard Dawkins[31]. Il soutient que, étant l'une des forces les plus puissantes et les plus influentes au monde, la religion ne devrait jamais être interdite aux satiristes. Il dit que sa chanson préférée à interpréter est Peace anthem for Palestine, qui reflète ses sentiments au sujet des conflits religieux[32]. Ses spectacles traitent plus largement des tabous[33] comme la chanson Prejudice, qui parodie le pouvoir accordé à quelque chose d'aussi simple qu'un mot. En , il est distingué comme sympathisant de la British Humanist Association.

Engagements et prises de position publiques[modifier | modifier le code]

Athéisme et scepticisme[modifier | modifier le code]

Au cours d'une interview de 2009 pour le podcast The Skeptic Zone d'Australian Skeptics, Tim Minchin explique que son style permet de soulever des questions qui peuvent être jugées comme dérangeantes ou offensantes pour certaines personnes telles que «l'hypocrisie morale de l'idée que la Bible soit parfaite, la seule référence morale (...) et, évidemment, des préjugés dans l'église, de son rôle dans l'ostracisme des homosexuels... les personnes sont moins sur la défensive lorsqu'elles rient et qu'elles écoutent de la musique. Tout ce que je fais, c'est de rendre transmissibles des idées qui sont difficiles à transmettre autrement.»[34]

En tant que fils et petit-fils de chirurgiens médicaux, il s'est exprimé sur le sujet des médecines alternatives en affirmant que les tests d'efficacité impartiaux sont la clé :

«Vous êtes dans une position si forte lorsque vous comprenez le processus scientifique parce que tout ce que vous dites est: «Savez-vous que la grande découverte de l'humanité consistait à trouver comment prendre des décisions en écartant les biais humains ? Les preuves anecdotiques émanent de toute votre subjectivité - si nous nous y fions, nous perdons ce grand apport. Comprenez-vous à quel point c'est puissant ?» Il faut l'expliquer aux personnes qui ne le comprennent pas. C'est une chose extrêmement puissante et très basique.»[34]

Tim Minchin explique par ailleurs ses perspectives sceptiques:

«J'ai toujours été athée. J'ai toujours véritablement été un empiriste. Je n'ai jamais cru aux fantômes ou aux médiums ou à quelque chose comme ça parce que c'est assez simple - vous n'avez pas besoin de connaître grand-chose pour dire «Vraiment?» ou, pour simplement appliquer le rasoir d'Occam, dire: «Est-il plus probable que les âmes fassent des tours de cirque, ou plus probable qu'elles parlent à des morts? Et si oui, par quel processus? Que voulez-vous dire par parler aux gens qui sont morts ? Leurs boîtes vocales ne sont-elles pas pleines ? Alors, sans boîte vocale, comment parlent-ils et par quels moyens ?» Il n'en faut pas beaucoup pour être sceptique à ce sujet. Mais comprendre vraiment, comme j'apprends encore, pourquoi la science est puissante, est une nouvelle étape pour devenir ennuyant dans les dîners mondains»[34].

Au sujet de la vie dans l'Univers, il résume: «Les chances que cela se produise pourraient être une sur l'infini. En d'autres termes: la chance qu'il y ait une vie extraterrestre intelligente est, pour moi, infiniment plus élevée que la chance qu'il y ait un dieu créateur»[34].

Dans une interview avec John Rael, membre du Independent Investigations Group, il explique que ce qui le bouleverse le plus à propos des croyances paranormales, ce sont les «prières personnelles» de personnes qui disent des choses vagues telles que «il n'y a pas de mal». Il concède que quelque chose comme le reiki fait peut être très peu de mal, mais demande «où tracez-vous la limite?» quand il s'agit d'avoir besoin de preuves réelles sur le fait de savoir si une thérapie fonctionne ou non.

Il déclare qu'il est athée autant que sceptique et ne peut pas comprendre comment quelqu'un peut être sceptique tout en restant religieux. «Si vous appliquez le doute à tout... toute la religion est évidemment un fantasme»[35].

En 2012, il apparait dans une vidéo hébergée sur la page d'accueil de la British Humanist Association, décrivant l'humanisme comme important «parce qu'avoir une vision du monde non superstitieuse vous permet de vaquer à vos occupations, de prendre des décisions éthiques basées sur un désir général de faire le plus de bien possible».

Médecine alternative[modifier | modifier le code]

Tim Minchin, dans le poème musical Storm[20], donne une définition scientifique et sceptique de la médecine alternative :

«Par définition», je commence

«La médecine alternative», je continue

«N'a pas fait la preuve de son fonctionnement,

Ou a prouvé qu'elle ne fonctionnait pas.»

«Vous savez comment on appelle la "médecine alternative"

dont le fonctionnement a été prouvé?

La médecine.»

("By definition", I begin

"Alternative Medicine", I continue

"Has either not been proved to work,

Or been proved not to work.

You know what they call "alternative medicine"

That's been proved to work?

Medicine.")

Titres engagés[modifier | modifier le code]

Come Home (Cardinal Pell)[modifier | modifier le code]

En 2016, pendant que la Commission royale australienne sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels sur enfants se réunit, Tim Minchin écrit Come Home (Cardinal Pell), qui critique le cardinal George Pell. Le single est largement diffusé et très controversé[36]. Le journaliste Steve Price critique l'article, le décrivant comme abusif contre la personne de George Pell[37]. Liam Viney en propose également une analyse très détaillée[38]. Tim Minchin la décrit comme «mon morceau le plus manifestement engagé»[39].

La commission royale appelée à enquêter sur la manière dont des institutions telles que les écoles, les églises et les organisations gouvernementales répondent aux allégations et aux cas d'abus sexuels sur des enfants[40] La chanson est motivée par le fait que le commissaire royal a accordé à George Pell, 74 ans, la permission de comparaître en tant que témoin via vidéo depuis Rome, plutôt que d'assister en personne au procès comme il l'avait fait auparavant. En réponse, une déclaration du bureau de Pell déclare que le cardinal a mené la bataille contre la maltraitance des enfants dans l'église pendant 20 ans.[41] Le procureur général George Brandis déclare que le témoignage par vidéo n'était «pas du tout inhabituel»[42].

La chanson a aidé à financer des voyages à Rome pour les victimes d'abus sexuels afin qu'ils puissent assister au témoignage du cardinal Pell[43],[44]. L'émission ABC 7.30 note le : «la chanson devient virale avec près de 200 000 vues sur YouTube» mais «les partisans du cardinal Pell estiment que c'est une atteinte personnelle mis en musique.»[36] L'avocat australien Frank Brennan considère que le titre pourrait porter atteinte au processus de décision de la commission royale[45].

Come Home (Cardinal Pell) s'est classé 11e au Australian Singles Chart. Il est également nominé pour la chanson de l'année de l'APRA[46], et Kate Miller-Heidke interprète la chanson à la cérémonie des APRA Music Awards[47].

I still call Australia homophobic[modifier | modifier le code]

A l'occasion du vote par correspondance organisé en Australie concernant un projet de loi sur le mariage pour les personnes homosexuelles, Tim Minchin chante I Still Call Australia Homophobic[48] - une reprise de Peter Allen, I Still Call Australia Home[49] - qui qualifie ceux qui soutiennent le "Non" «d'homophobes et d' imbéciles bigots»[50]. Les politiciens Tony Abbott et Mitch Fifield ont critiqué cette chanson[51],[52].

HouseFyre (collaboration avec Briggs)[modifier | modifier le code]

Le , durant l'épidémie de coronavirus pendant laquelle de nombreux pays procèdent au confinement de leur population, Tim Minchin s'associe avec le rappeur australien Senator Briggs pour le titre HouseFyre qui sort sous la forme d'un clip Youtube filmé de chez eux. Les profits récoltés sont reversés dans le cadre du #FNC19Appeal, fonds destiné à aider les artistes descendants des populations aborigènes d'Australie particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire[53],[54].

Le titre fait référence aux feux de 2019-2020 dans la forêt australienne, particulièrement violents quelques mois avant la sortie du titre[55]. Le titre comporte notamment une critique de la gestion politique de ces deux évènements tragiques par le gouvernement australien et le Premier Ministre Scott Morrisson[56],[57].

Télévision et radio[modifier | modifier le code]

Tim Minchin fait des apparitions dans des émissions de télévision australiennes, y compris Spicks and Specks et The Sideshow[58],[59]. Il fait des apparitions dans l'émission Good News Week ()[60] et Talkin '' Bout Your Generation ()[61].

Il apparait dans plusieurs émissions de radio et de télévision britanniques, y compris Never Mind the Buzzcocks de la BBC (quatre fois dont une fois en tant qu'hôte et invité)[62], Mark Watson Makes the World Substantially Better de BBC Radio 4, et deux émissions spéciales sur BBC Radio 2. Il joue souvent sur ses apparitions à la télévision, comme ses spots du vendredi soir avec Jonathan Ross en et [63]. Il interprète une chanson spécialement écrite intitulée Five Poofs and Two Pianos, une parodie du groupe de l'émission, 4 Poofs and a Piano. Il apparait également en tant qu'invité spécial sur l'édition 2009 de The Big Fat Quiz of the Year, interprétant une chanson écrite pour le spectacle (It's Like 1984) en référence à une question concernant Google Street View[64]. Le samedi , il présente Prom 40, le premier concert de la BBC Comedy Promenade au Royal Albert Hall. Il est apparu sur Desert Island Discs le [65].

Une version fortement réduite du spectacle So F ** king Rock Live est diffusée à plusieurs reprises sur la chaîne de télévision britannique E4, pour la première fois le . Elle est diffusée début 2011 pour le Nouvel An d'E4[66].

Le , le pilote de son sitcom musical, Strings, est diffusé sur BBC Radio 2; il est bien accueilli, mais il décide de ne pas créer une série complète.

En , il interprète une chanson écrite pour l'occasion appelée Woody Allen Jesus[67] sur The Jonathan Ross Show supprimée à la dernière minute. Répondant sur son blog, il déclare: «Quelqu'un est devenu nerveux et a envoyé la cassette au directeur de la télévision d'ITV, Peter Fincham. Et Peter Fincham a exigé que je sois exclu de l'émission. Il l'a fait parce qu'il a eu peur de la diatribe, la presse de droite qui remue la merde et de la petite minorité de Britanniques qui croient avoir le droit de vivre à l'abri de tout ce qui les défie de quelque manière que ce soit»[68],[69].

Tim Minchin a écrit plusieurs chansons spécialement pour des apparitions télévisuelles :

  • 3 minutes song, qui comprend plusieurs versions, et dont la première est écrite à l'occasion du Ruth Jones Show au Royaume-Uni en 2011. D'autres versions sont jouées dans d'autres émissions de télévision : The Royal Variety Show au Royaume-Uni, The Late Late Show en Irlande, Conan O'Brien Show aux Etats-Unis[70].
  • Song for Wossy écrite pour la fin de l'émission Friday Night With Jonathan Ross, BBC One, le

En , il apparait sur Chain Reaction, d'abord interviewé par Derren Brown, puis par Caitlin Moran[71].

En 2013, il joue Atticus Fetch dans la saison 6 de Californication[72].

En 2018, il joue dans Squinters, une série ABC[73].

En 2019, il écrit et joue dans Upright, une série télévisée apparaissant sur FOX Showcase en Australie et Sky Atlantic au Royaume-Uni[74].

En 2020, il interprète les chansons d'ouverture et de clôture de la cérémonie de remise des prix BAFTA, qui s'est déroulée à huis clos. Le numéro d'ouverture est écrit spécifiquement pour l'événement. La chanson de clôture est une version de sa chanson Carry You. La BBC est largement critiquée pour avoir coupé la chanson finale pour des raisons de timing[75].

Scène[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

  • 2012/13 - Jesus Christ Superstar mise en scène par Laurence Connor – Judas Iscariot
  • 2013 – Rosencrantz and Guildenstern Are Dead mise en scène par Simon Phillips
  • 2016 – Shakespeare Live! From The RSC créé et réalisé par Gregory Doran – Lui-même ('To be or not to be' Sketch) – Royal Shakespeare Company

Compositeur[modifier | modifier le code]

Parcours détaillé[modifier | modifier le code]

Tim Minchin reçoit une formation théâtrale et il est apparu dans diverses productions scéniques. Il joue le rôle titre dans la production d'Amadeus en 2006 de la Perth Theatre Company, une pièce fictive sur la chute de Mozart aux mains du compositeur régnant de la cour, un personnage basé sur et nommé d'après Antonio Salieri. Ses autres rôles d'acteur sur scène incluent le rôle titre dans la production 2004 de la Perth Theatre Company / Hoopla de Hamlet, et The Writer dans la production de Reg Cribb The Return. Il joue pour The Australian Shakespeare Company (Twelfth Night), la Black Swan Theatre Company (Così, One Destiny) et dans diverses autres pièces de théâtre, courts métrages et publicités télévisées. Ses rôles dans des comédies musicales incluent Don Quichotte dans L'homme de La Mancha et Ponce Pilate (et doublant Judas Iscariot deux fois) dans Jesus Christ Superstar. Il joue des petits rôles pour le téléfilm Loot et dans l'émission Comedy Inc[76].

Il co-écrit la comédie musicale Matilda - une version musicale lauréate d'un prix Olivier du roman Matilda de Roald Dahl - avec Dennis Kelly et produit par la Royal Shakespeare Company. Le spectacle est présenté au Courtyard Theatre de Stratford-upon-Avon, du au puis au Cambridge Theatre le avec un grand succès critique[77],[78]. En 2013, Matilda est présentée à Broadway au Shubert Theatre[79], et gagne 12 nominations aux prix Tony. La comédie musicale est ensuite présentée dans le monde entier et remporte de nombreux prix.

Il décroche le rôle de Judas dans la tournée de 2012 au Royaume-Uni et en Irlande de l'opéra rock de Tim Rice et Andrew Lloyd Webber, Jesus Christ Superstar. La tournée s'étend à divers autres pays en raison de son succès avec une version filmée sortie à l'automne 2012. La version filmée, à son grand mécontentement, utilise autotune sur sa voix[80]. La production fait une tournée en Australie de mai à , avant de revenir au Royaume-Uni et en Irlande à l'automne 2013.

Il fait ses débuts à la Sydney Theatre Company en 2013 dans Rosencrantz et Guildenstern Are Dead de Tom Stoppard aux côtés de Toby Schmitz.

En 2015, il est annoncé, en association avec l'équipe créative de Matilda, que Tim Minchin travaille sur la musique et les paroles de la nouvelle comédie musicale Groundhog Day[81]. La comédie musicale est lancée au Old Vic en 2016, avant d'être transférée au August Wilson Theatre à Broadway[82],[83]. Les représentations de la comédie musicale se terminent le après 176 représentations et 31 avant-premières[82]. Une tournée américaine prévue est annulée.

Le , il apparait dans Shakespeare Live! De la RSC au Royal Shakespeare Theatre de Stratford-upon-Avon pour célébrer l'anniversaire et les 400 ans de la mort de William Shakespeare. Il joue son propre rôle dans le sketch To be or not to be aux côtés de Paapa Essiedu, Benedict Cumberbatch, Harriet Walter, David Tennant (qui anime l'évènement avec Catherine Tate), Rory Kinnear, Ian McKellen, Judi Dench et Charles, Prince de Galles (qui était présent avec Camilla, duchesse de Cornouailles).

En , lors d'une séance de questions-réponses sur Facebook en direct discutant de Matilda avec Dennis Kelly, il exprime son intérêt pour l'idée d'adapter le roman de Neil Gaiman Stardust en une comédie musicale[84].

Il révèle qu'il est au début du développement d'une nouvelle comédie musicale, avec un auteur dramaturge britannique, mi-2020. La comédie musicale sortira en Australie et sera une histoire biographique d'une personne réelle[85].

Films[modifier | modifier le code]

Tim Minchin joue le rôle de Tom dans le drame familial contemporain Two Fists, One Heart (en), sorti le . Il écrit la chanson Drowned pour la bande originale du film[86].

En 2013, il déménage avec sa famille à Los Angeles, aux États-Unis, afin de pouvoir travailler sur Larrikins, un film musical d'animation sur l'Australie pour DreamWorks Animation, pour lequel il écrit les chansons et qu'il était sur le point de co-diriger avec Chris Miller[87]. Le film doit avoir un casting australien quatre étoiles, avec pour voix principale Hugh Jackman. Cependant, en , le projet est annulé, après le rachat de DreamWorks Animation, un an plus tôt, par Comcast. Il laisse entendre que la décision provient probablement de ce nouvel acheteur. Il qualifie cette issue d'«insupportable», notant qu'il a refusé de nombreux projets pendant ces quatre années et que «120 personnes travaillaient sur ce film». Lui et sa famille déménagent à Sydney en [87].

Il joue le rôle de Frère Tuck dans le film américain Robin des bois de 2018[88].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Sit (avec le groupe Timmy the Dog) (2001)
  • Darkside (2005)
  • So Rock (2006)
  • Ready For This? (2009)
  • Live at the O2 (2010)
  • Live at Manchester Arena (2011)
  • So Fucking Rock (adapté du DVD So Fucking Rock Live de 2008) (2013)
  • Apart Together (annoncé pour le )

Singles[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Laugh-a-poolooza (2005)
  • So Long (As We Are Together) Californication Saison 6 Bande-son (2013)
  • Carry You (with Missy Higgins) Music from the Home Front (2020)

DVD[modifier | modifier le code]

  • So live (2007) Australian DVD
  • So F**king Rock Live (11 October 2008)
  • Rock'n'roll Nerd : The Tim Minchin Story (Documentaire) (2008)
  • So F**king Rock Live (Special Edition) (en) (5 October 2009)
  • Ready For This? (en) (29 November 2010)
  • Tim Minchin and the Heritage Orchestra (14 November 2011)
  • Matilda & Me (Documentaire) (2016)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2005 Melbourne International Comedy Festival Directors' Choice Award pour Dark Side
  • 2005 Edinburgh Festival Fringe Perrier Comedy Award, Meilleur nouveau venu
  • 2005 Melbourne International Comedy Festival, The Groggy Squirrel Critics' Award
  • 2007 U.S. Comedy Arts Festival, Meilleure performance alternative
  • 2009 Helpmann Award Meilleure performance comique pour Tim Minchin - Ready For This?
  • 2009 Green Room Awards, Cabaret: Meilleure chanson originale
  • 2009 Green Room Awards, Cabaret: Meilleur artiste
  • 2010 Chortle Awards, Meilleure musique ou performance de variété
  • 2011 Helpmann Award Meilleure nouvelle oeuvre australienne pour Tim Minchin Vs Sydney Symphony
  • 2012 Olivier Awards: Meilleure nouvelle comédie musicale pour Matilda The Musical[96]
  • 2012 Helpmann Award : Meilleur artiste comique pour Tim Minchin vs The Orchestras Round II
  • 2012 Ockham Award : Meilleure vidéo sceptique pour Storm
  • 2013 What's On Stage Awards, The W&P Longreach - Meilleure second rôle dans une comédie musicale pour Judas dans Jesus Christ Superstar
  • 2016 Logie Award, Meilleur second rôle pour The Secret River (ABC)
  • 2016 Helpmann Award: Meilleure partition originale pour Matilda the Musical[97]
  • 2017 Olivier Awards : Meilleure nouvelle comédie musicale pour Groundhog Day The Musical[98]
  • 2017 Orry-Kelly Award
  • 2019 Helpmann Award : Meilleur concert australien de musique contemporaine pour Tim Minchin: Back

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Middle Name », Angry (Feet) Forum,
  2. a et b (en) « Birth Location », Twitter,
  3. (en) « Tim Minchin Online Shop: DARK SIDE AUDIO CD », TimMinchin.com,
  4. (en) Pomeranz, Margaret: Rock N Roll Nerd, At the Movies (ABC1.
  5. « Tim Minchin · Timmy The Doc! », sur Tim Minchin (consulté le )
  6. « Discours de Tim Minchin »
  7. « Discours de Tim Minchin 2015 »
  8. « Tim Minchin · Tim’s been appointed a Member of the Order of Australia (AM) for significant service to the performing arts, and to the community. #honours2020 », sur Tim Minchin (consulté le )
  9. « Major survey of WA youth gets underway: Theatre Archived 18 April 2012 at the Wayback Machine »
  10. « Tucak, Layla (30 June 2006). "Tim Minchin taking on Mozart and the world". Stateline. Retrieved 21 August 2008. »
  11. (en) Cameron Woodhead, « Tim Minchin », sur The Age, (consulté le )
  12. a et b (en-GB) « Tim Minchin - Looney tunes », sur Edinburgh Festival, (consulté le )
  13. (en) « Minchin best newcomer », sur The Age, (consulté le )
  14. a et b (en) « Rock'n'roll nerd », sur The Age, (consulté le )
  15. (en-GB) guardian.co.uk, « Edinburgh festival podcast: The Guardian Live at the Gilded Balloon, with Tim Minchin », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) « Edinburgh festival comedy review: Tim Minchin », sur the Guardian, (consulté le )
  17. (en-GB) Phil Daoust, « Tim Minchin, Gilded Balloon », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  18. « Tim Minchin · Storm!!!!!!!! », sur Tim Minchin (consulté le )
  19. a et b « Tim Minchin’s Storm – Official Trailer » Storm Movie », sur web.archive.org, (consulté le )
  20. a et b « Storm », sur youtube.com
  21. (en) « Leach stares down Archibald competition », sur www.abc.net.au, (consulté le )
  22. « Tim Minchin · A Big, Juicy Tim Minchin and The Heritage Orchestra DVD Announcement! », sur Tim Minchin (consulté le )
  23. « Tim Minchin · 2019 TOUR – BACK (Old Songs, New Songs, Fuck You Songs) », sur Tim Minchin (consulté le )
  24. « Tim Minchin · My upcoming shows in Sydney, Newcastle, Melbourne & Brisbane are being postponed », sur Tim Minchin (consulté le )
  25. (en) Nathanael Cooper, « For musicians, collapse of touring industry opens door to creativity », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le )
  26. (en) « Tim Minchin Announces the Release of His Long-Awaited Debut Album », sur Rolling Stone Australia, (consulté le )
  27. « Clip vidéo Apart Together », sur youtube.com
  28. a et b « Maxwell, Tom (1 February 2008). "Tim's just funny that way". Edinburgh Evening News. Retrieved 21 August 2008. »
  29. « Linzy (15 March 2009). "Interview One – 11th October 2007 at Fagan's, Sheffield, UK". Retrieved 8 January 2010. »
  30. (en) « Interview: Tim Minchin », sur The Void Magazine, (consulté le )
  31. « Arthur, Tim (1 September 2008). "Tim Minchin: interview". Time Out London. Retrieved 13 September 2008. »
  32. « Taylor, Darlene (12 February 2007). "Interview: Tim Minchin interview". The Groggy Squirrel. Archived from the original on 6 May 2012. Retrieved 13 September 2008. »
  33. « Minchin, Tim (December 2007). "Interview". Angry (Feet). Archived from the original on 25 June 2008. Retrieved 13 September 2008. »
  34. a b c et d (en) « The Skeptic Zone: The Skeptic Zone #26 - 17.April.2009 », sur skepticzone.libsyn.com (consulté le )
  35. « Tim Minchin (10 July 2011). "Be Skeptical, episode #1" (Interview). Interviewed by John Rael. Retrieved 10 July 2011. »
  36. a et b (en) Matt Wordsworth, « Australian comedians supercharge an online campaign to help abuse survivors confront Cardinal George », Australian Broadcasting Corporation, (consulté le )
  37. « Subscribe to The Australian | Newspaper home delivery, website, iPad, iPhone & Android apps », sur www.theaustralian.com.au (consulté le )
  38. (en) Liam Viney, « Tim Minchin's Come Home Cardinal Pell is a pitch-perfect protest song », sur The Conversation (consulté le )
  39. « "Tim Minchin on being a composer, activist and comedian". RNZ. 28 June 2017. Retrieved 23 March 2018. »
  40. (en) FSpYRfP3Ez, « Commissioners », sur Royal Commission into Institutional Responses to Child Sexual Abuse, (consulté le )
  41. (en) « Pell 'prepared to meet with victims' after abuse inquiry testimony », sur www.abc.net.au, (consulté le )
  42. « Subscribe to The Australian | Newspaper home delivery, website, iPad, iPhone & Android apps », sur www.theaustralian.com.au (consulté le )
  43. « Subscribe to The Australian | Newspaper home delivery, website, iPad, iPhone & Android apps », sur www.theaustralian.com.au (consulté le )
  44. (en) Marissa Calligeros, Neelima Choahan, « 'Come home': Tim Minchin's lament to Cardinal Pell packs a punch, and a few abuses », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le )
  45. (en) « Tim Minchin's Cardinal Pell song hurting abuse victims, priest says », sur www.abc.net.au, (consulté le )
  46. (en) « Minchin anti-Pell song up for award », sur www.heraldsun.com.au, (consulté le )
  47. « Reprise Come Home Cardina Pell par Kate Miller-Heidke », sur youtube.com
  48. (en-GB) « Tim Minchin rewrites iconic song to protest homophobic politicians blocking marriage equality », sur PinkNews - Gay news, reviews and comment from the world's most read lesbian, gay, bisexual, and trans news service, (consulté le )
  49. (en) Broede Carmody, « Tim Minchin mocks 'homophobic' politicians », sur Tenterfield Star, (consulté le )
  50. (en) Kate Prince, « Tim Minchin’s reworked ‘I still call Australia home…aphobic' is already a Facebook hit », sur Business Insider Australia, (consulté le )
  51. « Dailytelegraph.com.au | Subscribe to The Daily Telegraph for exclusive stories », sur www.dailytelegraph.com.au (consulté le )
  52. « Subscribe to The Australian | Newspaper home delivery, website, iPad, iPhone & Android apps », sur www.theaustralian.com.au (consulté le )
  53. « Aboriginal and Torres Strait Islander Arts | Australia Council », sur www.australiacouncil.gov.au (consulté le )
  54. « Covid-19 – L’Australie se ferme aux visiteurs pour protéger les aborigènes », sur 24 heures (consulté le )
  55. « Australie : la plupart des incendies qui sévissent depuis des mois ont été maîtrisés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. (en) « Briggs and Tim Minchin blast Scott Morrison in new song 'HouseFyre' | NME Australia », sur NME Music News, Reviews, Videos, Galleries, Tickets and Blogs | NME.COM, (consulté le )
  57. (en) Guardian staff, « Tim Minchin and Briggs release isolation track satirising Scott Morrison's leadership », sur the Guardian, (consulté le )
  58. « Apparition dans Spicks and Specks »
  59. « Apparition dans the Sideshow »
  60. « Tim Minchin · Good News for Aussies », sur Tim Minchin (consulté le )
  61. « Tim Minchin · T-talkin’ About Some Aussie Telly », sur Tim Minchin (consulté le )
  62. « Tim Minchin · Third Time is the Buzzcocks Charm », sur Tim Minchin (consulté le )
  63. (en-GB) « BBC - Press Office - The Week's Guests week 42 », sur www.bbc.co.uk (consulté le )
  64. « Google Street View par Tim Minchin »
  65. « Desert Island », sur www.bbc.co.uk (consulté le )
  66. (en) « TV listings guide », sur Radio Times (consulté le )
  67. « Woody allen Jesus »
  68. (en-GB) « Minchin fumes after ITV cuts song », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. « Tim Minchin · I’m NOT on the Jonathan Ross Show », sur Tim Minchin (consulté le )
  70. (en) « This Music Artist Was Asked To Play a Song Under 3 Minutes With No Profanity, So He Played This », sur Upnewsy (consulté le )
  71. « interview BBC », sur www.bbc.co.uk (consulté le )
  72. a et b « Tim Minchin · Tim to guest-star in Californication! », sur Tim Minchin (consulté le )
  73. « Trailer Squinters ABC »
  74. « Teaser Upright », sur www.google.com (consulté le )
  75. (en-GB) « Watch Tim Minchin's hilariously bleak original BAFTAs song | NME », sur NME Music News, Reviews, Videos, Galleries, Tickets and Blogs | NME.COM, (consulté le )
  76. « Tim Minchin · Actor », sur web.archive.org, (consulté le )
  77. « Matilda the Musical at Cambridge Theatre - West End - Time Out London », sur web.archive.org, (consulté le )
  78. (en-GB) « Matilda proves a hit with critics », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. (en-US) Michael Schulman, « A Problem Like Matilda », sur The New Yorker (consulté le )
  80. (en) BWW News Desk, « Tim Minchin 'Humiliated' by Auto-Tune on JESUS CHRIST SUPERSTAR Arena Tour DVD », sur BroadwayWorld.com (consulté le )
  81. (en) « The Groundhog Day musical is 100 per cent happening, and Tim Minchin is writing the lyrics », sur The Independent, (consulté le )
  82. a et b (en) « Groundhog Day Broadway @ August Wilson Theatre - Tickets and Discounts », sur Playbill (consulté le )
  83. (en) « Groundhog Day », sur The Old Vic (consulté le )
  84. « Q/A Matilda Youtube »
  85. « https://twitter.com/timminchin/status/1163318461906296832 », sur Twitter (consulté le )
  86. (en-GB) « Drowned (From the Original Motion Picture Soundtrack "Two Fists One Heart") - Single by Tim Minchin », sur Apple Music (consulté le )
  87. a et b (en-GB) Steph Harmon, « ‘It was unbearable’: Tim Minchin on life under Trump and the collapse of his $100m movie », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  88. a et b (en-US) « Robin Hood: Origins Casts Tim Minchin as Friar Tuck », sur ScreenRant, (consulté le )
  89. (en) http://www.timminchin.com/2010/09/12/holy-fuck-free-pope-song-download-available-now/
  90. (en) « Two Fists, One Heart », IMDB, (consulté le )
  91. (en) « The Lost Thing », IMDB, (consulté le )
  92. (en-GB) British Comedy Guide, « 88 Keys - Sitcom », sur British Comedy Guide (consulté le )
  93. « Tim Minchin to star in new series Upright | Media centre », sur Screen Australia (consulté le )
  94. « Storm by Tim Minchin cover art and synopsis - Upcoming4.me », sur web.archive.org, (consulté le )
  95. (en-US) Cory Doctorow, « Tim Minchin's Storm, a magnificent rant about woo and the miracle of reality (the book) », sur Boing Boing, (consulté le )
  96. (en-GB) « Matilda wins record Olivier haul », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  97. (en) « Matilda the Musical wins record 13 Helpmann Awards », sur www.abc.net.au, (consulté le )
  98. « Tim Minchin · At last night’s Olivier Awards, Groundhog Day won Best New Musical with Andy Karl winning Best Actor in a Musical! », sur Tim Minchin (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :