Saint-Priest-Ligoure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Priest (homonymie).

Saint-Priest-Ligoure
Saint-Priest-Ligoure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Eymoutiers
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nexon-Monts de Châlus
Maire
Mandat
Bernard Deloménie
2014-2020
Code postal 87800
Code commune 87176
Démographie
Population
municipale
672 hab. (2016 en augmentation de 0,45 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 08″ nord, 1° 17′ 33″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 472 m
Superficie 41,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Priest-Ligoure

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Priest-Ligoure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-Ligoure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-Ligoure

Saint-Priest-Ligoure est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.


Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Priest-Ligoure en Haute-Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Priest-Ligoure[1]
Janailhac Saint-Jean-Ligoure Vicq-sur-Breuilh
La Roche-l'Abeille Saint-Priest-Ligoure Château-Chervix
Coussac-Bonneval

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune est appelée Sent Prèch Ligora.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du Ve siècle av. J.-C., les Gaulois Lémovices exploitèrent une douzaine de mines d'or dans le sud de la commune actuelle. Une nécropole du Premier Âge du Fer a aussi été retrouvée dans la commune[2]. Les mines exploitées se situent au sein du district minier de Saint-Yrieix-la-Perche. L’exploitation de ces mines a été arrêtée après la conquête romaine[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Guy Royer    
mars 2008 En cours Bernard Delomenie[4] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « une fleur » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 672 habitants[Note 1], en augmentation de 0,45 % par rapport à 2011 (Haute-Vienne : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0671 1841 0941 5471 5381 6731 5871 6891 686
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6801 6361 6931 6011 6771 6841 7941 8691 830
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8541 7451 6871 5071 3741 3411 3111 1811 018
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
926758631640561567618669672
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sur Géoportail
  2. Béatrice Cauuet, L'Or des Celtes du Limousin, Limoges : Culture et patrimoine en Limousin, coll. Archéologie, 2004, (ISBN 2-911167-37-6), p. 25.
  3. Cauuet, op. cit., p. 33.
  4. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 21 décembre 2017.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Jean-Louis Ruchaud, Généalogies Limousines et Marchoises, 1994, tome VII, pages 118-170.