Pageas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pageas
Pageas
Campagne à Pageas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Saint-Yrieix-la-Perche
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nexon-Monts de Châlus
Maire
Mandat
Philippe Dubeau
2014-2020
Code postal 87230
Code commune 87112
Démographie
Gentilé Pageaciens, Pageaciennes
ou Pageacais, Pageacaises
Population
municipale
588 hab. (2015 en diminution de 2,49 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 43″ nord, 1° 00′ 02″ est
Altitude Min. 288 m
Max. 520 m
Superficie 27,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Pageas

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Pageas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pageas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pageas

Pageas (Pajas en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Ses habitants s'appellent les Pageaciens et les Pageaciennes ou Pageacais et Pageacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Pageas en Haute-Vienne.

La commune de Pageas a une superficie de 27,8 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges, qui est située à 27 km au sud-ouest.

Le territoire communal est traversé par les rivières la Tardoire et la Gorre.

Communes limitrophes de Pageas[2]
Gorre Séreilhac Flavignac
Champsac Pageas Les Cars
Châlus Bussière-Galant

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sites préhistoriques du Mazaubert, du néolithique ou du chalcolithique[3] et du Bois Pargas du IIIe millénaire avant notre ère[4], les vestiges gallo-romains de la Jourdanie du Ier siècle av. J.-C., la motte castrale de la Petite Veyssière des IXe-Xe siècles, la borne médiévale de la Gacherie, l'église Saint-Jean-Baptiste de Chenevières du XIIIe siècle, la commanderie hospitalière de Puybonnieux, l'église romane reconstruite au XVe siècle, le château du Mas-Nadaud des XVe et XVIIIe siècles, le relais de poste de la Ribière, témoignent de l'ancienneté et de la permanence de l'occupation du territoire pageacien.

En janvier 1778, le moulin de la Rechignerie est loué aux religieux de l'abbaye de Saint-Augustin-lez-Limoges par Martial Desmaisons de la Coste et Marguerite Deliron, moyennant une redevance incluant quatre setiers de seigle[5].

Communauté rurale représentative de la civilisation paysanne[6] jusqu'au XXe siècle[7], saignée par les pertes humaines de la Première Guerre mondiale et l'exode rural, le rebond démographique marque l'influence exercée sur Pageas par l'aire urbaine de Limoges depuis 1980.

Pour l'Élection présidentielle française de 2017, la candidate du Front national Marine Le Pen, est attendue ce 13 avril à Pageas, sur l’exploitation agricole des parents de Christophe Lechevallier le secrétaire général de la FDSEA Haute-Vienne. En 2012, Christophe Lechevallier s'était présenté aux législatives sous une étiquette centriste. En 2007 il avait d'ailleurs reçu François Bayrou sur son exploitation à Flavignac. Christophe Lechevallier, par ailleurs connu du grand public pour avoir participé à une célèbre émission de rencontres amoureuses "L'amour est dans le pré" sur M6.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Philippe Dubeau[9] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2015, la commune comptait 588 habitants[Note 1], en diminution de 2,49 % par rapport à 2010 (Haute-Vienne : -0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0641 1781 3401 4801 3731 5061 5191 5461 503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5161 5221 5641 3481 3241 3711 4381 5191 463
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3811 4091 4431 2721 2101 048901961873
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
663638568552602594609598588
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Le Mas-Nadaud, destiné à devenir le « Centre des visiteurs » du parc naturel régional Périgord-Limousin auquel il appartient depuis 2004, fut l’un des quelque vingt repaires périphériques de la milicia castri de Châlus, assis sur une dizaine de métairies ou de villages. Mentionné dès le début du XIVe siècle, l’édifice, dont le plan actuel est achevé au XVIIIe siècle, comporte des vestiges de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe[14].

L'église romane inclut une rare rosace monolithe et un portail limousin. Son clocher est couvert de bardeaux de châtaignier[15].

Le circuit de karting des Renardières est situé au Puy de Pageas[16].

Le sentier musical de Pageas[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Racnulfus, monnayeur mérovingien de Patigaso vigo, pourrait être le plus ancien pageacien identifié, pour autant que les mentions portées sur une monnaie limousine de l'époque désignent effectivement l'actuelle Pageas[18].
  • Christian Astuguevielle, désigner, directeur artistique de Nina Ricci, fait réaliser ses créations de meubles contemporains par une équipe d'ébénistes et de feuillardiers dans un atelier de Pageas[19].
  • Maurice Robert, ethnologue universitaire français, né à Châlus a passé son enfance à Pageas dans une famille d'artisan-paysans. L'ensemble de son œuvre tend à la formulation de la structure, du fonctionnement et de l'évolution de la société rurale limousine.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 19 avril 2011)
  2. Carte IGN sur Géoportail
  3. « Informations Archéologiques. Circonscriptions des antiquités préhistoriques, Limousin, Gallia préhistoire. Tome 18 fascicule 2, p.601 », sur Persée, revues scientifiques, (consulté le 18 mars 2012)
  4. « Le Bois Pargas à Pageas (Haute-Vienne) : un nouveau témoin du Néolithique final en Limousin », sur Persée, revues scientifiques, (consulté le 18 mars 2012)
  5. Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin 1905 (T55), p.445
  6. Selon l'expression de Georges Duby et Armand Wallon, Histoire de la France rurale, tome 3, Apogée et crise de la civilisation paysanne (1789-1914), Éditions du Seuil, 1975.
  7. Ainsi que l'illustre, avec la photo d'un Mariage à Pageas en 1927, l'exposition en ligne Portrait de groupe, sur le site des archives départementales de la Haute-Vienne, consulté le 4 avril 2009.
  8. « Les maires de la commune » (consulté le 19 avril 2011)
  9. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Bilan scientifique 2005 des travaux et recherches archéologiques de terrain en Haute-Vienne, DRAC Limousin, p.50, consulté le 1er avril 2009 sur www.limousin.culture.gouv.fr.
  15. Illustration sur flickr.com.
  16. Illustration sur flickr.com.
  17. Le sentier musical de Pageas au cœur du Parc naturel régional Périgord Limousin
  18. Selon la description de Maximin Deloche, mentionné dans le bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, tome XIV, 1864, Limoges, Chapoulaud frères imprimeurs, p.60-64
  19. Plaquette Qualité Haute Vienne nos talents s'illustrent du conseil général p.17