Record du monde du 400 mètres haies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Records du monde d'athlétisme.
Record du monde du
400 m haies
Image illustrative de l'article Record du monde du 400 mètres haies
Kevin Young détient depuis 1992 le record du monde masculin du 400 m haies en 46 s 78.
Caractéristiques du record
Discipline 400 mètres haies
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 46 s 78
Titulaire Kevin Young
Drapeau des États-Unis États-Unis
Date du record
Circonstance Jeux olympiques de 1992
Site Stade de Montjuïc
Barcelone
Drapeau de l'Espagne Espagne
Record actuel féminin
Valeur 52 s 34
Titulaire Yuliya Pechonkina
Drapeau de la Russie Russie
Date du record
Circonstance Championnats de Russie
Site
Tula
Drapeau de la Russie Russie

Le premier record du monde du 400 mètres haies homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain Charles Bacon en 1908 avec le temps de 55 s 0. Le premier record mondial féminin est établi en 1974 par la Polonaise Krystyna Kacperczyk en 56 s 51.

Les records du monde de la discipline sont actuellement la propriété de l'Américain Kevin Young qui a établi le temps de 46 s 78 le en finale des Jeux olympiques de Barcelone, en Espagne, et de la Russe Yuliya Pechonkina, créditée de 52 s 34 le à Toula à l'occasion des Championnats de Russie[1].

Record du monde masculin[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier record du monde du 400 mètres haies masculin officiellement reconnu par l'IAAF est celui de l'Américain Charles Bacon le 22 juillet 1908 avec son temps de 55 s 0, établi lors de sa victoire aux Jeux olympiques de 1908, à Londres[2]. Le 16 août 1920, lors des Jeux olympiques d'Anvers, en Belgique, son compatriote Frank Loomis devient champion olympique et nouveau recordman du monde en 54 s 0, avant que le Suédois Sten Pettersson ne réalise 53 s 8 le 4 octobre 1925, à Colombes. À cette époque, les règles interdisent de faire basculer une haie sous peine de disqualification[3]. Le 2 juillet 1927, à Lincoln dans le Nebraska, l'Américain Johnny Gibson (en) établit le temps de 52 s 6 sur 440 yards haies et devient le nouveau détenteur du record mondial, performance améliorée de 6/10e de seconde par son compatriote Morgan Taylor qui réalise le temps de 52 s 0 le 4 juillet 1928 à Philadelphie au cours des sélections olympiques américaines. Le 1er août 1932, en finale des Jeux olympiques à Los Angeles, l'Irlandais Robert Tisdall remporte le titre olympique en 51 s 7, devant l'américain Glenn Hardin en 52 s 0. Mais Tisdall ayant renversé une haie, l'IAAF homologue uniquement la performance d'Hardin qui égale le record du monde de Morgan Taylor[4]. Le 30 juin 1934, à Milwaukee lors des championnats de l'AAU, Glenn Hardin porte le record du monde à 51 s 8, puis l'améliore de plus d'une seconde un mois plus tard, le 26 juillet 1934 à Stockholm en réalisant le temps de 50 s 6.

Le record du monde de Glenn Hardin n'est amélioré que dix-neuf ans plus tard par le Soviétique Yury Lituyev, l'un des premiers athlètes à soutenir un rythme de treize foulées entre les obstacles[5], qui établit le temps de 50 s 4 le 20 septembre 1953 à Budapest. À cette période, le renversement d'une haie n'est plus pénalisé. Le 29 juin 1956, lors des sélections olympiques américaines à Los Angeles, Glenn Davis devient le premier athlète à descendre sous la barrière des 50 secondes en améliorant de près d'une seconde le record du monde de Lituyev avec le temps de 49 s 5. Champion olympique en 1956, il porte son propre record du monde à 49 s 2 le 6 août 1958 à Budapest, avant de conserver son titre olympique en 1960. Le 14 septembre 1962, au cours des championnats d'Europe de Belgrade, l'Italien Salvatore Morale s'impose en 49 s 2 et égale le record du monde de Glenn Davis[6], record qu'améliore l'Américain Rex Cawley le 13 septembre 1964 à Los Angeles en 49 s 1.

John Akii-Bua, premier athlète sous les 48 secondes au 400 m haies.

Le 11 septembre 1968, au cours des sélections olympiques américaines de 1968 se déroulant à Echo Summit (en) en altitude et sur une piste en tartan, l'Américain Geoff Vanderstock devient le premier athlète à courir un 400 m haies en moins de 49 s 0 en s'imposant dans le temps de 48 s 8, soit 3/10e de moins que le temps de Rex Cawley. Le 15 octobre 1968, en finale des Jeux olympiques, profitant de l'altitude et de la piste synthétique du Stade olympique universitaire de Mexico, le Britannique David Hemery remporte la finale du 400 m haies en 48 s 1 et améliore de 7/10e le record du monde de Geoff Vanderstock[7]. Quatre ans plus tard, en finale des Jeux olympiques de 1972 à Munich, le 2 septembre, l'Ougandais John Akii-Bua remporte le titre olympique dans le temps de 47 s 8 et devient le nouveau détenteur du record du monde et le premier athlète à descendre sous les 48 s 0. Il est également officiellement le premier détenteur du record mondial mesuré au centième de seconde, avec son temps de 47 s 82[8].

À partir de la saison 1976, l'Américain Edwin Moses règne sur la discipline et remporte le titre des Jeux olympiques de 1976, le 25 juillet 1976 à Montréal, où il améliore de 19/100e de seconde le record du monde de John Akii-Bua en 47 s 63[9]. Pour la troisième fois consécutive, le record du monde du 400 m haies est battu en finale des Jeux olympiques. Il porte ensuite ce record à 47 s 45 le 11 juin 1977 à Westwood[10], à 47 s 13 le 3 juillet 1980 à Milan[11], et se rapproche des 47 s 0 en établissant le temps 47 s 02 le 31 août 1983 à Coblence. En 1991, le Zambien Samuel Matete se rapproche du record de Moses en courant en 47 s 10 à Zurich[12].

Le 6 août 1992, l'Américain Kevin Young devient le premier athlète à descendre sous les 47 secondes sur 400 m haies en établissant le temps de 46 s 78 à l'occasion de sa victoire en finale des Jeux olympiques de 1992 à Barcelone. Il améliore de 24/100e le record du monde d'Edwin Moses établi onze ans plus tôt, et abaisse de 85/100e son record personnel accompli lors des demi-finales[13]. En 1998, à La Nouvelle-Orléans, l'Américain Bryan Bronson établit la troisième meilleure performance de tous les temps sur 400 m haies en 47 s 03.

Progression[modifier | modifier le code]

21 records du monde masculins ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin[14]
Temps Athlète Date Lieu
Chronométrage manuel
55 s 0 Drapeau : États-Unis Charles Bacon Londres
54 s 0 Drapeau : États-Unis Frank Loomis Anvers
53 s 8 Drapeau : Suède Sten Pettersson Colombes
52 s 6 y[15] Drapeau : États-Unis John Gibson Lincoln
52 s 0 Drapeau : États-Unis Morgan Taylor Philadelphie
52 s 0 Drapeau : États-Unis Glenn Hardin Los Angeles
51 s 8 Drapeau : États-Unis Glenn Hardin Milwaukee
50 s 6 Drapeau : États-Unis Glenn Hardin Stockholm
50 s 4 Drapeau : URSS Yury Lituyev Budapest
49 s 5 Drapeau : États-Unis Glenn Davis Los Angeles
49 s 2 Drapeau : États-Unis Glenn Davis Budapest
49 s 2 Drapeau : Italie Salvatore Morale Belgrade
49 s 1 Drapeau : États-Unis Rex Cawley Los Angeles
48 s 8 Drapeau : États-Unis Geoff Vanderstock Echo Summit
48 s 1 Drapeau : Royaume-Uni David Hemery Mexico
47 s 8 Drapeau : Ouganda John Akii-Bua Munich
Chronométrage électronique
47 s 82 Drapeau : Ouganda John Akii-Bua Munich
47 s 63 Drapeau : États-Unis Edwin Moses Montréal
47 s 45 Drapeau : États-Unis Edwin Moses Westwood
47 s 13 Drapeau : États-Unis Edwin Moses Milan
47 s 02 Drapeau : États-Unis Edwin Moses Coblence
46 s 78 Drapeau : États-Unis Kevin Young Barcelone

Record du monde féminin[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier record du monde du 400 m haies féminin officiellement reconnue par l'IAAF est celui de la Polonaise Krystyna Kacperczyk avec son temps de 56 s 51 établi le 13 juillet 1974 à Augsbourg, en Allemagne. En 1977, le record est porté à 55 s 74 par la Soviétique Tatyana Storozheva, puis à 55 s 63 par l'Est-Allemande Karin Rossley. L'année suivante, Krystyna Kacperczyk s'adjuge de nouveau le record du monde en établissant le temps de 55 s 44 à Berlin, performance améliorée durant l'été 1978 par la Soviétique Tatyana Zelentsova (55 s 31 à Podolsk, puis 54 s 89 à Prague) qui devient la première athlète féminine à descendre sous les 55 secondes. Le 27 juillet 1979 à Moscou, sa compatriote Marina Makeyeva porte le record du monde à 54 s 79, avant que l'Est-allemande Karin Rossley ne le fixe à 54 s 28 le 17 mai 1980 à Iéna. Le 11 juin 1983, à Moscou, la Soviétique Ana Ambrazienė améliore de 26/100e le record du monde de Rossley en établissant le temps de 54 s 02.

Yuliya Pechonkina, actuelle détentrice du record du monde féminin du 400 m haies en 52 s 34.

En 1984, le 400 m haies féminin figure pour la première fois au programme des Jeux olympiques. Quelques semaines avant les Jeux de Los Angeles, la Soviétique Margarita Ponomaryova améliore de 44/100e de seconde le record du monde d'Ana Ambrazienė en étant chronométrée en 53 s 58, le 22 juin 1984 à Kiev, devenant la première femme à descendre sous les 54 secondes. Ce record est porté à 53 s 55 le 22 septembre 1985 à Berlin par l'Est-allemande Sabine Busch, puis à 53 s 32 par la Soviétique Marina Stepanova le 30 août 1986 à l'occasion de sa victoire aux championnats d'Europe de 1986, à Stuttgart. Le 19 septembre 1986, Stepanova est la première à courir un 400 m haies en moins de 53 secondes, en établissant le temps de 52 s 94 à Tachkent.

Le 19 août 1993, au cours des championnats du monde de Stuttgart, la Britannique Sally Gunnell améliore de 20/100e le record mondial de Marina Stepanova en s'imposant en finale dans le temps de 52 s 74[4]. Deux ans plus tard, le 11 août 1995 lors des championnats du monde 1995, à Göteborg, l'Américaine Kim Batten devient la nouvelle détentrice du record du monde en s'adjugeant la médaille d'or dans le temps de 52 s 61. Le 5 août 2003, durant les championnats de Russie de Toula, la Russe Yuliya Pechonkina améliore de 27/100e le record du monde de Kim Batten en le portant à 52 s 34. Depuis, deux athlètes se sont rapprochées de ce record : la Jamaïcaine Melaine Walker (52 s 42 en 2009) et l'Américaine Lashinda Demus (52 s 47 en 2011).

Progression[modifier | modifier le code]

16 records du monde féminins ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[16]
Temps Athlète Date Lieu
56 s 51 Drapeau : Pologne Krystyna Kacperczyk Augsbourg
55 s 74 Drapeau : URSS Tatyana Storozheva Chemnitz
55 s 63 Drapeau : Allemagne de l'Est Karin Rossley Helsinki
55 s 44 Drapeau : Pologne Krystyna Kacperczyk Berlin
55 s 31 Drapeau : URSS Tatyana Zelentsova Podolsk
54 s 89 Drapeau : URSS Tatyana Zelentsova Prague
54 s 78 Drapeau : URSS Marina Makeyeva Moscou
54 s 28 Drapeau : Allemagne de l'Est Karin Rossley Iéna
54 s 02 Drapeau : URSS Ana Ambrazienė Moscou
53 s 58 Drapeau : URSS Margarita Ponomaryova Kiev
53 s 55 Drapeau : Allemagne de l'Est Sabine Busch Berlin
53 s 32 Drapeau : URSS Marina Stepanova Stuttgart
52 s 94 Drapeau : URSS Marina Stepanova Tachkent
52 s 74 Drapeau : Royaume-Uni Sally Gunnell Stuttgart
52 s 61 Drapeau : États-Unis Kim Batten Göteborg
52 s 34 Drapeau : Russie Yuliya Pechonkina Toula

Meilleures performances mondiales en salle[modifier | modifier le code]

Le 400 m haies est disputé pour la première fois en salle en 2004 à Mondeville, mais le record du monde en salle n'est pas reconnu par l'IAAF. Les meilleures performances de tous les temps sont établies par le Dominicain Félix Sánchez, auteur de 48 s 78 le 18 février 2012 à Val-de-Reuil, et par l'Américaine Sheena Tosta, créditée de 56 s 41 le 12 février 2011, toujours à Val-de-Reuil[17]

Autres catégories d'âge[modifier | modifier le code]

Les records du monde juniors du 400 m haies sont actuellement détenus par l'Américain Danny Harris, auteur de 48 s 02 le 17 juin 1984 à Los Angeles, et par la Chinoise Xing Wang, créditée de 54 s 40 le 21 octobre 2005 à Nankin[18].

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété du Sud-africain L. J. van Zyl (48 s 89 le 19 juillet 2002 à Kingston) et de l'Américaine Leslie Maxie (55 s 20 le 9 juin 1984 à San José)[19].

Hommes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : États-Unis Danny Harris 48 s 02 17 juin 1984 Los Angeles
Meilleure performance mondiale cadet Drapeau : Afrique du Sud L. J. van Zyl 48 s 89 19 juillet 2002 Kingston
Femmes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : République populaire de Chine Xing Wang 54 s 40 21 octobre 2005 Nankin
Meilleure performance mondiale cadet Drapeau : États-Unis Leslie Maxie 55 s 20 9 juin 1984 San José

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Records du monde du 400 m haies », sur iaaf.org (consulté le 12 décembre 2011)
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 480.
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 483.
  4. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 484.
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 487.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 492.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 495.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 499.
  9. (en) « Athletics at the 1976 Montréal Summer Games:Men's 400 metres Hurdles », sur sports-reference.com (consulté le 7 février 2016)
  10. (en) Leonard Koppett, « Moses Sets World 400 Hurdles Mark; Moses Sets World Mark In Hurdles », sur nytimes.com,‎ (consulté le 17 mai 2013)
  11. (en) Frank Litski, « Moses Lowers Hurdles Record; One Loss Since Olympics More Demanding Than 400 Moses Sets 47.13 Mark In Hurdles », sur nytimes.com,‎ (consulté le 17 mai 2013)
  12. (en) « 400 m hurdles All Time », sur iaaf.org,‎
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 511.
  14. (en)« Progression du record du monde masculin du 400 m haies masculin », sur IAAF Statistics Handbook, Moscow 2013, iaaf.org, p. 631 (consulté le 7 février 2016)
  15. "y" : 440 yards haies
  16. (en)« Progression du record du monde féminin du 400 m haies masculin », sur IAAF Statistics Handbook, Moscow 2013, iaaf.org, p. 751 (consulté le 7 février 2016)
  17. (en) « 400 m haies en salle - Meilleures performances », sur 4hindoor.fr (consulté le 7 février 2016)
  18. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 6 février 2016)
  19. (en) « Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva,‎ , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]