Record du monde du 1 500 mètres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Records du monde d'athlétisme.
Record du monde du
1 500 m
Image illustrative de l'article Record du monde du 1 500 mètres
Hicham El Guerrouj détient depuis 1998 le record du monde du 1 500 m avec le temps de min 26 s 00.
Caractéristiques du record
Discipline 1 500 mètres
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur min 26 s 00
Titulaire Hicham El Guerrouj
Drapeau du Maroc Maroc
Date du record
Circonstance Golden Gala
Site Stade olympique
Rome
Drapeau de l'Italie Italie
Record actuel féminin
Valeur min 50 s 07
Titulaire Genzebe Dibaba
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Date du record
Circonstance Meeting Herculis
Site Stade Louis-II
Monaco
Drapeau de Monaco Monaco

Les records du monde du 1 500 mètres sont actuellement détenus par le Marocain Hicham El Guerrouj avec le temps de min 26 s 00, établi le lors du meeting Golden Gala de Rome en Italie, et par l'Éthiopienne Genzebe Dibaba, créditée de min 50 s 07 le lors du Meeting Herculis, de Monaco[1].

Le premier record du monde du 1 500 m homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain Abel Kiviat en 1912 avec le temps de min 55 s 8. En 1967, la Britannique Anne Smith devient officiellement la première détentrice du record mondial féminin avec min 17 s 3.

Les records du monde en salle du 1 500 m appartiennent également à Hicham El Guerrouj (min 31 s 18 le 2 février 1997 à Stuttgart) et à Genzebe Dibaba (min 55 s 17 le 1er février 2014 à Karlsruhe).

Record du monde masculin[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La première performance homologuée par l'IAAF est celle de l'Américain Abel Kiviat qui signe le temps de min 55 s 8 le 8 juin 1912 à Cambridge dans le Massachusetts. Le 5 août 1917, le Suédois John Zander porte ce record à min 54 s 7 et le 19 juin 1924, le Finlandais Paavo Nurmi améliore de près de deux secondes ce temps en fixant le record mondial à min 52 s 6[2]. Le 11 septembre 1926, l'Allemand Otto Peltzer bat le record mondial de Nurmi en établissant le temps de min 52 s 6 à Helsinki. Six ans plus tard, le Français Jules Ladoumègue devient le premier athlète à descendre sous les 3 minutes 50 secondes le 5 octobre 1930 à Paris en min 49 s 2, améliorant de près de deux secondes le record du monde de Peltzer. En 1933, l'Italien Luigi Beccali améliore à deux reprises le record du monde : min 49 s 2 le 9 septembre lors des Jeux mondiaux universitaires de Turin, puis min 49 s 0 le 17 octobre à Milan[3]. L'Américain Bill Bonthron réalise une nouvelle meilleure marque mondiale le 30 juin 1934 au cours des championnats des États-Unis de Milwaukee en min 48 s 8, performance améliorée d'une seconde le 6 août 1936 à Berlin en finale des Jeux olympiques par le Néo-zélandais Jack Lovelock (min 47 s 8)[4].

Durant la Seconde Guerre mondiale la rivalité des Suédois Gunder Hägg et Arne Andersson donne lieu à plusieurs records du monde sur 1 500 m. Le 10 août 1941 à Stockholm, Gunder Hägg améliore de 3/10e de seconde le record mondial de Jack Lovelock en min 47 s 5 avant de le porter à min 45 s 8 le 17 juillet 1942, toujours à Stockholm. Le 17 août 1943, Arne Andersson devient le nouveau détenteur du record du monde en s'imposant à Göteborg en min 44 s 9, mais Hägg reprend son bien en juillet 1944 en signant le temps de min 43 s 0[5]. Ce record du monde sera égalé par deux athlètes : l'autre Suédois Lennart Strand le 15 juillet 1947, et l'Allemand Werner Lueg le 29 juin 1952.

Le 4 juin 1954, dans le cadre d'un mile à Compton, l'Américain Wes Santee passe aux 1 500 m en min 42 s 8 et améliore de 2/10e le précédent record mondial. Deux semaines plus tard, à Turku en Finlande, toujours sur le mile, l'Australien John Landy porte le record du monde du 1 500 m à min 41 s 8. Le 28 juillet 1955, à Helsinki, le Hongrois Sándor Iharos abaisse d'une seconde ce record en min 40 s 8, performance égalée dans la même course par son compatriote László Tábori et le Danois Gunnar Nielsen, le 6 septembre 1955 à Oslo[6]. Le 3 août 1956, à Tata, l'autre hongrois István Rózsavölgyi s'assure le record mondial en min 40 s 6.

Les Finlandais Olavi Salsola (à gauche) et Olavi Salonen (à droite) lors de leur record du monde, en 1957 à Turku.

Le 11 juillet 1957, à Turku, les Finlandais Olavi Salsola et Olavi Salonen établissent conjointement un nouveau record du monde du 1 500 m en coupant la ligne en min 40 s 2[7]. Dans cette course, l'autre finlandais Olavi Vuorisalo, troisième en min 40 s 3, réalise également une performance inférieure à l'ancien record mondial d'István Rózsavölgyi. Dès le lendemain, le 12 juillet 1957 à Stará Boleslav, le Tchécoslovaque Stanislav Jungwirth améliore de près de deux secondes le record du monde des deux Finlandais en établissant le temps de min 38 s 1[7].

Âgé de vingt ans seulement, l'Australien Herb Elliott devient le nouveau détenteur du record du monde le 28 août 1958, à Göteborg en Suède, en parcourant la distance en min 36 s 0, soit plus de deux secondes de mieux que l'ancienne meilleure marque mondiale de Jungwirth. Herb Elliott améliore son propre record du monde en finale des Jeux olympiques d'été de 1960, à Rome, en s'imposant dans le temps de min 35 s 6 après avoir couvert le dernier kilomètre en min 22 s[8]. Le 8 juillet 1967, lors du match États-Unis/Commonwealth disputé à Los Angeles, l'Américain Jim Ryun devance le Kényan Kip Keino et remporte la course en signant un nouveau record du monde en min 33 s 1[9].

Le 2 février 1974, à l'occasion des Jeux du Commonwealth britannique de Christchurch en Nouvelle-Zélande, le Tanzanien Filbert Bayi remporte la médaille d'or du 1 500 m et améliore de près d'une seconde le record du monde de Jim Ryun en le portant à min 32 s 2, et en devançant le Néo-zélandais John Walker (min 32 s 5)[10]. Le record mondial de Bayi est amélioré d'un centième de seconde en min 32 s 1 (min 32 s 03 au chronométrage électronique) le 15 août 1979 par le Britannique Sebastian Coe à l'occasion du meeting Weltklasse de Zurich. Durant l'été 1980, son compatriote Steve Ovett égale le record du monde de Coe, le 15 juillet, en min 32 s 1 à Oslo, puis porte celui-ci à min 31 s 36, le 27 août à Coblence, établissant le premier record au chronométrage électronique[11]. Le 28 août 1983, à Cologne, l'Américain Sydney Maree porte le record du monde à min 31 s 24, mais une semaine plus tard, à Rieti, Steve Ovett reprend son bien en établissant le temps de min 30 s 77.

Steve Cram, premier sous les min 30 s.

La Britannique Steve Cram établit un nouveau record du monde du 1 500 m, le 16 juillet 1985 à Nice, en min 29 s 67, devenant à cette occasion le premier athlète à descendre sous les 3 minutes 30 secondes[12]. Ce record est amélioré quelques semaines plus tard, le 23 août à Berlin, par le Marocain Saïd Aouita, champion olympique du 5 000 m en 1984, qui parcourt la distance en min 29 s 46. Le 6 septembre 1992, à Rieti, l'Algérien Noureddine Morceli, champion du monde du 1 500 m en 1991, améliore de 62/100e de seconde le record mondial de Saïd Aouita en le portant à min 28 s 86. Le 12 juillet 1995 à Nice, Morceli abaisse de près d'une seconde et demie son propre record du monde en établissant le temps de min 27 s 37 après avoir parcouru le dernier tour de piste en 53 s 8[13]. Quelques jours plus tard, à Monaco, il frôle son nouveau record en min 27 s 52.

Le 14 juillet 1998, lors du meeting Golden Gala de Rome, le Marocain Hicham El Guerrouj s'empare du record du monde du 1 500 m. Après un premier 400 m couvert en 54 s 17 par son compatriote Adil Elkaouche, le second lièvre de la course, le Kényan Noah Ngeny, atteint les 800 m en 1 min 50 s 70, avant de passer à la cloche en 2 min 32 s 73. Le Marocain porte alors une attaque à l'avant dernier virage, poursuivant son accélération jusqu'à la dernière ligne droite. Crédité de 3 min 26 s 00, il améliore par la marge de 1 s 37 le record mondial de Noureddine Morceli[14].

Progression[modifier | modifier le code]

38 records du monde masculins ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin[15]
Temps Athlète Date Lieu
Chronométrage manuel
3 min 55 s 8 Drapeau : États-Unis Abel Kiviat 08/06/1912 Cambridge
3 min 54 s 7 Drapeau : Suède John Zander 05/08/1917 Stockholm
3 min 52 s 6 Drapeau : Finlande Paavo Nurmi 19/06/1924 Helsinki
3 min 51 s 0 Drapeau : Allemagne Otto Peltzer 11/09/1926 Berlin
3 min 49 s 2 Drapeau : France Jules Ladoumègue 05/10/1930 Paris
3 min 49 s 2 Drapeau : Italie Luigi Beccali 09/09/1933 Turin
3 min 49 s 0 Drapeau : Italie Luigi Beccali 17/10/1933 Milan
3 min 48 s 8 Drapeau : États-Unis Bill Bonthron 30/06/1934 Milwaukee
3 min 47 s 8 Drapeau : Nouvelle-Zélande Jack Lovelock 06/08/1936 Berlin
3 min 47 s 5 Drapeau : Suède Gunder Hägg 10/08/1941 Stockholm
3 min 45 s 8 Drapeau : Suède Gunder Hägg 17/07/1942 Stockholm
3 min 44 s 9 Drapeau : Suède Arne Andersson 17/08/1943 Göteborg
3 min 43 s 0 Drapeau : Suède Gunder Hägg 07/07/1944 Göteborg
3 min 43 s 0 Drapeau : Suède Lennart Strand 15/07/1947 Malmö
3 min 43 s 0 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Werner Lueg 29/06/1952 Berlin
3 min 42 s 8[16] Drapeau : États-Unis Wes Santee 04/06/1954 Compton
3 min 41 s 8[16] Drapeau : Australie John Landy 21/06/1954 Turku
3 min 40 s 8 Drapeau : République populaire de Hongrie Sándor Iharos 28/07/1955 Helsinki
3 min 40 s 8 Drapeau : République populaire de Hongrie László Tábori 06/09/1955 Oslo
3 min 40 s 8 Drapeau : Danemark Gunnar Nielsen 06/09/1955 Oslo
3 min 40 s 6 Drapeau : République populaire de Hongrie István Rózsavölgyi 03/08/1956 Tata
3 min 40 s 2 Drapeau : Finlande Olavi Salsola 11/07/1957 Turku
3 min 40 s 2 Drapeau : Finlande Olavi Salonen 11/07/1957 Turku
3 min 38 s 1 Drapeau : Tchécoslovaquie Stanislav Jungwirth 12/07/1957 Stara Boleslav
3 min 36 s 0 Drapeau : Australie Herb Elliott 28/08/1958 Göteborg
3 min 35 s 6 Drapeau : Australie Herb Elliott 06/09/1960 Rome
3 min 33 s 1 Drapeau : États-Unis Jim Ryun 08/07/1967 Los Angeles
3 min 32 s 2[17] Drapeau : Tanzanie Filbert Bayi 02/02/1974 Christchurch
3 min 32 s 1[18] Drapeau : Royaume-Uni Sebastian Coe 15/08/1979 Zurich
3 min 32 s 1[19] Drapeau : Royaume-Uni Steve Ovett 15/07/1980 Oslo
Chronométrage électronique
3 min 31 s 36 Drapeau : Royaume-Uni Steve Ovett 27/08/1980 Coblence
3 min 31 s 24 Drapeau : États-Unis Sydney Maree 28/08/1983 Cologne
3 min 30 s 77 Drapeau : Royaume-Uni Steve Ovett 04/09/1983 Rieti
3 min 29 s 67 Drapeau : Royaume-Uni Steve Cram 16/07/1985 Nice
3 min 29 s 46 Drapeau : Maroc Saïd Aouita 23/08/1985 Berlin
3 min 28 s 86 Drapeau : Algérie Noureddine Morceli 06/09/1992 Rieti
3 min 27 s 37 Drapeau : Algérie Noureddine Morceli 12/07/1995 Nice
3 min 26 s 00 Drapeau : Maroc Hicham El Guerrouj 14/07/1998 Rome

Record du monde féminin[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier record du monde féminin du 1 500 m validé par l'IAAF est établi par la Britannique Anne Smith, le 3 juin 1967 à Chiswick, qui dans le cadre d'un Mile, passe en min 17 s 3 aux 1 500 m. Le 24 octobre de la même année, à Sittard, la Néerlandaise Maria Gommers améliore de près de deux secondes la performance de Smith en min 15 s 6. En juillet 1969, à Milan, l'Italienne Paola Pigni porte ce record à min 12 s 4, et en août 1969, la Tchécoslovaque Jaroslava Jehličková remporte les championnats d'Europe d'Athènes en fixant la meilleure marque mondiale à min 10 s 7. Le 15 juillet 1971, à Helsinki à l'occasion des championnats d'Europe, l'Est-Allemande Karin Burneleit établit un nouveau record mondial en min 9 s 6[20].

La Soviétique Lyudmila Bragina améliore à quatre reprises le record du monde du 1 500 m durant la saison 1972. Le 18 juillet, à Moscou, elle bat de près trois secondes le temps de Karin Burneleit en min 6 s 9. Durant les Jeux olympiques de 1972 à Munich, elle porte dès les séries ce record à min 6 s 5, avant de réitérer sa performance en demi-finale en min 5 s 1. En finale, le 9 septembre 1972, elle change de stratégie par rapport à ses précédentes courses. Afin de ne pas s'épuiser et de faire le jeu de finisseuses, elle reste derrière des adversaires jusqu'aux 800 mètres où elle démarre franchement, laissant derrière elle toutes ses concurrentes. Elle remporte la médaille d'or en min 1 s 4 et améliore de plus de trois secondes son propre record du monde, son troisième dans cette compétition[21].

Le 28 septembre 1976, à Podolsk en Russie, la Soviétique Tatyana Kazankina devient la première athlète féminine à descendre sous les quatre minutes au 1 500 m. Elle parcourt la distance en min 56 s 0 et améliore de près de cinq secondes l'ancienne meilleure marque mondiale de sa compatriote Lyudmila Bragina. Kazankina améliore ce record quatre ans plus tard, le 6 juillet 1980 à Moscou en réalisant un temps de min 55 s 0, puis le 3 août 1980 à Zurich où elle établit le premier record du monde mesuré au chronométrage électronique, en min 52 s 47.

Le record du monde de Tatyana Kazankina n'est amélioré qu'en 1993, le 11 septembre, lorsque la Chinoise Qu Yunxia, championne du monde en titre du 3 000 m, établit le temps de min 50 s 46 à Pékin.

L'Éthiopienne Genzebe Dibaba détient depuis le 17 juillet 2015 le record du monde féminin en min 50 s 07.

Le 17 juillet 2015, lors du meeting Herculis de Monaco, l'Éthiopienne Genzebe Dibaba s'empare du record du monde du 1 500 m en réalisant le temps de min 50 s 07, soit 39/100e de moins que l'ancien record détenu par Qu Yunxia[22]. Chanelle Price, spécialiste du 800 m, a servi de meneuse d'allure sur les 800 premiers mètres de la course.

Progression[modifier | modifier le code]

14 records du monde féminins ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[23]
Temps Athlète Date Lieu
Chronométrage manuel
4 min 17 s 3[16] Drapeau : Royaume-Uni Anne Smith 03/06/1967 Chiswick
4 min 15 s 6 Drapeau : Pays-Bas Maria Gommers 24/10/1967 Sittard
4 min 12 s 4 Drapeau : Italie Paola Pigni 02/07/1969 Milan
4 min 10 s 7 Drapeau : République tchèque Jaroslava Jehličková 20/09/1969 Athènes
4 min 09 s 6 Drapeau : Allemagne de l'Est Karin Burneleit 15/07/1971 Helsinki
4 min 06 s 9 Drapeau : URSS Ludmila Bragina 18/07/1972 Moscou
4 min 06 s 5 Drapeau : URSS Ludmila Bragina 04/09/1972 Munich
4 min 05 s 1 Drapeau : URSS Ludmila Bragina 07/09/1972 Munich
4 min 01 s 4 Drapeau : URSS Ludmila Bragina 09/09/1972 Munich
3 min 56 s 0 Drapeau : URSS Tatyana Kazankina 28/09/1976 Podolsk
3 min 55 s 0 Drapeau : URSS Tatyana Kazankina 06/07/1980 Moscou
Chronométrage électronique
3 min 52 s 47 Drapeau : URSS Tatyana Kazankina 03/08/1980 Zurich
3 min 50 s 46 Drapeau : République populaire de Chine Qu Yunxia 11/09/1993 Pékin
3 min 50 s 07 Drapeau : Éthiopie Genzebe Dibaba 17/07/2015 Monaco

Records du monde en salle[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

5 records du monde en salle masculins du 1 500 m ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin en salle[24]
Temps Athlète Date Lieu
3 min 36 s 04 Drapeau : Espagne José Luis Gonzalez 1er mars 1986 Oviedo
3 min 35 s 6 Drapeau : Irlande Marcus O'Sullivan 10 février 1989 East Rutherford
3 min 34 s 20 Drapeau : Royaume-Uni Peter Elliott 27 février 1990 Séville
3 min 34 s 16 Drapeau : Algérie Noureddine Morceli 28 février 1991 Séville
3 min 31 s 18 Drapeau : Maroc Hicham El Guerrouj 2 février 1997 Stuttgart

Femmes[modifier | modifier le code]

5 records du monde en salle féminins du 1 500 m ont été homologués par l'IAAF. Deux records du monde de Yelena Soboleva établis en 2008 ont été annulés pour cause de dopage.

Évolution du record du monde féminin en salle[25]
Temps Athlète Date Lieu
4 min 00 s 8 Drapeau : États-Unis Mary Decker-Slaney 8 février 1980 New York
4 min 00 s 27 Drapeau : Roumanie Doina Melinte 9 février 1990 East Rutherford
3 min 59 s 98 Drapeau : États-Unis Regina Jacobs 1er février 2003 Boston
3 min 58 s 28 Drapeau : Russie Yelena Soboleva 18 février 2006 Moscou
3 min 55 s 17 Drapeau : Éthiopie Genzebe Dibaba 1er février 2014 Karlsruhe

Autres catégories d'âge[modifier | modifier le code]

Les records du monde juniors du 1 500 m sont actuellement détenus par le Kényan Ronald Kwemoi, auteur de min 28 s 81 le 18 juillet 2014 à Monaco, et par la Chinoise Yinglai Lang, créditée de min 51 s 34 le 18 octobre 1997 à Shanghai[26]. Les records du monde juniors en salle sont détenus par le Bahreïnien Belal Mansoor Ali en min 36 s 28 (2007) et par l'Éthiopienne Gudaf Tsegay en min 1 s 81 (2016).

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété du Kényan Nicholas Kemboi (min 33 s 72 le 18 août 2006 à Zurich) et de la Chinoise Zhang Ling (min 54 s 52 le 18 octobre 1997 à Shanghai)[27].

Hommes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : Kenya Ronald Kwemoi min 28 s 81 18 juillet 2014 Monaco
Record du monde junior en salle Drapeau : Bahreïn Belal Mansoor Ali min 36 s 28 20 février 2007 Stockholm
Meilleure performance mondiale cadet Drapeau : Kenya Nicholas Kemboi min 33 s 72 18 août 2006 Zurich
Femmes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : République populaire de Chine Yinglai Lang min 51 s 34 18 octobre 1997 Shanghai
Record du monde junior en salle Drapeau : Éthiopie Gudaf Tsegay min 1 s 81 20 février 2016 Glasgow
Meilleure performance mondiale cadet Drapeau : République populaire de Chine Zhang Ling min 54 s 52 18 octobre 1997 Shanghai

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Records du monde d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 31 janvier 2016)
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 254.
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 263.
  4. (en) « Athletics at the 1936 Berlin Summer Games:Men's 1,500 metres », sur sports-reference.com (consulté le 31 janvier 2016)
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 269.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 276.
  7. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 278.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 281.
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 288.
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 292.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 299.
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 302.
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 310.
  14. (en)Sean Wallace-Jones, « Hicham El Guerrouj shatters 1500 World Record », sur iaaf.org,‎ (consulté le 1er février 2016)
  15. [PDF] Progression du record du monde du 1 500 m masculin, www.iaaf.org, p.626, consulté le 3 février 2016
  16. a, b et c Record battu dans le cadre d'un Mile
  17. min 32 s 16 au chronométrage électronique
  18. min 32 s 03 au chronométrage électronique
  19. min 32 s 09 au chronométrage électronique
  20. (en) « Résultats des championnats d'Europe 1971 », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 1er février 2016)
  21. (en) « Athletics at the 1972 München Summer Games:Women's 1,500 metres », sur sports-reference.com (consulté le 31 janvier 2016)
  22. (en) Jon Mulkeen, « Dibaba breaks 1500m world record in Monaco with 3:50.07 – IAAF Diamond League », sur iaaf.org,‎ (consulté le 18 juillet 2015)
  23. (en)« Progression du record du monde féminin du 1 500 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 16 décembre 2011)
  24. [PDF] Progression du record du monde masculin en salle du 1 500 m, www.iaaf.org, p.293, consulté le 11 février 2016
  25. [PDF] Progression du record du monde féminin en salle du 1 500 m, www.iaaf.org, p.339, consulté le 11 février 2016
  26. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 1er février 2016)
  27. (en) « Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 1er février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]