Sino-Américains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sino-Américain)
Aller à : navigation, rechercher
Sino-Américains
Description de cette image, également commentée ci-après

Sino-Américains à Georgetown, dans le Colorado (vers 1900).

Populations significatives par région
Population totale 3 794 673[1]
Autres
Régions d’origine Drapeau de la République populaire de Chine Chine (Hong Kong, Macao)
Drapeau de la République de Chine Taïwan
Monde chinois
Langues Anglais, chinois
Religions Christianisme, bouddhisme, taoïsme, religion traditionnelle chinoise[réf. nécessaire]
Ethnies liées Coréano-Américains, Nippo-Américains, Hans

Un Sino-Américain (en anglais : Chinese Americans, en chinois traditionnel : 華裔美國人 ou 美籍華人 et en chinois simplifié : 华裔美国人 ou 美籍华人) est un américain d'origine chinoise. Les Sino-Américains constituent un des groupes de la diaspora chinoise dans le monde, et un sous-groupe des Asio-Américains.

Le terme de Sino-Américain inclut en général non seulement les immigrants de Chine continentale, de Hong Kong, de Macao, de Taïwan et leurs descendants, mais aussi les immigrés et les descendants des chinois ethniques ayant émigré aux États-Unis à partir de lieux aussi divers que la Malaisie, Singapour et d'autres pays d'Asie du Sud.

La communauté chinoise américaine est le plus grand groupe ethnique d'Américains d'origine asiatique (22,4 % de cette population). Ils constituent 1,2 % de la population des États-Unis dans son ensemble. En 2006, la population américaine d'origine chinoise comptait environ 3,6 millions de personnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers immigrés chinois sont arrivés en 1820, selon les rapports gouvernementaux américains. 325 hommes sont recensés à la ruée vers l'or en Californie en 1849[2] ; ils se chargeaient d'effectuer des tâches secondaires[3],[4],[5]. On compte 25 000 immigrés en 1852, et 105 465 en 1880, la majeure partie résidant sur la côte Ouest. Ils formaient environ 10 % de la population californienne. La majeure partie d'entre eux étaient des jeunes hommes sans diplôme originaire de six districts de la province de Guangdong[6].

La population chinoise passe de 2 716 en 1851 à 63 000 en 1871. Durant la décennie 1861-1970, on en compte 64 301. Entre 1871 et 1980, on en compte 123 201. 77 % d'entre eux résidait en Californie, et le reste était éparpillé à l'ouest et au sud du pays, et en Nouvelle-Angleterre[7].

En 1880, le gouvernement Hayes Administration tente de négocier un nouveau traité avec la Chine. L' Angell Treaty permet aux États-Unis de restreindre, et non d'interdire totalement, l'immigration chinoise. En 1882, le congrès adopte le Chinese Exclusion Act, qui restreint l'immigration chinoise pendant 10 années[8].

Au milieu des années 1850, 70 à 150 chinois résidaient à New York, et 11 d'entre eux étaient mariés à des irlandaises. En 1906, The New York Times (du 6 août) recense 300 irlandaises mariés ou cohabitant avec des chinois à New York[9]. Dans les années 1960, on recense près de 3 500 chinois mariés à des femmes blanches, et 2 900 chinoises mariés à des hommes blancs[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique des recensements
Ann. Pop.  %±
1870 63 199
1880 107 475 70,1%
1890 107 488 0%
1900 89 863 −16,4%
1910 71 531 −20,4%
1920 61 639 −13,8%
1930 74 954 21,6%
1940 77 504 3,4%
1950 117 629 51,8%
1960 237 292 101,7%
1970 435 062 83,3%
1980 806 040 85,3%
1990 1 648 696 104,5%
2000 2 432 585 47,5%
2010 3 347 229 37,6%
Bureau du recensement des États-Unis[11],[12]

Langues[modifier | modifier le code]

Religions[modifier | modifier le code]

Selon une étude du Pew Research Center, en 2012 22 % des Sino-Américains sont de confession protestante, 8 % catholiques, 15 % bouddhistes et 52 % sans affiliation religieuse. Selon la même étude, 43 % des Sino-Américains se sont convertis à une autre religion que celle dans laquelle ils ont grandi[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Race Reporting for the Asian Population by Selected Categories: 2010 », U.S. Census Bureau (consulté le 17 janvier 2012)
  2. (en) Bill Bryson, Made In America, page 154
  3. (en) Ronald Takaki, Strangers From a Different Shore, Little, Brown and Company, (ISBN 0-316-83109-3), p. 28.
  4. (en) Iris Chang, The Chinese in America, Penguin Books, , 34–35 p. (ISBN 0-670-03123-2).
  5. (en) Peter Kwong and Dusanka Miscevic, Chinese America, The New Press, (ISBN 1-56584-962-0), p. 44.
  6. (en) International World History Project. Asian Americans, (consulté le 14 mars 2014).
  7. (en) Ronald Takaki, Strangers From A Different Shore: A History of Asian Americans, New York, Back Bay Books, .
  8. (en) https://history.state.gov/milestones/1866-1898/chinese-immigration
  9. (en) Benson Tong, Asian American children: a historical handbook and guide, Greenwood Publishing Group, , 38– p. (ISBN 978-0-313-33042-1, lire en ligne).
  10. (en) Love's revolution: interracial marriage by Maria P.P. Root. Page 180.
  11. (en) Campbell Gibson et Kay Jung, « Historical Census Statistics on Population Totals by Race, 1790 to 1990, and by Hispanic Origin, 1970 to 1990, for the United States, Regions Divisions, and States » [PDF],‎ .
  12. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 12 mars 2016)
  13. (en) Pew Forum, Asian Americans: A Mosaic of Faiths, Washington, Pew Research Center, , 194 p. (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]