Record du monde du saut en hauteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Record du monde du
saut en hauteur
Image illustrative de l’article Record du monde du saut en hauteur
Javier Sotomayor détient depuis 1993 le record du monde masculin du saut en hauteur avec 2,45 m.
Caractéristiques du record
Discipline Saut en hauteur
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 2,45 m
Titulaire(s) Javier Sotomayor
Drapeau de Cuba Cuba
Date du record
Circonstance Meeting de Salamanque
Site Stade Helmántico
Salamanque
Drapeau de l'Espagne Espagne
Record actuel féminin
Valeur 2,09 m
Titulaire(s) Stefka Kostadinova
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Date du record
Circonstance Championnats du monde 1987
Site Stade olympique
Rome
Drapeau de l'Italie Italie

Les records du monde du saut en hauteur sont actuellement détenus par le Cubain Javier Sotomayor qui franchit une barre à 2,45 m le lors du meeting de Salamanque en Espagne, et par la Bulgare Stefka Kostadinova, créditée de 2,09 m le lors des championnats du monde de Rome, en Italie.

Le premier record du monde du saut en hauteur homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain George Horine en 1912 avec la marque de 2,00 m[1]. Sa compatriote Nancy Voorhees est la première détentrice du record mondial féminin en 1922 avec 1,46 m.

Les records du monde en salle du saut en hauteur appartiennent à Javier Sotomayor (2,43 m le à Budapest) et à la Suédoise Kajsa Bergqvist (2,08 m le à Arnstadt).

Record du monde masculin[modifier | modifier le code]

Premiers records[modifier | modifier le code]

L'Américain George Horine est le premier détenteur du record du monde.

Le premier record du monde du saut en hauteur masculin homologué par l'IAAF est établi le à Palo Alto par l'Américain George Horine qui devient le premier athlète à franchir la barre des 2,00 m[2] avec sa technique du rouleau costal. Ce record est amélioré d'un centimètre le à Berkeley en Californie, par son compatriote Edward Beeson. Le , l'autre américain Harold Osborn, qui deviendra champion olympique quelques mois plus tard aux Jeux d'été de 1924, porte le record du monde de Beeson à 2,03 m, à Urbana dans l'Illinois.

Son compatriote Walter Marty améliore à deux reprises le record du monde d'Osborn : une première fois le à Fresno en Californie avec 2,04 m, et une seconde fois le à Palo Alto avec 2,06 m. Le , au cours des sélections olympiques américaines, à New York, Cornelius Johnson et David Albritton, respectivement médaillé d'or et médaillé d'argent des Jeux de 1936 à Berlin, franchissent tous deux la hauteur de 2,076 m (ramené à 2,07 m par l'IAAF)[3], et améliorent d'un centimètre le record du monde de Walter Marty. En 1937, l'autre américain Mel Walker établit successivement 2,08 m le à Stockholm, puis 2,09 m le à Malmö, mais seule cette dernière performance sera homologuée par l'IAAF[4]. Le , à Los Angeles, l'Américain Lester Steers efface une barre à 2,108 m, record du monde officialisé à 2,11 m par l'IAAF.

De Buddy Davis à Valeriy Brumel[modifier | modifier le code]

Valeriy Brumel améliore six fois consécutivement le record du monde.

Longtemps approché, le record du monde de Lester Steers n'est amélioré que douze ans plus tard par l'Américain Buddy Davis qui franchit une barre à 2,12 m le à Dayton dans l'Ohio. Le , au cours des sélections olympiques américaines à Los Angeles, son compatriote Charles Dumas, qui remportera le titre olympique aux Jeux de 1956 à Melbourne et qui est l'un des précurseurs de la technique du rouleau ventral, devient nouveau détenteur du record mondial en améliorant de 3 cm la marque de Buddy Davis avec 2,15 m. Le , le Soviétique Yuriy Stepanov atteint la hauteur de 2,16 m à Leningrad et améliore d'un centimètre la meilleure marque mondiale de Charles Dumas. Surpris par la progression soudaine de cet athlète, des journalistes européens font état de clichés montrant une semelle du soviétique anormalement épaisse[5] qui, située sous la chaussure du pied d'appel, s'avère faciliter l'impulsion du sauteur, faisant ainsi office de tremplin miniaturisé[6]. En 1958, l'IAAF décide d'interdire ces semelles compensées en fixant une épaisseur maximale ne devant pas dépasser un demi-pouce, soit 12,7 mm. Le record du monde de Yuriy Stepanov n'est cependant pas invalidé en raison de la non-rétroactivité des règlements[7].

En 1960, l'Américain John Thomas devient le nouveau détenteur du record du monde en franchissant successivement, avec sa technique du rouleau ventral, 2,17 m le à Philadelphie et le à Cambridge, puis 2,18 m le à Bakersfield lors des championnats des États-Unis. Le , au cours des sélections olympiques américaines de Palo Alto, il devient le premier athlète à franchir une hauteur supérieure à 2,20 m en effaçant une barre à 2,22 m. La mesure exacte anglaise est de 7 pieds 3 pouces 3/4, soit 2,23 m, mais une mauvaise transcription des résultats par l'IAAF fera perdre un centimètre au record de l'Américain[8].

Dès l'année suivante, le Soviétique Valeriy Brumel, domine la discipline sur le plan mondial. Le , à Moscou, il améliore d'un centimètre le record du monde de John Thomas avec 2,23 m, puis le porte à 2,24 m le dans cette même ville, et à 2,25 m le à Sofia au cours des Universiades d'été. Valeriy Brumel, qui utilise également la technique du rouleau ventral, s'approprie un nouveau record du monde en franchissant 2,26 m le à Palo Alto, avant de réaliser 2,27 m le à Moscou. Champion d'Europe en 1962, et un an avant son titre olympique remporté aux Jeux de 1964, il établit le sixième record du monde de sa carrière à Moscou le au cours de la rencontre URSS-États-Unis, en effaçant une barre à 2,28 m[9]. En trois ans, Thomas et Brumel font évoluer le record mondial de douze centimètres.

Dwight Stones et les 2,30 m[modifier | modifier le code]

Dwight Stones est le premier athlète à franchir 2,30 m.

La technique du Fosbury-flop qui consiste à sauter dos à la barre, se généralise dès la fin des années 1960, à l'image de son inventeur, l'Américain Dick Fosbury, qui remporte le titre des Jeux olympiques de 1968 sans parvenir à améliorer le record du monde. Toutefois, le , à Berkeley, Pat Matzdorf franchit 2,29 m en ventral et bat d'un centimètre le record du monde de Valeriy Brumel datant de 1963. Le Ni Chih-Chin avait également franchit 2,29 m en ventral mais la Chine n'adhèrent pas à l'IAAF à l'époque ce record ne fut pas ratifié.

Le , à Munich, l'Américain Dwight Stones devient le premier détenteur du record mondial exécuté avec la technique du Fosbury-flop, mais également le premier athlète à franchir la hauteur de 2,30 m[10]. Il porte ce record à 2,31 m le à Philadelphie au cours des championnats NCAA, puis à 2,32 m le , toujours à Philadelphie. Le , le Soviétique Vladimir Yashchenko, âgé de dix-huit ans seulement, améliore d'un centimètre le record du monde de Dwight Stones en effaçant une barre à 2,33 m à Richmond en Virginie, avant de réaliser 2,34 m le à Tbilissi. Il est le dernier détenteur du record du monde à utiliser la technique du rouleau ventral[11].

Le , le Polonais Jacek Wszoła, vainqueur des Jeux olympiques de 1976, améliore d'un centimètre le record du monde de Vladimir Yashchenko en le portant à 2,35 m à Eberstadt, performance égalée vingt-quatre heures plus tard, le à Rehlingen par l'Allemand de l'Ouest Dietmar Mögenburg. Le , en finale des Jeux olympiques, à Moscou, l'Est-allemand Gerd Wessig améliore à trois reprises son record personnel et effectue un saut victorieux à 2,36 m, ajoutant un centimètre au record du monde de Mögenburg. Le , le Chinois Zhu Jianhua améliore d'un centimètre le record du monde de Gerd Wessig en effaçant une barre à 2,37 m à Pékin[12], avant de porter ce record à 2,38 m le à Shangai. Le à Eberstadt, Zhu Jianhua accomplit un troisième record du monde consécutif en franchissant 2,39 m à son deuxième essai.

Barrière des 2,40 m[modifier | modifier le code]

Javier Sotomayor, détenteur depuis 1993 du record du monde avec 2,45 m

Le , à Moscou, le Soviétique Rudolf Povarnitsyn, auteur d'un record personnel à 2,26 m seulement, devient le premier sauteur à franchir la hauteur de 2,40 m, réussi à sa troisième et dernière tentative à l'occasion d'une compétition mineure, la demi-finale de la Coupe d'URSS, améliorant en une seule épreuve son record personnel de quatorze centimètres[13]. Il aura fallu attendre vingt-neuf ans (de 1912 à 1941) pour voir un sauteur franchir la barre des 2,10 m, dix-neuf ans (de 1941 à 1960) pour celle des 2,20 m, treize ans (1960 à 1973) pour celle des 2,30 m, et douze ans (1973 à 1985) pour celle des 2,40 m. Le , à Kōbe lors des Universiades d'été, le Soviétique Igor Paklin efface une barre à 2,41 m à son troisième et dernier essai, et améliore d'un centimètre le record du monde de Rudolf Povarnitsyn. Ce record est battu le à Stockholm par le Suédois Patrik Sjöberg, qui quelques mois avant son titre de champion du monde, établit la marque de 2,42 m à sa troisième tentative[14].

Le , lors du meeting Gran Premio Diputación de Salamanque en Espagne, le Cubain Javier Sotomayor établit un nouveau record du monde de la discipline en franchissant à son deuxième essai une barre placée à 2,43 m, améliorant de cinq centimètres son record personnel et d'un centimètre la précédente meilleure marque mondiale de Patrik Sjöberg. Le au cours des championnats d'Amérique centrale et des Caraïbes de San Juan à Porto Rico, il porte son propre record du monde à 2,44 m, performance réussie à son deuxième essai. Symboliquement, Javier Sotomayor devient pour les Anglo-Saxons le premier athlète à dépasser les 8 pieds, mesure matérialisée par la hauteur d'un but de football[15]. Champion olympique en 1992, le Cubain établit un troisième record du monde consécutif, le , toujours à Salamanque, en franchissant une barre à 2,45 m à sa deuxième tentative[16]. Ce record tient toujours actuellement.

Progression du record du monde[modifier | modifier le code]

40 records du monde masculins du saut en hauteur ont été ratifiés par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin[17]
Hauteur Athlète Date Lieu Technique
2,00 m Drapeau : États-Unis George Horine Palo Alto Costal
2,01 m Drapeau : États-Unis Edward Beeson Berkeley Costal
2,03 m Drapeau : États-Unis Harold Osborn Urbana Costal
2,04 m Drapeau : États-Unis Walter Marty Fresno Costal
2,06 m Drapeau : États-Unis Walter Marty Palo Alto Costal
2,07 m Drapeau : États-Unis Cornelius Johnson New York Costal
2,07 m Drapeau : États-Unis David Albritton New York Ventral
2,09 m Drapeau : États-Unis Melvin Walker Malmö Ventral
2,11 m Drapeau : États-Unis Lester Steers Los Angeles Ventral
2,12 m Drapeau : États-Unis Buddy Davis Dayton Ventral
2,15 m Drapeau : États-Unis Charles Dumas Los Angeles Ventral
2,16 m Drapeau : URSS Yuriy Stepanov Leningrad Ventral
2,17 m Drapeau : États-Unis John Thomas Philadelphie Ventral
2,17 m Drapeau : États-Unis John Thomas Cambridge Ventral
2,18 m Drapeau : États-Unis John Thomas Bakersfield Ventral
2,22 m Drapeau : États-Unis John Thomas Palo Alto Ventral
2,23 m Drapeau : URSS Valeriy Brumel Moscou Ventral
2,24 m Drapeau : URSS Valeriy Brumel Moscou Ventral
2,25 m Drapeau : URSS Valeriy Brumel Sofia Ventral
2,26 m Drapeau : URSS Valeriy Brumel Palo Alto Ventral
2,27 m Drapeau : URSS Valeriy Brumel Moscou Ventral
2,28 m Drapeau : URSS Valeriy Brumel Moscou Ventral
2,29 m Drapeau : États-Unis Pat Matzdorf Berkeley Ventral
2,30 m Drapeau : États-Unis Dwight Stones Munich Fosbury
2,31 m Drapeau : États-Unis Dwight Stones Philadelphie Fosbury
2,32 m Drapeau : États-Unis Dwight Stones Philadelphie Fosbury
2,33 m Drapeau : URSS Vladimir Yashchenko Richmond Ventral
2,34 m Drapeau : URSS Vladimir Yashchenko Tbilisi Ventral
2,35 m Drapeau : Pologne Jacek Wszola Eberstadt Fosbury
2,35 m Drapeau : Allemagne de l'Ouest Dietmar Mögenburg Rehlingen Fosbury
2,36 m Drapeau : Allemagne de l'Est Gerd Wessig Moscou Fosbury
2,37 m Drapeau : Chine (République populaire de) Zhu Jianhua Pékin Fosbury
2,38 m Drapeau : Chine (République populaire de) Zhu Jianhua Shanghai Fosbury
2,39 m Drapeau : Chine (République populaire de) Zhu Jianhua Eberstadt Fosbury
2,40 m Drapeau : URSS Rudolf Povarnitsyn Donetsk Fosbury
2,41 m Drapeau : URSS Igor Paklin Kōbe Fosbury
2,42 m Drapeau : Suède Patrik Sjöberg Stockholm Fosbury
2,43 m Drapeau : Cuba Javier Sotomayor Salamanque Fosbury
2,44 m Drapeau : Cuba Javier Sotomayor San Juan Fosbury
2,45 m Drapeau : Cuba Javier Sotomayor Salamanque Fosbury

Record du monde féminin[modifier | modifier le code]

Premiers records[modifier | modifier le code]

Le premier record du monde féminin du saut en hauteur homologué par l'IAAF est celui de l'Américaine Nancy Voorhees qui franchit une barre à 1,46 m le à Simsbury. Ce record est amélioré ensuite par sa compatriote Elizabeth Stine (1,485 m le à Leonia) et par la Britannique Sophie Eliott-Lynn (1,485 m également le à Brentwood), puis à deux reprises par l'autre britannique Phyllis Green (1,524 m le puis 1,552 m le , les deux fois à Londres). Le , la Canadienne Ethel Catherwood, première championne olympique de la hauteur en 1928 à Amsterdam, établit un nouveau record mondial en franchissant une barre à 1,58 m à Regina, record égalée par la Néerlandaise Lien Gisolf le à Bruxelles, puis amélioré près d'un mois plus tard par Ethel Catherwood, le lors de son sacre olympique (1,595 m)[18]. Lien Gisolf améliore à deux reprises le record de la Canadienne, réalisant 1,605 m le à Maastricht, puis 1,62 m le à Amsterdam. Le , en finale des Jeux olympiques à Los Angeles, les Américaines Jean Shiley et Mildred Didrikson portent le record du monde à 1,65 m, Shiley devançant Didrikson au nombre d'essais franchis pour le titre olympique[19]. Le , à Brentwood, la Britannique Dorothy Odam améliore d'un centimètre le record du monde des deux Américaines en le portant à 1,66 m, record égalé le à Stellenbosch par la Sud-Africaine Esther van Heerden, puis le à Lugano par la Suissesse Ilsebill Pfenning. Le , à Amsterdam, la Néerlandaise Fanny Blankers-Koen devient la nouvelle détentrice du record du monde en effaçant une barre à 1,71 m.

Iolanda Balaş et ses quatorze records du monde[modifier | modifier le code]

Iolanda Balaş est la première athlète féminine à franchir les hauteurs de 1,80 m et 1,90 m.

Le record du monde Fanny Blankers-Koen n'est amélioré que huit ans plus tard, le à Londres, par la Britannique Sheila Lerwill qui franchit une barre à 1,72 m. La Soviétique porte ce record à 1,73 m le à Kiev, et la Britannique Thelma Hopkins à 1,74 m le à Belfast.

Le , à Bucarest, la Roumaine Iolanda Balaș établit le premier de ses quatorze records du monde du saut en hauteur en effaçant une barre à 1,75 m. Double championne olympique (en 1960 et 1964), et double championne d'Europe (en 1958 et 1962), elle domine la discipline sur le plan mondial en ne subissant pas la moindre défaite de 1956 à 1966. En cinq années seulement, elle fait passer le record du monde de 1,75 m à 1,91 m avec la technique du rouleau ventral. Dépossédée de son record par l'Américaine Mildred McDaniel, qui remporte le la médaille d'or des Jeux olympiques de Melbourne avec la marque de 1,76 m, Iolanda Balaș égale la performance de 1,76 m de McDaniel le à Bucarest, avant que la Chinoise Zheng Fengrong ne porte la meilleure marque mondiale à 1,77 m, le à Pékin[20]. Iolanda Balaș établit cinq records du monde lors de la saison 1958 : 1,78 m le à Bucarest, 1,80 m le à Cluj, 1,81 m le à Poiana Braşov, 1,82 m le et enfin 1,83 m le . Elle porte ensuite le record du monde à 1,84 m le , à 1,85 m le , à 1,86 m le , et à 1,87 m le , ces six derniers records ayant été établis à chaque fois à Bucarest. Créditée de 1,88 m le à Varsovie, Balaș devient la première athlète féminine à franchir la hauteur de 1,90 m après avoir été la première à 1,80 m, atteignant les 1,90 m le à Budapest[20]. Le , elle établit le quatorzième record du monde de sa carrière en effaçant une barre à 1,91 m à Sofia.

Rosemarie Ackermann la première à deux mètres[modifier | modifier le code]

Rosemarie Ackermann, première athlète féminine à franchir la barre des 2,00 m.

Le record du monde de 1,91 m de Iolanda Balaș n'est battu que dix ans plus tard par l'Autrichienne Ilona Gusenbauer qui franchit 1,92 m, le à Vienne. Un an plus tard, le en finale des Jeux olympiques à Munich, l'Allemande de l'Ouest Ulrike Meyfarth, âgée de seize ans seulement, remporte le titre olympique en établissant un nouveau record du monde avec 1,92 m[21], devenant à cette occasion la première athlète féminine à détenir un record du monde de la hauteur avec la technique du fosbury-flop[22]. Le , à Zagreb, en ventral, la Bulgare Yordanka Blagoeva ajoute un centimètre à la performance de Meyfarth en effaçant une barre à 1,94 m.

L'Est-allemande Rosemarie Ackermann égale le record du monde de Yordanka Blagoeva le à Berlin, avant de le porter à 1,95 m le à l'occasion de sa victoire aux championnats d'Europe de Rome. Ackermann, dont la technique de saut est celle du rouleau ventral, franchit 1,96 m à deux reprises : une première fois le à Dresde quelques mois avant son titre olympique à Montréal, et une seconde fois le , toujours à Dresde[22]. Le , au cours de la coupe d'Europe des nations à Helsinki, elle efface une barre placée à 1,97 m, performance qu'elle réédite le lors du meeting de Berlin. Lors de ce même concours, elle devient la première athlète féminine à tenter et franchir la hauteur de 2,00 m, et ce dès sa première tentative[22].

Le , à Brescia, l'Italienne Sara Simeoni améliore d'un centimètre le record du monde de Rosemarie Ackermann en franchissant 2,01 m en fosbury-flop, et égale cette performance de 2,01 m le lors de sa victoire en finale des championnats d'Europe, à Prague. Cette performance est améliorée quatre ans plus tard, le au cours des championnats d'Europe d'Athènes, par l'Allemande de l'Ouest Ulrike Meyfarth qui, dix ans après son premier record du monde, remporte le titre continental avec un saut à 2,02 m[23]. Le , lors de la coupe d'Europe des nations, à Londres, Ulrike Meyfarth (à son premier essai) et la Soviétique Tamara Bykova (à son troisième essai) franchissent toutes les deux une barre placée à 2,03 m, signant un nouveau record du monde.

Stefka Kostadinova depuis 1987[modifier | modifier le code]

Stefka Kostadinova, actuelle détentrice du record du monde du saut en hauteur avec 2,09 m.

Vainqueur des championnats du monde de 1983, Tamara Bykova améliore d'un centimètre son propre record du monde en franchissant une barre à 2,04 m à son premier essai, le à Pise [24], puis porte le record du monde à 2,05 m le à Kiev, et ce à sa deuxième tentative. Le , à Berlin, la Bulgare Lyudmila Andonova, dont la meilleure performance n'était que d'1,95 m en 1983, devient la nouvelle détentrice du record du monde en effaçant une barre à 2,07 m à son premier essai[24].

La Bulgare Stefka Kostadinova égale le record du monde de 2,07 m de Lyudmila Andonova le à Sofia, avant de l'améliorer six jours plus tard, le , toujours dans la capitale bulgare, en parvenant à franchir la hauteur de 2,08 m à sa deuxième tentative[25]. Championne du monde en 1987 et 1995, championne olympique en 1996 et championne d'Europe en 1986, Stefka Kostadinova fixe le record du monde du saut en hauteur à 2,09 m à l'occasion de sa victoire en finale des championnats du monde d'athlétisme 1987, le . Cette performance est réalisée à son deuxième essai.

Ce record tient donc toujours trente ans après, même si quelques athlètes ont approché cette marque : l'Allemande Heike Henkel avec 2,07 m (en salle) en 1992, la Suédoise Kajsa Bergqvist avec 2,08 m (en salle en 2006), la Croate Blanka Vlašic avec 2,07 m (2007) et 2,08 m (2009) et la Russe Anna Chicherova avec 2,07 m (2011).

Progression du record du monde[modifier | modifier le code]

56 records du monde féminins du saut en hauteur ont été ratifiés par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[26]
Hauteur Athlète Date Lieu
1,46 m Drapeau : États-Unis Nancy Voorhees Simsbury
1,485 m Drapeau : États-Unis Elizabeth Stine Leonia
1,485 m Drapeau : Royaume-Uni Sophie Eliott-Lynn Brentwood
1,524 m Drapeau : Royaume-Uni Phyllis Green Londres
1,552 m Drapeau : Royaume-Uni Phyllis Green Londres
1,58 m Drapeau : Canada Ethel Catherwood Regina
1,58 m Drapeau : Pays-Bas Lien Gisolf Bruxelles
1,595 m Drapeau : Canada Ethel Catherwood Amsterdam
1,605 m Drapeau : Pays-Bas Lien Gisolf Maastricht
1,62 m Drapeau : Pays-Bas Lien Gisolf Amsterdam
1,65 m Drapeau : États-Unis Jean Shiley Los Angeles
1,65 m Drapeau : États-Unis Mildred Didrikson Los Angeles
1,66 m Drapeau : Royaume-Uni Dorothy Odam Brentwood
1,66 m Drapeau : Afrique du Sud Esther van Heerden Stellenbosch
1,66 m Drapeau : Suisse Ilsebill Pfenning Lugano
1,71 m Drapeau : Pays-Bas Fanny Blankers-Koen Amsterdam
1,72 m Drapeau : Royaume-Uni Sheila Lerwill Londres
1,73 m Drapeau : URSS Aleksandra Chudina Kiev
1,74 m Drapeau : Royaume-Uni Thelma Hopkins Belfast
1,75 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,76 m Drapeau : États-Unis Mildred McDaniel Melbourne
1,76 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,77 m Drapeau : Chine (République populaire de) Cheng Feng-jung Pékin
1,78 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,80 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Cluj
1,81 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Poiana Braşov
1,82 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,83 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,84 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,85 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,86 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,87 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Bucarest
1,88 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Varsovie
1,90 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Budapest
1,91 m Drapeau : République populaire roumaine Iolanda Balaş Sofia
1,92 m Drapeau : Autriche Ilona Gusenbauer Vienne
1,92 m Drapeau : Allemagne de l'Ouest Ulrike Meyfarth Munich
1,94 m Drapeau : Bulgarie Yordanka Blagoeva Zagreb
1,94 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Berlin
1,95 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Rome
1,96 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Dresde
1,96 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Dresde
1,97 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Helsinki
1,97 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Berlin
2,00 m Drapeau : Allemagne de l'Est Rosemarie Ackermann Berlin
2,01 m Drapeau : Italie Sara Simeoni Brescia
2,01 m Drapeau : Italie Sara Simeoni Prague
2,02 m Drapeau : Allemagne de l'Ouest Ulrike Meyfarth Athènes
2,03 m Drapeau : Allemagne de l'Ouest Ulrike Meyfarth Londres
2,03 m Drapeau : URSS Tamara Bykova Londres
2,04 m Drapeau : URSS Tamara Bykova Pise
2,05 m Drapeau : URSS Tamara Bykova Kiev
2,07 m Drapeau : Bulgarie Lyudmila Andonova Berlin
2,07 m Drapeau : Bulgarie Stefka Kostadinova Sofia
2,08 m Drapeau : Bulgarie Stefka Kostadinova Sofia
2,09 m Drapeau : Bulgarie Stefka Kostadinova Rome

Records du monde en salle[modifier | modifier le code]

Les records du monde en salle du saut en hauteur sont homologués par l'IAAF depuis 1987.

Hommes[modifier | modifier le code]

Évolution du record du monde masculin en salle[27]
Hauteur Athlète Date Lieu
2,41 m Drapeau : Suède Patrik Sjöberg Le Pirée
2,42 m Drapeau : Allemagne de l'Ouest Carlo Thränhardt Berlin
2,43 m Drapeau : Cuba Javier Sotomayor Budapest

Femmes[modifier | modifier le code]

Évolution du record du monde féminin en salle[28]
Hauteur Athlète Date Lieu
2,05 m Drapeau : Bulgarie Stefka Kostadinova Indianapolis
2,06 m Drapeau : Bulgarie Stefka Kostadinova Le Pirée
2,07 m Drapeau : Allemagne Heike Henkel Karlsruhe
2,08 m Drapeau : Suède Kajsa Bergqvist Arnstadt

Autres catégories d'âge[modifier | modifier le code]

Le Serbe Dragutin Topić co-détient le record du monde junior avec le Britannique Steve Smith.

Les records du monde juniors du saut en hauteur sont actuellement détenus par le Serbe Dragutin Topić et le Britannique Steve Smith, auteurs de 2,37 m, respectivement le à Plovdiv et le à Séoul. Le record du monde junior féminin est détenu par la Kazakhe Olga Turchak et l'Allemande Heike Balck avec 2,01 m, établis respectivement le à Moscou et le à Karl-Marx-Stadt[29]. Les records du monde juniors en salle sont détenus par le Soviétique Vladimir Yashchenko chez les hommes avec 2,35 m (1978), et par la Russe Maria Kuchina chez les femmes avec 1,97 m (2011).

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété du Cubain Javier Sotomayor (2,33 m le à La Havane), et de quatre athlètes féminines avec 1,96 m : la Sud-Africaine Charmaine Weavers (le à Bloemfontein), la Kazakhe Olga Turchak (le à Donetsk), l'Australienne Eleanor Patterson (le à Townsville) et l'Américaine Vashti Cunningham (le à Edmonton) [30].

Hommes
Record Athlète Hauteur Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Dragutin Topić
Drapeau : Royaume-Uni Steve Smith
2,37 m
Plovdiv
Séoul
Record du monde junior en salle Drapeau : URSS Vladimir Yashchenko 2,35 m Milan
Meilleure performance mondiale cadet Drapeau : Cuba Javier Sotomayor 2,33 m La Havane
Femmes
Record Athlète Hauteur Date Lieu
Record du monde juniores Drapeau : URSS Olga Turchak
Drapeau : Allemagne de l'Est Heike Balck
2,01 m
Moscou
Athènes
Record du monde juniores en salle Drapeau : États-Unis Vashti Cunningham 1,99 m Trinec
Meilleure performance mondiale cadettes Drapeau d'Afrique du Sud Charmaine Weavers
Drapeau : URSS Olga Turchak
Drapeau : Australie Eleanor Patterson
Drapeau : États-Unis Vashti Cunningham
1,96 m


Bloemfontein
Donetsk
Townsville
Edmonton

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Progression du record du monde du saut en hauteur », sur trackfield.brinkter.net (consulté le 24 janvier 2013)
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 525.
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 531.
  4. Parienté et Billouin 2003, p. 532.
  5. (en) Double Amputee to Face Top Able-Bodied Sprinters, article sur Oscar Pistorius faisant état des semelles de Yuriy Stepanov, New York Times, 11 juillet 2007
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 540.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 541.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 542.
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 546.
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 556.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 561.
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 563.
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 564.
  14. Parienté et Billouin 2003, p. 566.
  15. Parienté et Billouin 2003, p. 569.
  16. (en) Cuba's master of high achievement: Javier Sotomayor broke his own world high jump record last week, The Independant, 1er août 1993
  17. [PDF] Progression du record du monde du saut en hauteur masculin, www.iaaf.org, p.631 et 632, consulté le 12 février 2016
  18. (en) « Athletics at the 1928 Amsterdam Summer Games:Women's High Jump Final Round », sur sports-reference.com (consulté le 2 avril 2016)
  19. (en) « Athletics at the 1932 Los Angeles Summer Games:Women's High Jump », sur sports-reference.com (consulté le 2 avril 2016)
  20. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 918.
  21. (en) « Athletics at the 1972 München Summer Games:Women's High Jump », sur sports-reference.com (consulté le 3 avril 2016)
  22. a b et c Parienté et Billouin 2003, p. 919.
  23. Parienté et Billouin 2003, p. 920.
  24. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 921.
  25. Parienté et Billouin 2003, p. 922.
  26. [PDF] Progression du record du monde du saut en hauteur féminin, www.iaaf.org, p.751 et 752, consulté le 12 février 2016
  27. [PDF] Progression du record du monde en salle du saut en hauteur masculin , www.iaaf.org, p.296, consulté le 13 février 2016
  28. [PDF] Progression du record du monde en salle du saut en hauteur féminin, www.iaaf.org, p.341, consulté le 13 février 2016
  29. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)
  30. (en) « Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]