Record du monde du 5 000 mètres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Records du monde d'athlétisme.

Record du monde du
5 000 m
Image illustrative de l’article Record du monde du 5 000 mètres
Tirunesh Dibaba en 2008 à Oslo lors de son record du monde du 5 000 m.
Caractéristiques du record
Discipline 5 000 mètres
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 12 min 37 s 35
Titulaire Kenenisa Bekele
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Date du record
Circonstance Fanny Blankers-Koen Games
Site Fanny Blankers-Koen Stadion
Hengelo
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Record actuel féminin
Valeur 14 min 11 s 15
Titulaire Tirunesh Dibaba
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Date du record
Circonstance Bislett Games
Site Stade du Bislett
Oslo
Drapeau de la Norvège Norvège

Les records du monde du 5 000 mètres sont actuellement détenus par l'Éthiopien Kenenisa Bekele avec le temps de 12 min 37 s 35, établi le lors du meeting des Fanny Blankers-Koen Games, à Hengelo aux Pays-Bas, et par sa compatriote Tirunesh Dibaba, créditée de 14 min 11 s 15 le lors des Bislett Games d'Oslo, en Norvège[1].

Le premier record du monde du 5 000 m homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui du Finlandais Hannes Kolehmainen en 1912 avec le temps de 14 min 36 s 6. Le Suédois Gunder Hägg est le premier à descendre sous les quatorze minutes (en 1942), le Marocain Saïd Aouita le premier sous les treize minutes (en 1987).

En 1981, la Britannique Paula Fudge devient officiellement la première détentrice du record mondial féminin en 15 min 14 s 51, la Norvégienne Ingrid Kristiansen étant la première à réaliser un temps inférieur à quinze minutes (en 1984).

Les records du monde en salle du 5 000 m appartiennent à Kenenisa Bekele (12 min 49 s 60 le 20 février 2004 à Birmingham) et à sa compatriote Genzebe Dibaba (14 min 18 s 86 le 19 février 2015 à Stockholm).

Record du monde masculin[modifier | modifier le code]

Premiers records[modifier | modifier le code]

Le premier record du monde masculin du 5 000 mètres homologué par l'IAAF est celui du Finlandais Hannes Kolehmainen avec son temps de 14 min 36 s 6 établi le 10 juin 1912 à Stockholm. Ce record est amélioré dix ans plus tard par son compatriote Paavo Nurmi : une première fois le 12 septembre 1922 à Stockholm, et une seconde fois le 19 juin 1924 à Helsinki[2].

Le 19 juin 1932, au terme d'un duel avec Volmari Iso-Hollo, l'autre Finlandais Lauri Lehtinen retranche près de onze secondes au record du monde de Paavo Nurmi en établissant la marque de 14 min 17 s 0 à Helsinki. Le 16 juin 1939, toujours à Helsinki, son compatriote Taisto Mäki, qui détiendra également le record du monde du 10 000 m, s'approprie celui du 5 000 m dans le temps de 14 min 8 s 8, améliorant de près de neuf secondes la performance de Taisto Mäki[3].

Le 20 septembre 1942, le Suédois Gunder Hägg devient le premier athlète à descendre sous les quatorze minutes sur 5 000 m en parcourant la distance en 13 min 58 s 2 à Göteborg.

D'Emil Zátopek à Volodymyr Kuts[modifier | modifier le code]

Volodymyr Kuts établit quatre records du monde du 5 000 m de 1954 à 1957.

Le record du monde de Gunder Hägg n'est battu que douze ans plus tard, le 30 mai 1954 à Paris, par le Tchécoslovaque Emil Zátopek, qui détiendra au cours de sa carrière de multiples records du monde dans les épreuves de course de fond, notamment ceux de l'heure et du 10 000 m, qui établit le temps de 13 min 57 s 2[4].

Le 29 août 1954, à l'occasion de sa victoire aux championnats d'Europe de Berne, le Soviétique Volodymyr Kuts porte ce record à 13 min 56 s 6, performance améliorée de près de cinq secondes le 13 octobre 1954 par le Britannique Christopher Chataway qui parcourt la distance en 13 min 51 s 6 à Londres. Dix jours plus tard, le 23 octobre 1954 à Prague, Volodymyr Kuts s'attribue de nouveau le record mondial en 13 min 51 s 2. Le Hongrois Sándor Iharos, qui sera également détenteur des records du monde du 1 500 m et du 3 000 m, améliore celui du 5 000 m en établissant le temps de 13 min 50 s 8 le 10 septembre 1955 à Budapest. Volodymyr Kuts reprend le record le 18 septembre 1955 à Belgrade en 13 min 46 s 8, avant que Sándor Iharos ne le fixe à 13 min 40 s 6 le 23 septembre 1955 à Budapest[5]. En un an à peine, le record de Gunder Hägg, qui tenait depuis 1942, a été amélioré de 17 s 6.

Le 19 juin 1956, le Britannique Gordon Pirie devient le nouveau détenteur du record du monde avec le temps de 13 min 36 s 8, établi le 19 juin 1956 à Bergen. Le 13 octobre 1957, Volodymyr Kuts, qui a réalisé le doublé 5 000 m/10 000 m lors des Jeux olympiques de 1956, à Melbourne, établit le quatrième record du monde du 5 000 m de sa carrière, le 13 octobre 1957 à Rome, en 13 min 35 s 0.

De Ron Clarke à Saïd Aouita[modifier | modifier le code]

Kip Keino améliore le record du monde du 5 000 m en 1965.

L'Australien Ron Clarke, qui détient depuis 1963 le record du monde 10 000 m, se distingue en 1965 en améliorant par trois fois celui du 5 000 m. Le 16 janvier, à Hobart sur une piste en herbe[6], il établit le temps de 13 min 34 s 8 et bat de 2/10e de seconde le record du monde de Volodymyr Kuts datant de 1957. Le 1er février, à Auckland, il porte son propre record à 13 min 33 s 6, puis l'améliore de près de huit secondes le 4 juin à Los Angeles en parcourant la distance en 13 min 25 s 8. Le 30 novembre 1965, à Auckland, le Kényan Kip Keino s'empare du record mondial en 13 min 24 s 2, mais dès l'année suivante, le 5 juillet 1966 à Stockholm, Ron Clarke établit le quatrième record du monde du 5 000 m de sa carrière en 13 min 16 s 6, améliorant de plus de sept secondes le temps de Kip Keino[7].

Le 14 septembre 1972, le Finlandais Lasse Virén, qui a réalisé le doublé 5 000 m/10 000 m lors des Jeux olympiques de 1972 et qui détient le record du monde du 10 000 m, améliore de 2/10e de seconde le record mondial du 5 000 m de Ron Clarke en le portant à 13 min 16 s 4 à Helsinki[8]. Mais moins d'une semaine plus tard, le 20 septembre 1972 au Stade du Heysel de Bruxelles, le Belge Emiel Puttemans retranche près de trois secondes au record de Lasse Virén en parcourant le distance en 13 min 13 s 0.

Le record d'Emiel Puttemans est battu par le Néo-Zélandais Dick Quax, auteur de 13 min 12 s 9 le 5 juillet 1977 à Stockholm[9], record amélioré de près de quatre secondes par le Kényan Henry Rono qui établit le temps de 13 min 8 s 4 le 8 avril 1978 à Berkeley en Californie. Le 13 septembre 1981, Henry Rono devient officiellement le premier détenteur du record du monde du 5 000 m mesuré électroniquement, en réalisant le temps de 13 min 6 s 20 à Narvik en Norvège. Le 7 juillet 1982, lors des Bislett Games d'Oslo, le Britannique David Moorcroft améliore de près de six secondes le record du monde du Kényan en le portant à 13 min 0 s 41[10].

Le 22 juillet 1985, le Marocain Saïd Aouita améliore d'un centième de seconde le record du monde de David Moorcroft en réalisant 13 min 0 s 40 à Oslo au cours des Bislett Games. Le 27 juillet 1987, lors du Golden Gala de Rome, il devient le premier athlète à descendre sous les treize minutes sur 5 000 m en accomplissant le temps de 12 min 58 s 39, quelques jours avant son titre de champion du monde[11].

De Haile Gebreselassie à Kenenisa Bekele[modifier | modifier le code]

Kenenisa Bekele, actuel détenteur du record du monde du 5 000 m en 12 min 37 s 35.

L'Éthiopien Haile Gebreselassie retranche plus d'une seconde au record du monde de Saïd Aouita, le 4 juin 1994, au cours du meeting Adriaan Paulen Memorial d'Hengelo aux Pays-Bas, en parcourant la distance en 12 min 56 s 96. Dépossédé de ce record par le Kényan Moses Kiptanui, qui réalise 12 min 55 s 30 le 6 juin 1995 à Rome, Haile Gebreselassie améliore de près de onze secondes le temps du Kényan, le 16 août 1995 lors du meeting de Zurich, en fixant la meilleure marque mondiale à 12 min 44 s 39[12]. Le 13 août 1997, toujours à Zurich, il porte ce record à 12 min 41 s 86 avant que le Kényan Daniel Komen ne l'améliore de près de deux secondes, quelques jours plus tard le 22 août 1997 au cours du Memorial Van Damme de Bruxelles, en 12 min 39 s 74. Gebreselassie, qui battra également à plusieurs reprises le record du monde du 10 000 m, établit le quatrième record du monde de sa carrière sur 5 000 m en signant le temps de 12 min 39 s 36 le 13 juin 1998 à Helsinki[13].

Le 31 mai 2004, lors du meeting des FBK-Games, à Hengelo, l'Éthiopien Kenenisa Bekele améliore de près de deux secondes le record du monde de son compatriote Haile Gebreselassie en le portant à 12 min 37 s 35[14].

Progression du record du monde[modifier | modifier le code]

35 records du monde masculins du 5 000 m ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin[15]
Temps Athlète Date Lieu
Chronométrage manuel
14 min 36 s 6 Drapeau : Finlande Hannes Kolehmainen Stockholm
14 min 35 s 4 Drapeau : Finlande Paavo Nurmi Stockholm
14 min 28 s 2 Drapeau : Finlande Paavo Nurmi Helsinki
14 min 17 s 0 Drapeau : Finlande Lauri Lehtinen Helsinki
14 min 08 s 8 Drapeau : Finlande Taisto Mäki Helsinki
13 min 58 s 2 Drapeau : Suède Gunder Hägg Göteborg
13 min 57 s 2 Drapeau : Tchécoslovaquie Emil Zátopek Paris
13 min 56 s 6 Drapeau : URSS Vladimir Kuts Berne
13 min 51 s 6 Drapeau : Royaume-Uni Chris Chataway Londres
13 min 51 s 2 Drapeau : URSS Vladimir Kuts Prague
13 min 50 s 8 Drapeau : République populaire de Hongrie Sándor Iharos Budapest
13 min 46 s 8 Drapeau : URSS Vladimir Kuts Belgrade
13 min 40 s 6 Drapeau : République populaire de Hongrie Sándor Iharos Budapest
13 min 36 s 8 Drapeau : Royaume-Uni Gordon Pirie Bergen
13 min 35 s 0 Drapeau : URSS Vladimir Kuts Rome
13 min 34 s 8 Drapeau : Australie Ron Clarke Hobart
13 min 33 s 6 Drapeau : Australie Ron Clarke Auckland
13 min 25 s 8 Drapeau : Australie Ron Clarke Compton
13 min 24 s 2 Drapeau : Kenya Kipchoge Keino Auckland
13 min 16 s 6 Drapeau : Australie Ron Clarke Stockholm
13 min 16 s 4 Drapeau : Finlande Lasse Virén Helsinki
13 min 13 s 0 Drapeau : Belgique Emiel Puttemans Bruxelles
13 min 12 s 9[16] Drapeau : Nouvelle-Zélande Dick Quax Stockholm
13 min 08 s 4 Drapeau : Kenya Henry Rono Berkeley
Chronométrage électronique
13 min 6 s 20 Drapeau : Kenya Henry Rono Narvik
13 min 00 s 41 Drapeau : Royaume-Uni David Moorcroft Oslo
13 min 00 s 40 Drapeau : Maroc Saïd Aouita Oslo
12 min 58 s 39 Drapeau : Maroc Saïd Aouita Rome
12 min 56 s 96 Drapeau : Éthiopie Haile Gebreselassie Hengelo
12 min 55 s 30 Drapeau : Kenya Moses Kiptanui Rome
12 min 44 s 39 Drapeau : Éthiopie Haile Gebreselassie Zurich
12 min 41 s 86 Drapeau : Éthiopie Haile Gebreselassie Zurich
12 min 39 s 74 Drapeau : Kenya Daniel Komen Bruxelles
12 min 39 s 36 Drapeau : Éthiopie Haile Gebreselassie Helsinki
12 min 37 s 35 Drapeau : Éthiopie Kenenisa Bekele Hengelo

Record du monde féminin[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La performance de 15 min 14 s 51 établie par la Britannique Paula Fudge constitue le premier record du monde féminin du 5 000 m homologué par l'IAAF. En 1982, le record est porté à 15 min 13 s 22 par la Néo-Zélandaise Anne Audain, le 17 mars à Auckland, puis à 15 min 8 s 26 par l'Américaine Mary Decker-Slaney le 5 juillet à Eugene. Le 28 juin 1984, à Oslo, la Norvégienne Ingrid Kristiansen améliore de près de dix secondes le record du monde de Mary Decker-Slaney et devient à cette occasion la première athlète féminine à couvrir un 5 000 m en moins de quinze minutes, en signant le temps de 14 min 58 s 89[17]. Ce record est amélioré de près de dix secondes le 26 août 1985 à Londres par la Britannique Zola Budd en 14 min 48 s 07, avant qu'Ingrid Kristiansen ne reprenne son bien en établissant le temps de 14 min 37 s 33 le 5 août 1986 à Stockholm.

Meseret Defar établit deux records du monde du 5 000 m, en 2006 et 2007.

Le 22 juillet 1995, à Hechtel-Eksel, la Portugaise Fernanda Ribeiro améliore de près d'une seconde le record du monde d'Ingrid Kristiansen en 14 min 36 s 45. Ce record est battu à deux reprises en 1997 à Shanghai par deux Chinoises : Dong Yanmei le 21 octobre en 14 min 31 s 27, puis Jiang Bo le 23 octobre en 14 min 28 s 09[18].

La Turque Elvan Abeylegesse devient la nouvelle détentrice du record du monde du 5 000 m le 11 juin 2004 à Bergen en parcourant la distance en 14 min 24 s 68. Ce record est amélioré à deux reprises par l'Éthiopienne Meseret Defar : une première fois le 3 juin 2006 à New York en 14 min 23 s 53, et une seconde fois le 15 juin 2007 à Oslo en 14 min 16 s 63[19].

Le 6 juin 2008, lors des Bislett Games, à Oslo, l'Éthiopienne Tirunesh Dibaba améliore de plus de quatre secondes le record du monde de sa compatriote Meseret Defar en le portant à 14 min 11 s 15[20].

Progression[modifier | modifier le code]

13 records du monde féminins du 5 000 m ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[21]
Temps Athlète Date Lieu
15 min 14 s 51 Drapeau : Royaume-Uni Paula Fudge Knarvik
15 min 13 s 22 Drapeau : Nouvelle-Zélande Anne Audain Auckland
15 min 08 s 26 Drapeau : États-Unis Mary Decker-Slaney Eugene
14 min 58 s 89 Drapeau : Norvège Ingrid Kristiansen Oslo
14 min 48 s 07 Drapeau : Royaume-Uni Zola Budd Londres
14 min 37 s 33 Drapeau : Norvège Ingrid Kristiansen Stockholm
14 min 36 s 45 Drapeau : Portugal Fernanda Ribeiro Hechtel
14 min 31 s 27 Drapeau : République populaire de Chine Dong Yanmei Shanghai
14 min 28 s 09 Drapeau : République populaire de Chine Jiang Bo Shanghai
14 min 24 s 68 Drapeau : Turquie Elvan Abeylegesse Bergen
14 min 24 s 53 Drapeau : Éthiopie Meseret Defar New York
14 min 16 s 63 Drapeau : Éthiopie Meseret Defar Oslo
14 min 11 s 15 Drapeau : Éthiopie Tirunesh Dibaba Oslo

Records du monde en salle[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

6 records du monde en salle masculins du 5 000 m ont été homologués par l'IAAF.

Progression du record du monde masculin en salle[22]
Temps Athlète Date Lieu
13 min 20 s 4 Drapeau : Tanzanie Suleiman Nyambui New York
13 min 10 s 98 Drapeau : Éthiopie Haile Gebrselassie Sindelfingen
12 min 59 s 04 Drapeau : Éthiopie Haile Gebrselassie Stockholm
12 min 51 s 48 Drapeau : Kenya Daniel Komen Stockholm
12 min 50 s 38 Drapeau : Éthiopie Haile Gebrselassie Birmingham
12 min 49 s 60 Drapeau : Éthiopie Kenenisa Bekele Birmingham

Femmes[modifier | modifier le code]

10 records du monde en salle féminins du 5 000 m ont été homologués par l'IAAF.

Progression du record du monde féminin en salle[23]
Temps Athlète Date Lieu
15 min 34 s 5 Drapeau : États-Unis Margaret Groos Blacksburg
15 min 17 s 28 Drapeau : Irlande Sonia O'Sullivan Boston
15 min 13 s 72 Drapeau : Allemagne Uta Pippig Stuttgart
15 min 3 s 17 Drapeau : Royaume-Uni Liz McColgan Birmingham
14 min 47 s 35 Drapeau : Roumanie Gabriela Szabo Dortmund
14 min 39 s 29 Drapeau : Éthiopie Berhane Adere Stuttgart
14 min 32 s 93 Drapeau : Éthiopie Tirunesh Dibaba Boston
14 min 27 s 42 Drapeau : Éthiopie Tirunesh Dibaba Boston
14 min 24 s 37 Drapeau : Éthiopie Meseret Defar Stockholm
14 min 18 s 86 Drapeau : Éthiopie Genzebe Dibaba Stockholm

Autres catégories d'âge[modifier | modifier le code]

Hagos Gebrhiwet détient le record du monde junior du 5 000 m en 12 min 47 s 53.

Les records du monde juniors du 5 000 m sont actuellement détenus par l'Éthiopien Hagos Gebrhiwet, auteur de 12 min 47 s 53 le 6 juillet 2012 à Saint-Denis lors du Meeting Areva, et par sa compatriote Tirunesh Dibaba, créditée de 14 min 30 s 88 le 11 juin 2004 à Bergen[24]. Les records du monde juniors en salle sont détenus par le Kényan Isaiah Koech en 12 min 53 s 29 (2011) et par Tirunesh Dibaba en 14 min 53 s 99 (2004).

Hommes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : Éthiopie Hagos Gebrhiwet 12 min 47 s 53 6 juillet 2012 Saint-Denis
Record du monde junior en salle Drapeau : Kenya Isaiah Koech 12 min 53 s 29 11 février 2011 Düsseldorf
Femmes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : Éthiopie Tirunesh Dibaba 14 min 30 s 88 11 juin 2004 Bergen
Record du monde junior en salle Drapeau : Éthiopie Tirunesh Dibaba 14 min 53 s 99 31 janvier 2004 Boston

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Records du monde du 5 000 m », sur iaaf.org (consulté le 16 décembre 2011)
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 327.
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 332.
  4. Parienté et Billouin 2003, p. 336.
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 339.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 344.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 346.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 354.
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 360.
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 366.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 368.
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 375.
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 376.
  14. (en) « Bekele takes two seconds off World 5000m record », sur iaaf.org, (consulté le 28 février 2016)
  15. [PDF] Progression du record du monde du 5 000 m masculin, www.iaaf.org, p.628, consulté le 15 février 2016
  16. 13 min 12 s 87 au chronométrage électronique
  17. Parienté et Billouin 2003, p. 907.
  18. Parienté et Billouin 2003, p. 908.
  19. (en) « Defar slashes World 5000m record in Oslo - IAAF Golden League », sur iaaf.org, (consulté le 28 février 2016)
  20. (en) « Dibaba’s World record and Kaki’s World Junior mark leaves Oslo in awe - ÅF Golden League », sur iaaf.org, (consulté le 28 février 2016)
  21. [PDF] Progression du record du monde du 5 000 m féminin, www.iaaf.org, p.750, consulté le 15 février 2016
  22. [PDF] Progression du record du monde masculin en salle du 5 000 m, www.iaaf.org, p.294, consulté le 15 février 2016
  23. [PDF] Progression du record du monde féminin en salle du 5 000 m, www.iaaf.org, p. 339, consulté le 15 février 2016
  24. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]