Zahia Dehar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zahia Dehar
Description de cette image, également commentée ci-après

Zahia Dehar en septembre 2016

Naissance (24 ans)
Ghriss, Wilaya de Mascara, Algérie
Nationalité

Flag of France.svg Française[1]

Flag of Algeria.svg Algerienne[1]
Profession
Styliste de lingerie
Mannequin
Autres activités

Zahia Dehar (arabe : زهية دهار), née à Ghriss en Algérie[1] le [2], est une ancienne call-girl française, devenue mannequin et créatrice de lingerie. Découverte par les médias à l'occasion d'une affaire de mœurs impliquant plusieurs footballeurs, elle profite de sa notoriété pour se reconvertir dans le domaine de la mode, tout en multipliant les collaborations avec des artistes.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

À l'âge de dix ans, Zahia Dehar s'installe en France avec sa famille ; elle ne parle alors pas le français. Elle grandit à Champigny-sur-Marne, et commence à se prostituer à l'âge de seize ans[3], en mars 2008 selon les informations du Monde. Elle évolue rapidement dans le monde de la prostitution haut de gamme, gagnant jusqu'à 20 000 euros par mois à raison de 1000 ou 2000 euros la passe[4].

L'« affaire Zahia »[modifier | modifier le code]

Zahia accède à la notoriété par le biais d'une affaire de mœurs – dite « affaire Zahia » – impliquant des footballeurs de l'équipe de France[5] qui ont eu recours à elle comme escort alors qu'elle était mineure[6]. L'affaire éclate à l'occasion d'une enquête de la Brigade de répression du proxénétisme sur les activités d'Abousofiane Moustaid, dit « Abou Sofiane », un ancien candidat à Nouvelle Star devenu animateur d'une émission « people » sur la TNT[7] ; dans ce cadre, les autorités s'intéressent tout particulièrement au Zaman Café, un bar parisien dont une partie du chiffre d'affaires découlait de la prostitution. Après la fermeture administrative de l'établissement, les policiers auditionnent les prostituées qui y évoluaient. Ils découvrent alors que l'une d'elles, Zahia Dehar, a commencé à y travailler alors qu'elle était encore mineure, et a par ailleurs prodigué ses services à plusieurs footballeurs[8],[9]. La jeune femme déclare notamment avoir rencontré Karim Benzema en mai 2008 en marge de la cérémonie des « Oscars du foot », et avoir rencontré Franck Ribéry — dont elle dit avoir été le « cadeau d'anniversaire » — le , dans un hôtel de Munich où elle avait été envoyée rejoindre le footballeur en compagnie d'une autre escort[8],[1].

Zahia Dehar est auditionnée à trois reprises en avril 2010. En juillet de la même année, Franck Ribéry et Karim Benzema sont mis en examen pour « sollicitation de prostituée mineure »[9], un délit passible en France de plusieurs années d'emprisonnement[10]. Un autre membre des Bleus, Sidney Govou, est lui aussi auditionné ; il évite cependant les poursuites, l'enquête ayant fait apparaître que sa rencontre avec Zahia avait eu lieu après que celle-ci ait atteint la majorité[11].

La médiatisation de Zahia Dehar commence dès cette affaire. Très rapidement, son visage est révélé par les médias, et de nombreuses photos d'elle circulent sur le Web, jusqu'à faire d'elle un véritable « phénomène Internet ». C'est d'abord Le Monde qui révèle son prénom, en l'appelant simplement « Zahia D. »[4],[12]. En mai 2010, elle accorde une interview à Paris Match, qui révèle à cette occasion son nom complet. Elle y livre sa version de l'affaire et déclare entre autres « je me considère comme une escort girl, mais pas comme une prostituée » (la nuance tenant à ses yeux au fait qu'il lui est arrivé de fournir des services d'accompagnement sans avoir de relations sexuelles avec le client), niant au passage avoir un souteneur ou appartenir à un réseau[1].

L'affaire se prolonge jusqu'au milieu des années 2010. Fin 2011, le parquet de Paris requiert un non-lieu pour au moins deux des six protagonistes de cette affaire[13] ; mais en août 2012, neuf personnes sont renvoyées par le juge d'instruction devant le tribunal correctionnel afin d'être jugées, parmi lesquelles Benzema et Ribéry pour « sollicitation de prostituée mineure »[14],[15].

Le , Karim Benzema et Franck Ribéry sont relaxés par la chambre correctionnelle de Paris, la cour estimant qu'ils ignoraient que Zahia était mineure[16]. Cinq des autres prévenus — parmi lesquels Abou Sofiane, qui avait fait office d'entremetteur entre la jeune femme et les footballeurs — sont par contre condamnés pour proxénétisme[17]. Abou Sofiane fait appel et publie un livre dans lequel il clame son innocence et accuse Zahia Dehar d'avoir profité de son carnet d'adresses, tout en s'étendant sur les relations tarifées de la jeune femme[18]. En juin 2015, la cour d'appel confirme sa condamnation et alourdit sa peine[19].

Entretemps, avant même la conclusion judiciaire de cette affaire, Zahia Dehar met à profit sa nouvelle célébrité pour opérer sa reconversion[3].

Collaborations artistiques[modifier | modifier le code]

En février 2011, l'édition américaine puis l'édition espagnole[n 1] du magazine de mode américain V[20] publie, sur une douzaine de pages en hommage à Brigitte Bardot[21], plusieurs photos de Zahia Dehar réalisées à New York, marquant ainsi son retour dans les médias en forme de reconversion vers le mannequinat[22]. Afin d'exposer ses photos, son site internet[23] est lancé officiellement le 1er mars 2011.

Fin mai 2011, le photographe et réalisateur Greg Williams la met en scène dans un court-métrage futuriste intitulé Bionic[24]. Le mois suivant, Pierre et Gilles réalisent un tableau la représentant en Ève[25]. « D’un coup de foudre artistique et amical est née notre nouvelle Eve, Zahia magique et belle, innocente et lumineuse, elle est le modèle rêvé » déclarent les deux artistes[26] à propos de cette image. En août 2011, Alix Malka photographie Zahia ; la série de photos est publiée dans l'édition italienne du magazine de mode américain Vanity Fair[27] ainsi qu'une interview[28].

Dans le dernier trimestre 2011, ses apparitions dans les médias se font plus rares : on l’aperçoit alors qu'elle se fait prendre en photo avec Christian Louboutin et Farida Khelfa[29],[30] lors d'une soirée d'inauguration organisée par le chausseur français en novembre 2011 à la Galerie du Passage - Pierre Passebon où elle exposera finalement quelques mois plus tard[31] pour l'exposition « Zahia de 5 à 7 »[32], ce qui a pour effet de relancer l’intérêt que lui porte la presse[33].

Après une brève éclipse, Zahia Dehar connait un regain d'exposition médiatique au début de l'année 2012 : une nouvelle série de photos, réalisée par Karl Lagerfeld en janvier 2012[34], est publiée juste après le premier défilé de sa marque de lingerie[35]. Elle est photographiée par Ali Mahdavi directeur artistique du Crazy Horse en février à l’occasion d'un article que Françoise-Marie Santucci[36] lui consacre dans Libération « Next »[37]. Puis le même mois, Isabelle Adjani annonce son intention de produire un documentaire sur Zahia[38], en collaboration avec Farida Khelfa[39].

Une autre série de photos est réalisée par la photographe Ellen von Unwerth après le second défilé de juillet 2012[40].

En décembre 2013, Zahia Dehar revient devant l’objectif d’Alix Malka pour le Magazine 7 Holywood, paru le 15 du mois[41].

Du 8 avril au 27 septembre 2014, les photographes Pierre et Gilles exposent, à la Galerie des Gobelins (Paris), une installation servant d'« enveloppe richement parée à un portrait de Zahia Dehar », réalisée pour cette occasion[42],[43],[44].

Végétarienne convaincue, elle devient en juin 2015 l'une des « égéries » européennes de la PETA en posant devant l'objectif de Bryan Adams, pour les besoins d'une campagne intitulée « Ayez un cœur, devenez végétarien »[45].

En novembre 2015, après les attentats de Paris, elle pose — dévêtue en Marianne — sous l'objectif de Pierre et Gilles[46].

Lingerie[modifier | modifier le code]

En 2010, plusieurs marques sont déposées à l'OHMI (Office de l'Harmonisation dans le Marché Intérieur), dont : Zahia, Zahia Dehar, Pretty Zahia[47], Zahiadora, Zahiadise, A dream by Zahia[48]. Le prénom Zahia et plusieurs mots dérivés sont ainsi réclamés comme une propriété privée, pour plusieurs secteurs d'activités[49] comme les huiles de massage, les cosmétiques, les sacs de voyages, les bijoux, les préservatifs, ou la production de films et émissions de télé[47],[50] (la plupart de ces dépôts de marque, selon le site officiel de l'OHMI, ne donnent cependant pas lieu à des utilisations)[n 2].

La première présentation de sa collection de lingerie[51] et « ligne de tenues d'intérieur légères, raffinées »[52] à tendance majoritairement de couleur rose[53] a lieu le 25 janvier 2012[54] au Palais de Chaillot pendant la semaine des défilés [55], en présence de nombreux professionnels et artisans de la mode[56]. Zahia clôture elle-même le défilé demi-nue dans la traditionnelle robe de mariée[57] en tulle décorée de pétales de fleurs de cerisier, et brodée de strass Swarovski. Une seconde collection est présentée quelques mois après[58].

Le lancement des deux collections de lingerie[59] est financé par First Mark Investments, un fonds d'investissement domicilié à Hong Kong[60],[61] qui soutient les jeunes stylistes[62].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. V magazine : elle fera la couverture de l'édition espagnole
  2. Le site officiel de l'OHMI, organisme officiel européen dont la gestion de l'enregistrement des marques à cette échelle est l'unique fonction, n'associant pas d'adresse internet spécifique à chaque document qu'il publie via internet, il n'est pas possible de lier l'information à sa source via la technique de l'hypertexte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Michèle Bloudy, « Exclusif Zahia. L’interview intégrale » Paris Match, 3 mai 2010
  2. « Zahia parrainée par Karl Lagerfeld » L'Express Styles, 25 janvier 2012
  3. a et b France’s Courtesan Couture: Zahia Dehar, Newsweek, 3 mai 2013
  4. a et b Affaire Ribéry : ce qu'a dit Zahia D. à la police, Le Monde, 21 avril 2012
  5. « Prostitution: le footballeur Karim Benzema dédouané par une ex-petite amie » Le Parisien, 26 août 2010
  6. « Zahia : celle par qui le scandale arrive » Paris Match, 28 avril 2010
  7. Procès Zahia: Abou, l'homme assoiffé de notoriété derrière le scandale, L'Express, 20 janvier 2014
  8. a et b L'enquête démarre au Zaman Café, Le Parisien, 18 juin 2013
  9. a et b Affaire Zahia : Ribéry et Benzema mis en examen pour "sollicitation de prostituée mineure", Le Monde, 20 juillet 2010
  10. Article 225-12-& du Code pénal Légifrance.gouv.fr
  11. Ribéry et Benzema mis en examen, Le Figaro sports, 20 juillet 2010
  12. Zahia D., le nouveau coup de boule de Zidane, Slate, 23 avril 2010
  13. Yannick Vely, « Affaire Zahia: Un non lieu requis pour Ribéry et Benzema » Paris Match, 18 novembre 2011
  14. Thimotée Boutry, « Affaire Zahia : Benzema et Ribéry seront jugés », Aujourd'hui en France, no 3932,‎ , p. 2 à 3 (ISSN 0767-3558)
  15. Isabelle Monnin, « La poisse de Baby Scarface », Le Nouvel Observateur, no 2494,‎ , p. 93 (ISSN 0029-4713)
  16. Affaire Zahia : Franck Ribéry et Karim Benzema relaxés, Le Monde, 30 janvier 2014
  17. Procès Zahia : Ribéry et Benzema peuvent «enfin passer à autre chose», Le Parisien, 30 janvier 2014
  18. Zahia: un livre dénombre ses conquêtes, Gala, 13 mai 2015
  19. Affaire Zahia: Abou Sofiane condamné à de la prison ferme, Gala, 17 juin 2015
  20. (en) The chronicles of Zahia V magazine (site officiel), 15 mars 2011
  21. « Zahia : mêmes courbes, mais nouvelle vie » News de stars, 25 février 2011
  22. Renaud Revel, « Et Dieu créa Zahia… » L'Express Styles, 25 février 2011
  23. « Zahia lance son site Internet » L'Express Styles, 7 mars 2011
  24. (en) Rob McGarr, Exclusive! Weird and sexy Zahia Dehar video, fhm.com, 25 mai 2011
  25. « Zahia nue, la nouvelle Eve vue par Pierre & Gilles » Menly.fr, 22 juin 2011
  26. « Photo - Zahia, nouvelle Eve pour Pierre & Gilles » Gala, 23 juin 2011
  27. « Zahia pose pour le célèbre magazine Vanity Fair » La Dépêche, 16 août 2011
  28. « Zahia dément son mariage et revient sur le scandale des Bleus » Voici, 10 août 2011
  29. « Zahia Dehar très copine avec Christian Louboutin » Voici, 22 novembre 2011
  30. « Zahia: Elle s'invite à la soirée de Christian Louboutin » News de stars, 22 novembre 2011
  31. « Zahia Artiste » evene.fr, 8 février 2011
  32. « Zahia, «un exemple parfait de marketing» » La Parisienne, 29 janvier 2012
  33. Edouard Dutour, « Le mystère Zahia », Elle, no 3442,‎ , p. 147 à 148 (ISSN 0013-6298)
  34. Margaret Alwan, « Zahia photographiée par Karl Lagerfeld » L'Express Styles, 18 janvier 2012
  35. Élodie Mandel, « Karl Lagerfeld « Zahia incarne une tradition très française de la galanterie » » Purielles.fr, 25 janvier 2012
  36. David Le Bailly, « Françoise-Marie Santucci : la nouvelle Elle », O, vol. supplément de L'Obs, no 1,‎ , p. 84 à 89 « […] dont le principal coup médiatique, jusque là, avait été de propulser Zahia en couverture de Next. […] Santucci prend sa plume, brodant dans un article fleuve une mythologie barthienne autour de Zahia. »
  37. Françoise-Marie Santucci (photogr. Ali Mahdavi), « Zahia, un conte moderne », Next, no 41,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne)
  38. Ludmilla Intravaia, « Isabelle Adjani, "dans le camp" des fans de Zahia » LCI, 15 février 2012
  39. « Le coup de cœur d’Isabelle Adjani pour Zahia » Gala no 975, 15 février 2012
  40. Marie-France Chatrier, « Les dessous chics de Zahia », Paris Match, no 3294,‎ , p. 31 (ISSN 0397-1635)
  41. Vidéo : Zahia très sexy dans le magazine 7 Hollywood, MetroNews, 12 décembre 2013
  42. Carte Blanche à Pierre et Gilles, Mobilier International
  43. Zahia fait scandale à la Fiac 26/10/2014 sur le site de France Info (Consulté le 4 décembre 2014)
  44. La photo, ainsi que sa genèse, sont abordés in : Chloé Devis, Derrière l'objectif de Pierre et Gilles : Photos et propos, Éditions Hoebeke, , 155 p. (ISBN 2842304683), p. 34 à 35
  45. Zahia Dehar pose nue pour la PETA, L'Express, 15 juin 2015
  46. Closer, 24 novembre 2015
  47. a et b Yannick Vely, « Bientôt la culotte ou le Push-up Zahia Dehar ? » Paris Match, 23 décembre 2010
  48. « Zahia se lance dans la lingerie coquine » Elle, 23 décembre 2010
  49. « Bientôt des petites culottes signées Zahia Dehar ? » La Tribune, 23 décembre 2010
  50. « Zahia, femme d'affaires ? » Le Parisien, 24 décembre 2010
  51. Mathilde Laurelli, « Zahia Dehar, son défilé de lingerie en images » L'Express Styles, 26 janvier 2012 [image]
  52. « Zahia : l’ex-escort girl lance sa ligne de lingerie » Elle, 6 janvier 2012
  53. Bastien Bonnefous, « J'y étais au défilé de mademoiselle Zahia » Le Monde magazine, 2012
  54. « Zahia s'invite en off durant la semaine de la couture » Fashion Daily News, 3 janvier 2012
  55. « La sulfureuse Zahia a-t-elle sa place dans le monde de la mode ? » Chloé Handbag addict, 2 février 2012
  56. Renaud Revel, « Zahia se lance dans la lingerie » L'Express Styles, 5 janvier 2012
  57. Vu-Quan Nguyen, « Zahia, coup de génie ou cœur d’ingénue ? » L'Express Styles, 26 janvier 2012
  58. Clément Ghys, « Zahia dans de beau linge », Next, sur liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 9 août 2012)
  59. Marie-Christine Morosi, « Zahia en mode hot couture », sur lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 27 juillet 2012)
  60. Géraldine Catalano, « Et Zahia fit dans la dentelle », L'Express, no 3162,‎ , p. 92 et 93 (ISSN 0014-5270, lire en ligne)
  61. la Griffe Zahia, sur le site officiel de First Mark Investments
  62. « Zahia, de Ribéry à Lagerfeld » Le JDD, 21 janvier 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Reportages[modifier | modifier le code]

  • Le Système Zahia, En mode Gossip, 1re diffusion : 19 juin 2011 sur Direct 8.
  • Zahia, du scandale au podiums, Sept à Huit, 2013 sur TF1.
  • Mais qui est vraiment Zahia ?, Vous êtes en direct, 2013 sur NRJ 12.
  • Zahia de Z à A, de Hugo Lopez, 2013, documentaire, 75 min, 1re diffusion : 23 janvier 2013 sur Paris Première.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abou Sofiane, Zahia m'a tué ? Mon combat pour la vérité, Neva Éditions, 2015

Presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]