Hugues IV de Rodez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugues de Rodez.
Hugues IV de Rodez
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Père
Enfant

Hugues IV de Rodez, né vers 1212, mort en 1274, fut comte de Rodez, vicomte de Carlat, vicomte de Creyssel et seigneur de Scorailles de 1221 à 1274. Il était fils d'Henri Ier, comte de Rodez et vicomte de Carlat, et d'Algayette, dame de Scorailles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il épousa Isabeau de Roquefeuil († peu après 1251[1]), fille de Raymond II de Roquefeuil, vicomte de Creyssel baron de Roquefeuil et de Meyrueis (cf. Maison de Roquefeuil (seconde race)), et de Dauphine de Turenne, et eut :

  • Henri II (1236 † 1304), comte de Rodez
  • Pierre[réf. nécessaire]
  • Valpurge (ou Walpurge), mariée à Guillaume IV de Châteauneuf-Randon († 1305), baron de Randon
  • Alix, religieuse à Nonenque[1]
  • Alcayette (1247-1274), mariée (contrat, 4 septembre 1267), avec une dot de 40 000 sols Livre tournois, à Amalric de Narbonne, second fils d'Amalric Ier, vicomte de Narbonne, qui fut, en 1271, écarté du pouvoir qu'il exerçait conjointement avec son frère aîné, Aymeri IV. Amalric et Algayette eurent trois enfants, dont l'aîné, Aymeri, fonda la branche des seigneurs de Talairan. Algayette mourut en mars 1274 et fut inhumée dans l'église du convent des Frères Prêcheurs de Narbonne. En 1933, son gisant fut retrouvé lors de travaux exécutés à Narbonne dans la rue Lazare-Carnot, ancien emplacement du couvent. Il est conservé au dépôt lapidaire de Narbonne[1],[2],[3].
  • Dauphine (ou Delphine) (née en 1248), mariée (contrat, 24 octobre 1262) à Pierre Pelet, co-seigneur d'Alais, avec une dot de 600 marcs d'argent[1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Claude Devic, Joseph Vaissète, Ernest Roschach et al., Histoire générale de Languedoc, t. 6 : 1165-1271, Toulouse, Privat, , 3e éd. (1re éd. 1730-1745) (lire en ligne), p. 903-904
  2. Michèle Pradalier-Schlumberger, Toulouse et le Languedoc: la sculpture gothique, XIIIe-XIVe siècles, Toulouse, Presses universitaires Le Mirail, 1998, p. 117-120 et 127 (notes) lire en ligne
  3. Robert Favreau, Jean Michaud et Bernadette Mora, Aude, Hérault, Paris, CNRS Éditions, coll. « Corpus des inscriptions de la France médiévale » (no 12), (lire en ligne), p. 85-86