Hans Ehard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Ehard
Hans Ehard, en 1961.
Hans Ehard, en 1961.
Fonctions
Ministre de la Justice de Bavière

(3 ans 11 mois et 24 jours)
Ministre-président Alfons Goppel
Gouvernement Goppel I
Prédécesseur Albrecht Haas
Successeur Philipp Held
Président du Conseil fédéral allemand

(1 an)
Prédécesseur Franz Meyers
Successeur Kurt Georg Kiesinger
Ministre-président de Bavière

(2 ans 10 mois et 15 jours)
Gouvernement Ehard IV
Législature 4e
Coalition CSU-FDP-GB/BHE
Prédécesseur Hanns Seidel
Successeur Alfons Goppel
Président du Landtag

(5 ans 1 mois et 13 jours)
Législature 3e et 4e
Prédécesseur Alois Hundhammer
Successeur Rudolf Hanauer
Président du Conseil fédéral

(1 an)
Prédécesseur Karl Arnold
Successeur Hinrich Wilhelm Kopf
Président
de l'Union chrétienne-sociale en Bavière

(5 ans 7 mois et 25 jours)
Prédécesseur Josef Müller
Successeur Hanns Seidel
Ministre-président de Bavière

(7 ans 11 mois et 23 jours)
Gouvernement Ehard I, II et III
Législature 1re et 2e
Coalition CSU-SPD (1946-47)
CSU (1947-50)
CSU-SPD (1950-54)
Prédécesseur Wilhelm Hoegner
Successeur Wilhelm Hoegner
Ministre de la Justice

(4 mois)
Ministre-président Fritz Schäffer
Gouvernement Schäffer
Prédécesseur Aucun
Successeur Wilhelm Hoegner
Biographie
Nom de naissance Johann Georg Ehard
Date de naissance
Lieu de naissance Bamberg (Allemagne)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Munich (RFA)
Parti politique CSU (1946-1980)
BVP (1919-1933)
Diplômé de Université de Wurtzbourg
Profession Magistrat

Hans Ehard
Ministre-présidents de la Bavière

Johann Georg « Hans » Ehard, né le à Bamberg et mort le à Munich, est un magistrat et homme politique allemand du Parti populaire bavarois (BVP) puis de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

Il est ministre-président de Bavière entre 1946 et 1954, président de la CSU de 1949 à 1955, président du Landtag entre 1954 et 1960, puis de nouveau ministre-président jusqu'en 1962. Il préside deux fois le Conseil fédéral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Après son Abitur, il entreprend en 1907 des études supérieures de droit à l'université de Munich. Il les achève cinq ans plus tard, à l'université de Wurtzbourg, par un doctorat. Entre 1914 et 1918, il participe à la Première Guerre mondiale, en tant que soldat de la Reichswehr.

Il adhère au Parti populaire bavarois en . Deux mois plus tard, il intègre le ministère de la Justice de l'État libre de Bavière. Il est nommé deuxième procureur au premier tribunal régional de Munich quatre ans plus tard, en .

En cette qualité, il est le premier adjoint du procureur Ludwig Stenglein dans le procès du « putsch de la Brasserie », dont le principal accusé est Adolf Hitler. Il est alors perçu comme le « bras droit » de Stenglein.

Le , il est réintégré aux services administratifs du ministère de la Justice. Il est promu au rang de conseiller de district en 1928, puis de conseiller ministériel en 1931.

Parcours sous le nazisme[modifier | modifier le code]

Il quitte l'administration ministérielle en 1933, après que le nazi et avocat d'Hitler Hans Frank a été nommé ministre de la Justice de Bavière. Il prend alors la présidence de la chambre civile de la cour d'appel de Munich. Il est ensuite désigné président du tribunal des baux ruraux de Munich, en 1937, puis de la chambre disciplinaire médicale en 1941.

Dans les débuts de la Bavière d'après-guerre[modifier | modifier le code]

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, il est nommé le ministre de la Justice du gouvernement régional de Fritz Schäffer. Relevé de ses fonctions le , il devient aussitôt secrétaire d'État du ministère de la Justice, dirigé par le ministre-président social-démocrate Wilhelm Hoegner. Il rejoint l'Union chrétienne-sociale en Bavière le mois suivant. Il est élu le député à l'Assemblée constituante, où la CSU remporte une large majorité.

Ministre-président et président de la CSU[modifier | modifier le code]

Aux élections du , la CSU remporte un total de 104 députés sur 180. En conséquence, le , Hans Ehard est investi à 59 ans ministre-président de Bavière et forme un gouvernement de coalition unissant sa formation au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et à l'Alliance pour la reconstruction économique (WAV). Ses deux partenaires le quittent dès 1947, aussi forme-t-il le de cette même année le cabinet Ehard II avec la seule CSU et qui durera jusqu'à la fin de la législature.

Il succède le à Josef Müller comme président de la CSU et devient, le , président du Conseil fédéral.

Le suivant, les élections au Landtag rebattent les cartes, puisque la CSU remporte 64 députés sur 204, contre 63 au SPD, qui la devance pourtant de 61 000 voix, notamment du fait de la percée du Parti bavarois (BP). En conséquence, il forme une nouvelle coalition avec les sociaux-démocrates, le Bloc des réfugiés (BHE) étant également intégré à la majorité parlementaire, forte de 153 parlementaires.

Président du Landtag[modifier | modifier le code]

Il perd le pouvoir à la suite des élections du . En effet, bien que les chrétiens-sociaux rassemblent 83 sièges, les quatre autres partis s'associent pour porter de nouveau Wilhelm Hoegner à la direction du gouvernement du Land. Cependant, le , il est élu président du Landtag de Bavière. Il transfère ses fonctions exécutives à Hoegner dès le lendemain. Il abandonne la présidence de la CSU le au profit de Hanns Seidel.

Retour au pouvoir[modifier | modifier le code]

Lorsque la majorité parlementaire se désagrège en 1957, Seidel en profite pour prendre le pouvoir, en s'associant avec le BHE et le Parti libéral-démocrate (FDP).

Reconduit en tant que président du Landtag après les élections régionales du qui donnent une forte majorité relative à la CSU, Hans Ehard redevient ministre-président de Bavière le , à l'âge de 72 ans, après que Seidel a remis sa démission. Le , il retrouve la présidence du Conseil fédéral. Il est le premier à occuper cette fonction deux fois, et seuls trois autres ministre-présidents en feront de même par la suite.

Pour les élections du , la CSU lui préfère le ministre de l'Intérieur Alfons Goppel, 57 ans, comme chef de file électoral. Ayant remporté la majorité absolue au Landtag, Goppel constitue un cabinet dans lequel Ehard est ministre de la Justice.

Après la politique[modifier | modifier le code]

Il ne se représente pas aux élections de 1966 et abandonne alors la vie politique. Il continue d'occuper encore trois ans la présidence de la Croix-Rouge bavaroise. Il meurt le à Munich, à l'âge de 92 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]