Saint-Siméon (Charlevoix-Est)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Siméon.

Saint-Siméon
Saint-Siméon (Charlevoix-Est)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Subdivision régionale Charlevoix-Est
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Sylvain Tremblay
2017-2021
Démographie
Gentilé Saint-Siméonien, ienne
Population 1 227 hab. (2016)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 00″ nord, 69° 53′ 00″ ouest
Superficie 27 660 ha = 276,60 km2
Divers
Code géographique 15058
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Siméon

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Siméon

Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale

Voir la carte administrative de la zone Capitale-Nationale
City locator 14.svg
Saint-Siméon

Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale

Voir la carte topographique de la zone Capitale-Nationale
City locator 14.svg
Saint-Siméon

Saint-Siméon est une municipalité du Québec située dans la MRC de Charlevoix-Est, dans la région administrative de la Capitale-Nationale[1]. Son nom fait référence à Siméon de Jérusalem[2].

Description[modifier | modifier le code]

Saint-Siméon est le terminus ouest d'un traversier exploité en partenariat avec la Société des traversiers du Québec qui fait la navette avec Rivière-du-Loup sur la rive sud du Saint-Laurent.

Les hameaux de Port-au-Persil, Rivière-Noire, Baie-des-Rochers et Port-aux-Quilles font partie de la municipalité.

La randonnée en forêt, l'escalade en montagne au centre « Les Palissades », l'observation des baleines et la pêche à l'éperlan sont les principales activités pratiquées à Saint-Siméon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Charlevoix-Est
Vieux four à pain

Histoire[modifier | modifier le code]

La municipalité a été formée en 1869 en se détachant de Saint-Fidèle-de-Mont-Murray (maintenant intégrée à La Malbaie).

En 1949 et jusqu'en 1953, il y eut dans le hameau de Port-aux-Quilles, une mine ayant des gisements de potassium, columbium, tantalum et plusieurs autres minerais. Elle était gérée par la Québec Uranium corporation.

À partir de 1940, le village deviendra une plaque tournante des axes de communication du nord du Québec avec une liaison régulière par traversier vers Rivière-du-Loup, sur la Rive-Sud.

En 1911, le noyau central du village et la paroisse se séparent, comme il était courant de le faire à cette époque, pour ensuite se refusionner en 2001.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Port-au-Persil[modifier | modifier le code]

Anse de Port-au-Persil

Port-au-Persil est un hameau situé sur le territoire de la municipalité de Saint-Siméon.

Baptisée par Samuel de Champlain, la localité fut fondée par Neil McLaren, un immigrant écossais, à la fin du XIXe siècle. Elle compte aujourd'hui une centaine d'habitants.

La chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle de Port-au-Persil, au bord du fleuve Saint-Laurent

La chapelle protestante en bois blanc de Port-au-Persil a été construite par John McLaren, pasteur presbytérien et fils de Neil, en 1893, au bord de l'eau. C'est une propriété privée[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts[4].

Saint-Siméon
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Pierre Asselin Voir
2005 Voir
2009 Sylvain Tremblay Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
2006 2011 2016
1 3601 3001 227

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Edmour Carré, né à Port-au-Persil en 1933, ancien gardien de phare de Cap-au-Saumon.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sagard Baie-Sainte-Catherine Rose des vents
Mont-Élie N Fleuve Saint-Laurent,
Rivière-du-Loup
O    Saint-Siméon    E
S
La Malbaie Fleuve Saint-Laurent,
Saint-André

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des municipalités : Saint-Siméon
  2. Toponymie : Saint-Siméon
  3. Astrid Gagnon et Maurice Bourgoin, Mademoiselle Rita. Port-au-Persil, comté de Charlevoix., Éditions Mille et une vies, 2010, (ISBN 9782923692111)
  4. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  5. Saint-Siméon : Pierre Asselin quitte la politique, Le Charlevoisien, 30 septembre 2009

Saint-Siméon, 125 ans d'histoire, Revue d'histoire de Charlevoix, Hors série no.3, août 1995

Marc Meganck, Port-au-Persil, roman, Bernard Gilson Editeur, Bruxelles, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :