Saint-Irénée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Irénée (homonymie).
Saint-Irénée
Image illustrative de l'article Saint-Irénée
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Subdivision régionale Charlevoix-Est
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Pierre Boudreault
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Saint-Irénéen, enne
Population 641 hab. (2016)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 00″ nord, 70° 12′ 00″ ouest
Superficie 5 989 ha = 59,89 km2
Divers
Code géographique 15005
Localisation
Localisation de Saint-Irénée dans Charlevoix-Est
Localisation de Saint-Irénée dans Charlevoix-Est

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Irénée

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Irénée
Liens
Site web Site officiel

Saint-Irénée est une municipalité de paroisse qui fait partie de la municipalité régionale de comté de Charlevoix-Est au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Capitale-Nationale. Elle est nommée en l'honneur d'Irénée de Lyon.

Le territoire de Saint-Irénée est accidenté et boisé, typique de la région de Charlevoix. L'agglomération est nichée à l'embouchure de la rivière Jean-Noël sur le fleuve Saint-Laurent. La partie de la municipalité située sur le bord du fleuve est appelée Saint-Irénée-les-Bains[1].

Saint-Irénée est aussi le site du Domaine Forget, centre d'art de renommée internationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création d'une paroisse du nom de Saint-Irenée est d'abord autorisée par l'Archidiocèse de Québec le 12 mai 1840 puis confirmée en 1844 après qu'une église y fut construite. Le premier curé résidant est l’abbé Charles Pouliot et ce territoire contenait dès lors environ 800 habitants. Le 1er juillet 1855, la création de la municipalité de Saint-Irenée est officialisée par la rédaction d'une constitution[2]. La population de Saint-Irénée était de 1060 âmes en 1861 et se répartissait entre une centaine de familles[3], selon ce qu'a pu constater le consul français Charles-Henri-Philippe Gauldrée-Boilleau qui y a mené une enquête sociologique auprès des familles paysannes. Celui-ci remarque entre autres certaines particularités dans le langage des locaux tel que «Espérez un instant» au lieu de «attendez un instant» ou encore «c'est de valeur» pour réagir à un événement fortuit[4].

Au tournant du XXe siècle, le juge Adolphe-Basile Routhier, qui a aussi écrit les paroles de l’hymne national du Canada, et l’homme d’affaires et financier Rodolphe Forget possèdent des domaines estivaux dans une partie de Saint-Irénée faisant face au fleuve et aujourd'hui occupée par le Domaine Forget. Ce dernier y possédait un somptueux domaine -dont la villa a été détruite par un incendie en 1965- du nom de Gil'Mont où sa fille, la femme politique Thérèse Casgrain a notamment passé de nombreux étés ainsi qu'elle l'a relaté dans son autobiographie[5].

La municipalité est reliée à La Malbaie et Québec par Chemin de fer Charlevoix à partir de 1919. Une Caisse Populaire y est établie en 1945 et un aéroport en 1962[2].

Personnalités liées à la municipalité[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
 ? en cours Pierre Boudreault    
1969 après 1975 Joseph-Edmond Boudreault    
1964 1969 J.-Léon Duchesne    
1931  ? Joseph Trudel    
vers 1930 1931 Napoléon Tremblay    
1919  ? Ernest Tremblay    
1917 1919 Lucien Girard    
1916 1917 Médéric Gauthier    
1911 1916 François Gauthier    
1910 1911 Alec Girard    
1909 1910 Éloi Girard    
1907 1909 J.-B. Gauthier    
1906 1907 Alec Girard    
vers 1890 1906 Ferdinand Gauthier    
vers 1850   P.de Sales Laterrière    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
643 672 727 674 641

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Malbaie Rose des vents
Saint-Hilarion N
O    Saint-Irénée    E
S
Les Éboulements Fleuve Saint-Laurent, Rivière-Ouelle

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le document « Recueil historique de Saint-Irénée » accessible sur le site web de la municipalité.
  2. a et b Municipalité de Saint-Irenée, « Notions d'histoire ».
  3. Léon Gérin, « La famille canadienne-française, sa force, ses faiblesses. Le paysan de Saint-Irénée, hier et aujourd’hui (1931) », La société canadienne-française,‎ (lire en ligne).
  4. Pierre Savard, « GAULDREE-BOILLEAU, Charles-Henri-Philippe, Le paysan de Saint-Irénée », dans Paysans et ouvriers québécois d'autrefois, PUL, (lire en ligne).
  5. Élisabeth Naud, « La villa de Rodolphe Forget : Gil’Mont à Saint-Irénée-les-Bains », Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, vol. 33,‎ (lire en ligne).
  6. Les Éditions de l'Homme, « Jean-Charles Harvey : Résumé de carrière ».
  7. Recueil historique, St-Irénée, site de la municipalité.