Peyrusse-le-Roc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peyrusse (homonymie).
Peyrusse-le-Roc
Les tours de Peyrusse-le-Roc
Les tours de Peyrusse-le-Roc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Lot et Montbazinois
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Montbazens
Maire
Mandat
Francis Savignac
2014-2020
Code postal 12220
Code commune 12181
Démographie
Gentilé Pétruciens
Population
municipale
226 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 48″ nord, 2° 08′ 29″ est
Altitude Min. 233 m – Max. 496 m
Superficie 13,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyrusse-le-Roc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyrusse-le-Roc

Peyrusse-le-Roc est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Pétruciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Naussac Sonnac Les Albres Rose des vents
Naussac N Galgan
O    Peyrusse-le-Roc    E
S
Drulhe Drulhe Drulhe

Histoire[modifier | modifier le code]

Contrairement à une légende locale qu'on retrouve dans d'autres villages de France, Jules César n'a jamais parlé de Peyrusse[1].

Pépin le Bref, après la diète de Bourges, chercha à se rendre maître de la personne du duc d'Aquitaine Waïfre (ou Gaïfier). En août 767, il assiégea Peyrusse et se rendit maître de la cité. La place était considérable, et le duc Waïfre trouva la mort dans cet épisode.

Robert II dit le Pieux, roi de France fit halte à Peyrusse en 1031

le 16 juillet 1269, Peyrusse reçut dans ses murs Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, auquel Hugues, comte de Rodez vint rendre hommage.

La cité de Peyrusse était le chef-lieu du plus grand bailliage du Rouergue (106 paroisses) et il abritait dans ses murs 187 hommes en armes et 4 chevaliers, elle comptait jusqu'à 40 familles nobles, dont la famille de Peyrusse, les Medicys, les Cornely, la famille Besse, mais aussi six notaires, un changeur de monnaie, et de nombreuses fabriques.

Peyrusse tirait profit de ses mines argentifères exploitées depuis l'antiquité : sept puits de mines sont répertoriés sur le territoire actuel de la commune. Le commerce de la ville était important : plusieurs foires et deux marchés semaines.

Le 11 février 1369, une charte de privilèges a été accordée à la commune par Charles V et signée entre les consuls de la ville et le comte de Rodez au nom du duc d'Anjou et du roi.

La ville se dépeupla au cours du XVIIIe siècle et fut livrée à des entreprises de démolition au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Une prise de conscience collective a vu le jour à partir de 1956, pour sauver les restes de ce patrimoine. Le maire Louis Cassan-Louis, l'instituteur Azais, le secrétaire Joulie, Mauride Vernhes, Hervé, Hubert, Revel, Gibergues et le garde champêtre Delmoly en ont été les pionniers, avec d'autres; c'est à cette époque qu'on a redécouvert un mausolée du XIVe siècle appelé localement le Tombeau du roi.

Aujourd'hui, le site est un lieu de villégiature et de tourisme.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Peyrusse-le-Roc Blason D'azur au lion d'argent, au chef cousu de gueules chargé de trois besants d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 en cours Francis Savignac [2] DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 226 habitants, en augmentation de 3,67 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
905 721 830 887 1 007 913 1 000 926 999
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
947 966 981 926 932 929 919 852 812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
739 695 646 571 567 525 524 464 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
392 392 383 374 288 229 212 218 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au début du XXe siècle, Peyrusse-le-Roc comptait 739 habitants[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pont roman du Parayre (ou Pareyre)

Sept monuments historiques

  • La Croix Saint Georges
  • La Statue des douleurs (servant de monuments aux morts)
  • La Porte du château du roy
  • Le Donjon, avec sa tour de garde, et sa prison et oubliettes
  • Le Château de La Caze (propriété privée)
  • L'Église actuelle aménagée en 1680 dans les anciennes écuries du Château supérieur
  • La Porte neuve - vue panoramique vers l'est
  • Le Roc del Thaluc avec ses 2 tours ("pain de sucre" de 150 mètres de haut depuis le ruisseau)
  • La Porte de la Barbacane, marché couvert du Moyen Âge qui fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [8].
  • Le Beffroi
  • Le mausolée du XIVe siècle appelé le Tombeau du roi fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.
  • L'Ancienne église Notre-Dame-de-Laval, avec une nef de 40 mètres et 12 chapelles latérales
  • La Synagogue du XIIe - XIIIe siècle qui fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le
  • L'Hôpital (Acte notarié certifiant l'existence de l'hôpital de 1213)
  • La Chapelle Notre-Dame de Pitié
  • Le Pont et traces contigües d'un filon d'exploitation de galène
  • Le Pont roman du Parayre, sur l'Audiernes (vestige du moulin et de la maison du meunier)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hervé Verhnes, originaire de Peyrusse, y réside et travaille. C'est un sculpteur sur bois et pierre renommé, également peintre naïf, dessinateur et illustrateur.
  • Pascale Roberts, comédienne, vient s'y reposer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Gleyrose, Monographie de la commune de Peyrusse (Aveyron), dans Monographies de communes, concours ouvert en 1897 par la Société des agriculteurs de France, Paris & Lille : J. Lefort - A. Taffin-Lefort, successeur, 1898, pp.175-240
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Aimé Roux), Mont Basens : Brandonet, Complibat, Drulha, Galganh, Lanuèjols, Luganh, Mala Vila, Peirussa, Privasac, Rossennac, Valzèrgas, Vaurelhas / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Mont Basens, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 247 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-33-5, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36695401)

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il aurait dit : Vidi Petruciam speluncam latronum, "J'ai vu Peyrusse, une caverne de brigands", mais en fait cette expression tirée de l’Évangile n'a été utilisée qu'au Moyen Âge et ne se retrouve évidemment pas dans la Guerre des Gaules ; même légende au sujet de Tinchebray dans l'Orne, dénoncée par Émile Travers : "César aurait écrit : Tandem advenimus Tinchebraium speluncam latronum! Inutile de dire que cette phrase ne se trouve pas dans les Commentaires du conquérant des Gaules ; mais elle n’en est pas moins historique, et c’est Henri Ier, roi d’Angleterre et duc de Normandie, qui, selon Orderic Vital, dit au pape Calixte II, dans une conférence à Gisors en 1119 : Tandem Tenerchebraïum speluncam doemonum obsedi (Les Normands, la chicane et la potence d’après les dictons populaires, Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1882, dont une bonne édition en ligne).
  2. Site des maires de l‘Aveyron-liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Le Lot partie Centres d'excursions p.259 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X)
  8. Notice no PA00094253, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :