Caitlin Moran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caitlin Moran
Hayfestival-2016-Caitlin-Moran-cu-profile.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
BrightonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Conjoint
Peter Paphides (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
London Press Club (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Caitlin Moran (née Catherine Elizabeth Moran le [1]) est une journaliste, autrice et personnalité de la radio anglaise[2] pour The Times, où elle écrit trois colonnes par semaine : l'une pour le magazine samedi, une critique télévisuelle, et la colonne satirique du vendredi « Celebrity Watch ».

Moran est la Chroniqueuse de l'Année des British Press Awards (BPA) 2010, et la Critique de l'Année ainsi que l'Intervieweuse de l'Année des BPA en 2011[3]. En 2012, elle est nommée Chroniqueuse de l'Année par le London Press Club[4], et la Commentatrice Culturelle de l'Année des Comment Awards en 2013[5].

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Moran est née à Brighton, l'aînée de huit enfants ; elle a quatre sœurs et trois frères. Son père, irlandais, est décrit par Aida Edemariam dans The Guardian, en tant qu'ancien « batteur et pionnier du rock psychédélique » qui a fini « cloué sur le canapé par l'arthrose »[6]. La famille vit dans une maison de trois chambres prêtée par le Conseil de Wolverhampton, une expérience que Caitlin Moran décrit comme semblable aux Hunger Games[7].

Moran étudie à la Springdale Junior School et finit ses classes à la maison à partir de l'âge de 11 ans, après avoir fréquenté l'école secondaire pendant seulement trois semaines[8]. Elle et ses frères et sœurs reçoivent aucune éducation formelle de leurs parents ; le conseil local leur permet de le faire, car ils sont « les seuls hippies de Wolverhampton »[7]. Les enfants occupent leur temps avec des jeux simples, comme jeter de la boue dans la maison[7]. Moran décrit son enfance comme heureuse, mais révèle avoir quitté la maison dès qu'elle a été en mesure de le faire à l'âge de 18 ans[7].

Journalisme et carrière d'écrivaine[modifier | modifier le code]

Moran est convaincu tout au long de son adolescence qu'elle deviendra écrivaine[7]. À l'âge de 13 ans, en octobre 1988, elle remporte un concours pour jeunes lecteurs du Dillons pour un essai sur Why I Like Books et a reçoit pour £250 de livres. À l'âge de 15 ans, elle remporte le Peix de la Jeune Journaliste de l'Année de The Observer[9]. Elle commence sa carrière en tant que journaliste pour le Melody Maker, pour l'article musical de la semaine, à l'âge de 16 ans[10]. Moran écrit un roman intitulé The Chronicles of Narmo la même année, inspiré par l'école à la maison pendant son enfance.

En 1992, elle lance sa carrière à la télévision, présentant le spectacle musical de Channel 4, Naked City[11], qui dure deux saisons et met en vedette de nombreux groupes anglais comme Blur, Manic Street Preachers et les Boo Radleys. Johnny Vaughan co-présente avec elle.

Son éducation lui inspire la comédie dramatique télévisuelle Raised By Wolves, qui est diffusé sur Channel 4 en décembre 2013.

En juillet 2012, Moran est devenu membre de l'Université d'Aberystwyth[12]. En avril 2014, elle est nommée comme l'une des femmes les plus influentes de Grande-Bretagne par la BBC[13].

Son roman semi-autobiographique, How To Build a Girl (2014), se situe à Wolverhampton au début des années 1990. Il est le premier d'une trilogie, suivi par How To Be Famous, et How To Change The World[14]. Le premier tome de la trilogie est adapté en film en 2018[15],[16].

Féminisme[modifier | modifier le code]

Moran au Hay Festival, 2016

En 2011, Ebury Press publié son ouvrage How to Be a Woman au Royaume-Uni. En juillet 2012, plus de 400 000 exemplaires ont été vendus dans 16 pays dont la France sous le titre Comment peut-on (encore) être une femme[17],[18].

Moran est une partisane du Women's Equality Party[19]. Elle cite dans ses héroïnes féministes Germaine Greer et Courtney Love[15].

En mars 2017, dans un article qu'elle écrit pour le Penguin Books, Moran suggère que les jeunes filles ne doivent pas lire de livres écrits par des hommes, ou « au moins » jusqu'à ce qu'elles soient  « plus âgées, et entièrement formée, et prête au combat », désignant particulièrement les livres écrits par : « ...les Grands Mâles Blancs ; Faulkner, Chandler, Hemingway, Roth. Les canoniques. Les hommes sont brillants, intelligents, maladroits, impérieux, complexes - leurs histoires vous glissent dessus, leurs voix sont imparables. L'éblouissement et le charme sont indéniables[20]. » Moran prétend qu'elle n'a jamais lu de livres écrit par des hommes lorsqu'elle était plus jeune l'a « peut-être » rendue plus heureuse, plus confiante sur l'écriture de la vérité, et moins aptes à se rabaisser à cause de son apparence, son poids « que beaucoup, beaucoup d'autres femmes »[20].

Twitter[modifier | modifier le code]

En août 2013, elle organise un boycott de 24 heures de Twitter en signe de protestation contre l'échec apparent de traitement du contenu offensant posté sur la plateforme parfois de manière anonyme, contre des personnalités[21].

En 2014, son compte Twitter est ajouté à la liste des textes étudiés pour le A-level, ce qui engendre une controverse[22]. En juin, le Reuters Institute for the Study of Journalism rapporte qu'elle est la journaliste anglaise la plus influente de Twitter[23].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En décembre 1999, Moran épouse le critique de rock du Times, Pierre Paphides à  Coventry ; ils ont deux filles, nées en 2001 et 2003[24].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : British Press Award de la chroniqueuse de l'année
  • 2011 : Ultimate Writer of the Year (écrivaine ultime de l'année) par le magazine Cosmopolitan[25]
  • 2011 : Prix des auditeurs aux Irish Book Awards pour Comment peut-on (encore) être une femme ?
  • 2011 : British Press Award de la Critique de l'année
  • 2011 : British Press Award de l'Intervieweuse de l'année
  • 2011 : Galaxy National Book Award du Livre de no-fiction le plus populaire de l'année pour Comment peut-on (encore) être une femme ?
  • 2011 : Galaxy National Book Awards du Livre de l'année pour Comment peut-on (encore) être une femme ?
  • 2012 : Glamour Award de l'écrivaine de l'année
  • 2012 : London Press Club Award de la Chroniqueuse de l'année
  • 2013 : Comment Award de la Commentatrice culturelle de l'année
  • 2015 : Glamour Award de la Chroniqueuse de l'année

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Chronicles of Narmo, Corgi, (ISBN 0-552-52724-6)
  • How to Be a Woman, Ebury Press, (ISBN 978-0-09-194073-7, lire en ligne)
    Publié en français sous le titre Comment peut-on (encore) être une femme?, traduit par Mathilde Bouhon, Paris, Flammarion, 2014
  • Moranthology, Ebury Press, (ISBN 978-0-09-194088-1)
  • How to Build a Girl, Ebury Press, (ISBN 978-0-09-194900-6)
    Publié en français sous le titre Comment je suis devenue célèbre en restant chez moi !, traduit par Marie Hermet, Paris, Flammarion Jeunesse, 2017
  • Moranifesto, Ebury Press, (ISBN 978-0091949044)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Caitlin Moran - How To Be a Woman », Penguin Random House UK, (consulté le 18 juin 2018)
  2. Hans Rollman, « Caitlin Moran: Lady Sex Pirate and Working Class Hero », PopMatters, sur PopMatters,
  3. « Press Awards 2011: Caitlin Moran's speech », The Guardian, sur The Guardian,
  4. « BBC Newsnight journalists win award for spiked Jimmy Savile investigation »
  5. « 2013 Winners » The Comment Awards
  6. Aida Edemariam "The Saturday interview: Caitlin Moran", The Guardian, 18 June 2011.
  7. a b c d et e BBC Radio 4: "My Teenage Diary", First Broadcast 6:30PM Wed, 4 July 2012.
  8. The Times 2, p. 2. 28 December 2011.
  9. Caitlin Moran, « My glorious career? I won it in a competition », The Times, London,‎ (lire en ligne)
  10. « Pop on trial », BBC Online, sur BBC Online (consulté le 13 janvier 2010)
  11. Huer Davies, « Atrocious mess, precocious mind: Meet Caitlin Moran, newspaper columnist, television presenter, novelist, screenwriter, pop music pundit … and typical teenage slob », The Independent, London,‎ (lire en ligne)
  12. Aberystwyth University - July
  13. « Woman's Hour Power List 2014 – Game Changers », BBC Radio 4
  14. Caitlin Moran explores taboo subjects in her new book 'How to build a girl' ()
  15. a et b (en) Imogen Carter, « Caitlin Moran: ‘I address the taboos that need to be busted’ », sur the Guardian, (consulté le 24 juin 2018)
  16. (en) Ben Child, « Caitlin Moran novel How to Build a Girl reinvented as film adaptation », sur the Guardian, (consulté le 24 juin 2018)
  17. Jen Doll, « Caitlin Moran on How to Be a Woman, How to Be a Feminist », The Atlantic Wire, sur The Atlantic Wire,
  18. Caitlin Moran, « Comment peut-on (encore) être une femme? de Caitlin Moran - Editions Flammarion », sur editions.flammarion.com (consulté le 24 juin 2018)
  19. Caitlin Moran @ 5x15 - Women's Equality Party [Video], Caitlin Moran () 5x15 Stories via YouTube. Consulté le .
  20. a et b "Ηow books made me a feminist" by Caitlin Moran, Penguin website, March 2017
  21. « #TwitterSilence: Was Caitlin Moran's Twitter boycott an effective form of protest? », The Independent, London,‎ (lire en ligne)
  22. « English A-Level with Russell Brand and Dizzee Rascal on reading list under fire », The Guardian, London,‎ (lire en ligne)
  23. « Mainstream media 'still dominate online news' », sur BBC News: Technology, BBC (consulté le 12 juin 2014)
  24. Caitlin Moran, How To Be a Woman, HarperCollins, , 275 p. (ISBN 9780062124296)
  25. « Cosmo's Ultimate Women of the Year Awards 2011 announced! », Cosmopolitan UK,‎ (lire en ligne[archive du ])

Liens externes[modifier | modifier le code]